mercredi 31 décembre 2008

Tandja et la politique du silence




/Niger/Le Maire de Tchirozerine "Issouf ag Maha" s'exprime
Tandja et la politique du silence
Les Nigériens et les observateurs de la politique à Niamey sont restés sur leur faim. Le discours tant attendu de Tandja, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de la République, est resté sans intérêt. Au lieu d’évoquer les questions brûlantes du moment, celui-ci s’est borné à louer les prouesses de son régime. Et pourtant, l’heure est grave. S’agit-il d’une fuite en avant ou d’une manoeuvre intelligemment orchestrée ?

1. Des élections de 2009
Les Nigériens attendaient que le président se prononçât officiellement sur ses intentions par rapport au respect de la constitution et de ce qu’il pense du « Tazartché ». 2009 sera une année électorale mais le président a préféré garder le flou sur ses propres intentions. C’est là une stratégie militaire qui s’appelle « effet de surprise ». C’est une démarche intelligente, car pour l’instant nul ne peut attaquer Tandja sur son intention de briguer un troisième mandat. On reste dans le domaine des suppositions, ce qui barre la route à une quelconque action des politiques et du peuple visant à l’en dissuader. Le suspens restera entier jusqu’au dernier moment et Tandja passera à l’action.

2. Du conflit au Nord
Cela fait près de deux ans que Tandja ressasse sa sempiternelle formule « bandits armés », voulant nier à tout prix l’existence d’un conflit armé fondé sur des revendications politiques.
Après avoir, à maintes reprises, annoncé avec éclat le ratissage de la zone sous quelques jours, il refuse de reconnaitre que son armée peu motivée est tenu en échec par le MNJ, un mouvement dont les revendications concernent la politique nationale du pays. Au prix d’un maladroit calcul politique, il s’obstine à nier l’indéniable, se bornant à interdire l’accès à la région d’Agadez à toute personne étrangère et à toute presse. Retranché dans sa bulle de président d’une république souveraine dont il est tant imbu il ne peut admettre la réalité selon laquelle la communauté internationale est bien informée de tout.

3. De l’enlèvement du diplomate
Même si la politique du silence a été payante pour Tandja durant son mandat, sa tentative de minimiser l’événement est plutôt périlleuse. D’autant que le régime nigérien est susceptible d’être tenu directement responsable de cette affaire. Convaincu qu’au nom de la souveraineté nationale, il est en droit d’enlever, supprimer ou faire disparaitre quiconque sans devoir s’en expliquer dès lors que cela se produit sur le territoire nigérien. La vérité est que Monsieur Fowler dérange car il est mandaté par Monsieur Ban Ki Moon pour déclencher un processus de paix au Niger, l’ONU ne souhaitant pas voir renaître un nouveau Darfour dans cette partie du Sahara. Monsieur Fowler dérange car il est le seul officiel étranger à avoir pu séjourner récemment à Agadez et Arlit et interroger des citoyens de cette zone. Le seul à être témoin de la réalité des populations du Nord Niger qui voient en lui la fin possible de son calvaire. Il est le seul à découvrir les atrocités commises dans ce no man’s land créé de toutes pièces par l’équipe de Tandja pour avoir sous le coude une possibilité de prolonger son règne en
violation de la constitution. Tandja et son équipe ont-ils préféré faire le ménage, convaincus qu’après quelques jours de bruit tout rentrera dans l’ordre et l’épine onusienne sera définitivement extirpée de leur pied ?
Chose qui dissuadera l’institution quand à sa démarche de faire admettre au Niger la nécessité de ramener le calme et la paix. De la même façon qu’ils viennent d’éliminer physiquement Ahmed Mamadou, entrepreneur à Elmiki. Oubliant sans doute que si ce dernier n’a que sa femme et ses sept orphelins pour le pleurer, Fowler symbolise la communauté internationale.
Tandja opte pour la politique de l’autruche : « Fowler et son assistant sont venus de manière impromptue et n’ont pas informé le ministère de la défense nationale de leur déplacement ».
La faute leur incombe donc quant à leur disparition. Etrange façon de se dédouaner et
véritable mépris de la personne humaine. Le président de la république n’a pas à s’en
préoccuper étant donné qu’il a pour priorité de tordre le cou aux Nigériens et à la constitution dont ils se sont librement dotés pour se maintenir au pouvoir.
Cela peut coûter la vie à des centaines de personnes, ruiner l’économie du pays, provoquer des exodes massifs, seul le résultat compte : le fauteuil présidentiel.
Quant à la communauté internationale, on peut dire qu’elle est mise à mal dans cette affaire : ayant fermé les yeux sur la détresse d’un peuple depuis près de deux ans au nom de la souveraineté nationale, voilà que celle-ci est frappée dans ses rangs.
Va-t-elle faire allégeance au Niger pour éviter un incident diplomatique ou va-t-elle enfin
obéir au caractère sacré de la vie ? Au-delà des fonctions des deux Canadiens et de ce qu’elles symbolisaient, ce sont avant tout des êtres humains. La communauté internationale doit penser à leurs familles, à leur pays, à leurs personnes tout simplement.

4/ En conclusion
Tandja tient le bon bout au nom de la souveraineté nationale. Grâce à sa politique de « tout nier », il arrive à ses fins. La crise alimentaire de 2005 a été niée justifiant l’expulsion d’ ONG humanitaires qui laissaient derrière elles des familles victimes de la famine et la maladie. Nul n’avait le droit de commenter cette non assistance à personne en danger car le Niger est souverain. Le conflit du Nord est nié pour éviter la présence de la presse et des organisations non gouvernementales. Le massacre des populations est occulté, la disparition des diplomates onusiens est expédiée, le paysage politique est affaibli et l’opinion internationale est ignorée car le Niger est souverain.
Le pays est pris en otage en attendant qu’enfin soit mise en oeuvre la fameuse résolution onusienne « The responsability to protect ».

Issouf ag Maha
Maire de Tchirozerine

mardi 30 décembre 2008

Un autre regard sur la rébellion touarègue au Niger



Incarnée par le Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ), la rébellion touarègue refait surface après quelques années de retour au calme. Le Niger, pays souvent désigné comme étant le plus pauvre du monde, est depuis lors le théâtre d’une escalade permanente du conflit entre les forces armées nigériennes (FAN) et le MNJ. De nombreux facteurs, tant historiques que sociaux ou économiques, peuvent expliquer à la fois la résurgence de la rébellion touarègue et son caractère spécifique et inclassable.

Les touaregs sont une ethnie distincte d’environ un million et demi d’individus, répartie dans cinq différents pays (Mali, Niger, Algérie et, dans une moindre mesure, Libye et Burkina Faso). En raison de leur nomadisme et de leur infériorité numérique dans tous les pays dans lesquels ils sont établis ou se déplacent, les « hommes bleus » ont subi une marginalisation économique et politique récurrente depuis des décennies. Ce rejet a déjà débouché sur une première rébellion touarègue à la fin des années 1980. Le point culminant de cette insurrection se déroulera entre 1991, date du début de la première lutte armée symbolisée par différents mouvements de rébellion, et le 24 avril 1995, date de la signature d’accords de paix qui devait avoir clos le chapitre.

C’est avant tout le non-respect des clauses de ces accords qui est en question. « La résurgence du conflit armé dans le nord du Niger est l’expression de l’échec de la gestion des accords de paix de 1995, dans ses aspects militaires, économiques, sociaux et politiques » (1), selon les conclusions d’une réunion initiée à Niamey par l’Association nigérienne de défense des droits de l’homme (ANDDH), la plus importante ONG du Niger. Au nombre de ces « défaillances », figure le retard dans la réinsertion socio-économique des ex-rebelles, qui n’a démarré que dix ans après les accords, et les promesses non tenues des sociétés minières locales de recruter des cadres au sein des ex-fronts touaregs. Les autres sources de frustrations recensées proviennent de la mauvaise gestion des carrières des ex-rebelles intégrés dans l’administration publique, ainsi que de la méfiance vis-à-vis de ceux qui ont été incorporés dans l’armée d’où certains ont été « révoqués pour des fautes mineures ». En lisant entre les lignes, on perçoit une ségrégation latente envers les touaregs, qui se traduit dans d’autres domaines, notamment dans l’accès au marché du travail pour les touaregs sédentarisés. Quant aux programmes de développement, dont les fonds sont majoritairement issus de l’aide internationale, ils se concentrent très majoritairement au sud du pays. Le gouvernement nigérien donne rarement son aval pour la construction de puits ou d’hôpitaux dans la zone touareg, où la vie quotidienne, couplée aux conséquences déjà visibles du réchauffement climatique et de la désertification croissante de la région, est de plus en plus difficile.

Cette marginalisation qui touche les touaregs ne provient pas uniquement de leur mode de vie nomade, mais aussi en partie de leur organisation sociale. La fascination qu’exercent souvent les « hommes bleus » chez les Occidentaux occulte une réalité bien moins reluisante : l’esclavagisme. Henry Duveyrier, le premier explorateur à avoir étudié le comportement social des touaregs l’avait déjà observé dès la fin du XIXe siècle. Dans la hiérarchie touarègue, les membres d’origine noble (les « Imajaghan ») « possèdent » littéralement des esclaves, qui leur « appartiennent » au sens propre. Le châtiment est souvent la réponse à la désobéissance ou à la tentative de fuite. Bien que l’on observe un léger recul des cas d’esclavagisme chez les touaregs, notamment au contact de la sédentarisation, cette « fracture sociale » très ancienne est toujours fermement ancrée dans les esprits nigériens. Les touaregs sont encore et toujours perçus par la majorité des autres ethnies nigériennes comme les « maîtres ».

À ces facteurs se rajoutent un autre aspect sociologique : le rôle habituellement dévolu à l’homme dans le couple touareg. La famille touarègue tourne en effet autour d’un matriarcat (2) qui se traduit notamment dans leurs célèbres tenues vestimentaires. Alors que les femmes sont ornées de leurs plus beaux atours et laissent paraître ouvertement leur beauté, chose rare dans les sociétés musulmanes, les hommes sont eux couverts de la tête au pied, ne laissant apparaître que leurs yeux. Face à cette emprise féminine au sein du couple, les hommes se sont rabattus sur le rôle du guerrier. Ce rôle social dévolu aux hommes chez les touaregs permet de mieux comprendre ce qui les pousse si « naturellement » à l’insurrection et à la guerre. Malgré cela, leur rébellion se distingue de toutes les autres par son humanisme et son code d’honneur. À l’instar des règles de chevalerie qui animèrent l’Occident pendant plusieurs siècles, ils disposent d’un code d’honneur assez similaire, qu’ils ne transgressent que très rarement, même en état de guerre. La bravoure n’a à leurs yeux d’égale que la loyauté et le respect de la parole donnée. Ces grands principes se sont à chaque fois traduits dans les faits. Jamais les civils n’ont été visés, le MNJ concentrant ses attaques uniquement sur les bâtiments militaires ou gouvernementaux. Les militaires qui ont été faits prisonniers ont été constamment bien traités, sans le moindre recours à la torture et au meurtre. Ces dernières semaines, le MNJ a plusieurs fois autorisé des corridors humanitaires (3) pour que la Croix-Rouge puisse intervenir. Enfin, le mouvement a encore récemment procédé à la libération de plusieurs soldats capturés en signe de leur attachement aux règles de la guerre et en conformité avec les droits humains (4).

Malgré ces évidences, le président nigérien Mamadou Tandja refuse de reconnaître la rébellion touarègue en l’assimilant en dépit du bon sens à des « bandits armés ». Pour mieux saisir l’inflexibilité présidentielle, il est nécessaire d’insister sur une autre particularité de la rébellion touarègue, qui la distingue de la grande majorité des autres présentes en Afrique : son aspect idéologique. Le site officiel du MNJ (5) confirme que le mouvement présente toute une panoplie de revendications politiques et sociales, détaillées dans son « Programme des revendications du MNJ » (6). Les principaux axes de ces revendications sont une meilleure insertion politico-économique de la région d’Agadez et une meilleure redistribution des richesses pour les couches sociales les plus défavorisées. Plus embêtant pour le pouvoir nigérien, le MNJ cible très précisément le président Tandja et les hauts gradés de l’armée, les accusant ni plus ni moins de détournements massifs et de corruption. Au-delà de ces affirmations invérifiées dont on laissera au MNJ la responsabilité, une autre pomme de discorde entre les deux protagonistes est, elle, avérée : l’assassinat du président Ibrahim Baré Mainassara en 1999 par un coup d’état militaire, dont les auteurs sont aujourd’hui au sommet du pouvoir. Le MNJ, qui réclame l’ouverture d’un procès équitable, tient au demeurant une position similaire à celle d’Amnesty International, qui dans un récent rapport a dénoncé le « sacre de l’impunité » au Niger (7).

Le fossé qui sépare les deux parties protagonistes s’explique également par le soutien logistique dont dispose les rebelles. Depuis les premiers accrochages, la rébellion a systématiquement mis en difficulté les FAN. Attaques éclairs, replis stratégiques organisés, raids : toutes les actions du MNJ ont été d’une redoutable efficacité. L’explication de cette réussite trouve en bonne partie sa source en Libye. Les touaregs qui fuirent le premier conflit trouvèrent refuge et soutien chez Mouammar Kadhafi. Outre la sympathie probable qu’il éprouve pour eux - rappelons que l’intéressé est d‘origine bédouine - le dirigeant libyen y a vu l’occasion de renforcer son influence régionale, en plus de pouvoir disposer d’un corps de soutien qui pourrait s’avérer très utile le jour de la transmission de pouvoir à sa descendance. Les réfugiés et dissidents touaregs ont été majoritairement formés dans des camps d’entraînement libyens. En plus de leur connaissance du terrain, les « sauvages du désert » savent désormais aussi utiliser les 4x4, les kalachnikovs et les roquettes. Face à cette force de frappe qui a conduit l’armée régulière à quelques déconvenues mémorables en juin (8), le président Tandja a choisi d’éviter l’affrontement direct, lui « préférant » les arrestations arbitraires de civils, dont certaines se sont soldées par des « disparitions ». Comme à l’accoutumée, c’est la population civile qui pâtit en premier d’un conflit.

Les touaregs du Niger craignent à raison pour leur avenir. Au climat actuel d’insécurité et à la difficulté de pérenniser leur mode de vie se rajoute la malchance d’être né sur des terres riches en matières premières (en l’occurrence l’uranium qu’exploite Areva dans la région d’Arlit). Ce destin n’est pas sans en rappeler d’autres. La lutte pacifique des Bushmen pour revenir sur leurs terres riches en diamants (9), les rébellions des Ijaws dans le delta du Niger riche en pétrole (10) et bien d’autres encore s’inscrivent plus globalement dans les difficultés qu’éprouvent les ethnies « originelles » à garder le contrôle de leurs terres ancestrales. Par sa vertu supposée dans la lutte contre le réchauffement climatique et sa place essentielle dans la course aux armements qui se poursuit, l’uranium est plus que jamais une denrée prisée qui suscite toutes les convoitises. Entre besoins énergétiques et maîtrise stratégique, la France, la Chine, la Libye et le pouvoir nigérien se disputent âprement le précieux minerai. Nul doute que face à ces puissants intérêts, ceux des touaregs risquent fort de ne pas faire le poids

(1). http://fr.allafrica.com/stories/200708310009.html (2) http://www.cbf.fr/article_leger.php3 ?id_article=804 (3) http://www.rfi.fr/francais/actu/articles/092/article_55189.asp (4) http://fr.allafrica.com/stories/200709190174.html (5) http://m-n-j.blogspot.com (6) http://m-n-j.blogspot.com/2007_04_15_archive.html (lire le post en milieu de page pour accéder au Programme du MNJ) (7) http://www.apanews.net/apa.php ?page=show_article&id_article=25241 (8) http://www.rfi.fr/francais/actu/articles/090/article_53181.asp (9) http://www.rfi.fr/actufr/articles/084/article_48171.asp (10) http://geopolis.over-blog.net/article-7064660-6.html
par Yves Rosenbaum

Areva ou La grande illusion


Le nucléaire peut-il lutter contre le réchauffement climatique ?

En le mélangeant astucieusement avec les énergies douces, éolien, solaire, biomasse, les défenseurs de l’énergie nucléaire font preuve d’une contestable manipulation médiatique.

D’après le chercheur Benjamin Sovacool « si l’on tient compte de l’ensemble du cycle de vie de l’atome. C’est-à-dire depuis l’extraction de l’uranium jusqu’au démantèlement des centrales le nucléaire produit du CO2 » (rapport scientifique évoqué le 26 novembre dernier dans le journal belge « le soir »).
Il déclare :
« Si les centrales au charbon, au pétrole et au gaz émettent jusqu’à quinze fois plus de CO2 que les centrales nucléaires, le cycle de vie du combustible nucléaire peut produire dans certains cas près de deux tiers des émissions du cycle de vie des centrales gaz-vapeur ultraperformantes ».
Le chercheur met aussi en évidence le fait que les émissions de CO2 du cycle de vie des énergies renouvelables sont beaucoup moindres que dans la filière nucléaire.
Fermez le ban…
Le nucléaire permet-il l’indépendance énergétique ?
Rien n’est moins sur.
Notre uranium vient pour près de 70 % du Niger, provoquant au passage une guerre dont personne, ou presque, ne parle.
Un journaliste d’ARTE s’est vu privé de liberté pour avoir osé tenter un reportage sur le sujet.
Nucléaire rime-t-il avec électricité pas chère ?
C’est contestable.
Les futurs EPR, voient le coût de leur construction s’envoler, du aux retards consécutifs, aux erreurs de conception et en conséquence le prix du kilowatt s’envole aussi.
D’après le réseau sortir du nucléaire, dans un communiqué de presse du 3 décembre 08, le prix du kw nucléaire passe de 43 € (promis par EDF lors du débat public officiel du 3 novembre 2005) à 55 euros par mégawattheure.
Les actions nucléaires ne se portent pas mieux et on assiste à une dégringolade de 84 à 39 €. On ne peut pas en imputer la cause à la crise mondiale, car EDF et AREVA avaient déjà beaucoup baissé avant le déclenchement de la crise économique.
Même sans accident, le nucléaire est-il polluant ?
On apprend sous la plume d’isabelle Chevallier, présidente d’écologie libérale :
« Il est de bon ton aujourd’hui de prétendre que l’énergie nucléaire est une énergie propre. Mais c’est oublier un peu vite comment on enrichit l’uranium.
Prenons le Niger, qui compte deux mines d’uranium : l’une à ciel ouvert et l’autre souterraine. Les mineurs qui y travaillent n’ont aucune idée de ce qu’est l’uranium et encore moins de sa dangerosité. Par exemple, lorsqu’il faut transporter l’uranium jusqu’à la capitale, il était, jusqu’à l’année passée, déposé simplement à l’air libre sur le pont des camions…Les dirigeants de la mine avaient aussi pour habitude d’offrir les vieilles ferrailles de la mine à leurs ouvriers. Ces derniers les revendaient aux ferrailleurs de la ville d’Arlit. Puis la transformation de ces vieilles ferrailles pouvait commencer, notamment en casseroles, cadres de fenêtre, etc. Un rapport de la CRIIRAD a récemment montré que ces objets étaient contaminés et avaient été vendus dans tout le pays…Par ailleurs, pour enrichir l’uranium, il faut beaucoup d’eau. Comme les mines se trouvent en plein désert, on a puisé toute l’eau des nappes phréatiques et on s’attaque maintenant aux nappes fossiles (il faut 500 ans pour les régénérer). La région ne comporte pratiquement plus d’arbres, puisque ces derniers ne peuvent aller chercher l’eau dont ils ont besoin.
Lorsque l’on extrait de l’uranium, une part inférieure à 1% est constituée d’uranium fissile. L’enrichissement génère donc de grandes quantités de déchets, qui sont stockées à l’air libre. Ces poussières, qui contiennent encore 80% de la radioactivité, sont soumises aux vents violents coutumiers dans le désert et, du même coup, contaminent toute la région.
Comme si cela ne suffisait pas, le traitement de l’uranium nécessite de grandes quantités d’acide sulfurique. Celui-ci est produit directement sur place dans des conditions lamentables. Cette fabrication génère des pluies acides, qui ont détruit toute la flore locale »
En résumé, le nucléaire est cher, ne permet pas une indépendance énergétique, génère des conflits, et pollue pour longtemps l’environnement, même sans accident.
Comme disait un vieil ami africain :
« Tout à une fin, sauf la banane qui en a deux ».
par olivier cabanel /Source AgoraVox
lundi 29 décembre 2008

Canada asks Mali to find missing diplomats in Niger



Canada asks Mali to find missing diplomats in Niger

Il y a 5 heures

BAMAKO (AFP) — Canada has sought Mali's help to find two Canadian diplomats, including the UN envoy to neighbouring Niger, who vanished over two weeks ago near the Malian border, sources here said Tuesday.

"Canada has asked Mali's help and support to help the search for its two lost diplomats," a Malian diplomatic source told AFP, speaking on condition of anonymity.

"We responded that we would do everything to help Canada, a friendly nation," the source added.

Efforts to secure the release of the UN envoy to Niger Robert Fowler, his assistant Louis Guay, and their driver, who disappeared without trace in the West African country, have been shrouded in secrecy.

Authorities in Niger have said they are doing all they can to trace the diplomats.

The men's car was discovered on December 15 beside a road in an apparently trouble-free area close to the Niger capital Niamey. Its engine was running, with the indicator on. The vehicle's doors were wide open.

Three mobile phones, a camera and a jacket had been left inside.

The men were returning from a visit the previous day to a gold mine operated by Canadian company Semafo, west of Niamey.

A Tuareg rebel group initially said it had kidnapped the men, before retracting the claim the same day.

Investigators have also combed the river Niger, which flows through the area where the men disappeared. Their trip, to the Samira area, entailed crossing the river by ferry.
Hébergé par alt=
Copyright © 2008 AFP. Tous droits réservés.

Niger: création d'un front contre la prolongation du mandat du président Tandja



Il y a 4 heures

NIAMEY (AFP) — Une vingtaine d'ONG et syndicats ont crée mardi à Niamey le "Front uni pour la sauvegarde des acquis démocratiques" (Fusad) pour combattre une possible prolongation du mandat du président nigérien Mamadou Tandja, qui expire fin décembre 2009, selon des médias indépendants.

Le Fusad a affirmé sa "ferme opposition à toute prolongation de ce mandat sous aucun prétexte après décembre 2009", dans une déclaration publiée par les médias indépendants.

Le 21 décembre, des partisans du président Tandja réunis en "comités de soutien" avaient proposé au Parlement une transition politique de trois ans, allant du 22 décembre 2009 au 22 décembre 2012, durant laquelle M. Tandja piloterait un gouvernement "d'entente nationale".

Mené par la puissante Confédération démocratique des travailleurs du Niger (CDTN), ce front s'est dit "déterminé à faire échec à ce plan conçu pour renverser les institutions de la République et l'ordre constitutionnel".

Le Fusad a exigé une intervention personnelle du président Tandja pour "mettre fin aux appels incessants" tendant "à remettre en cause de la constitution qu'il a juré de respecter et de faire respecter".

Ce front a également demandé au ministère de la Justice d'engager des poursuites judiciaires contre "les auteurs et co-auteurs" de cette demande de prolongation "pour troubles à l'ordre public, complot contre la sûreté de l'Etat et incitation à la haute trahison".

Enfin, le Fusad a demandé à M. Tandja "d'annoncer sans délai" la tenue des élections locales, législatives et présidentielles, toutes programmées avant fin 2009.

Le président Tandja, qui a plusieurs fois promis de se retirer à la fin de son mandat, n'avait fait aucune allusion à ces élections dans son discours à la nation à l'occasion du 50e anniversaire de la République le 18 décembre dernier.

La Constitution ne prévoit aucune prolongation du mandat présidentiel et interdit à M. Tandja de briguer un troisième mandat, puisque fin décembre 2009, il aura effectué deux quinquennats successifs.

Plusieurs ONG et des syndicats ont estimé que s'il devait rester au-delà de 2009, il violerait son serment sur le Coran et serait passible de la Haute Cour nationale de justice.
Hébergé par alt=
Copyright © 2008 AFP. Tous droits réservés.

Réaction de la Societé Civile contre la politique du TAZARTCHE


NIGER : Un Peuple en marche !
lundi 29 décembre 2008 (12h58)

La société civile Nigerienne dans son ensemble a appelé à manifester massivement pour condamner la politique du Tazartché.

Des milliers de personne ont manifesté ce Samedi 27 décembre 2008 leur mécontentement face à un régime qui ne veut plus respecter la Constitution Nigerienne.

Tandja Mamadou doit partir, car son règne destructeur n’a que trop duré !

La Jeunesse Nigerienne est mobilisée pour faire echec à ces politiciens verreux qui ne veulent pas que la "roue tourne".

Tous Unis, nous Vaincrons !

SOURCE : http://tazartche.blogspot.com


De : tazartché
lundi 29 décembre 2008

AOUDERAS village de l'Aïr / lumières dans le desert

lundi 29 décembre 2008

Niger : la bataille de l'uranium



Dimanche 11 janvier 2009 à 21.30 (exclusivité soirée)


Les sites d'extraction d'uranium sont situés dans les plaines désertiques du nord du Niger, en territoire touareg.
© Areva
Au nord du Niger, dans une région de plaines désertiques où est implantée Areva, le fleuron français de l'industrie nucléaire, les Touareg ont pris les armes. Leurs revendications : un partage équitable des revenus issus de l'extraction d'uranium et des conditions d'exploitation du minerai qui respectent leur mode de vie, leur santé et leur environnement.

Enlèvements, attaques de garnisons, blocages d'axes routiers névralgiques : ce sont les seuls moyens de pression dont disposent les rebelles touareg du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ) pour exiger du gouvernement de Niamey une répartition équitable des revenus uranifères. Exploitées depuis quarante ans par la firme française Areva, numéro un mondial du nucléaire, les mines d'uranium du nord du Niger constituent une manne économique pour le sud du pays. Quant aux Touareg et aux 80 000 âmes de la ville d'Arlit, à proximité des sites d'extraction, ils ont « gagné la poussière, la radioactivité, plus de pollution et plus d'atteintes à l'environnement », selon Moussa Tchangari, un militant associatif.
Eau, air, sols : un lourd tribut
Eau, air, sols : un lourd tribut
Les combattants du MNJ revendiquent 50 % des revenus issus de l'exploitation de l'uranium.

De fait, l'eau des puits est polluée par l'acide sulfurique utilisé dans le traitement de la pierre. L'air est chargé de poussières de minerais hautement radiotoxiques. Enfin, des matériaux irradiés récupérés par les mineurs se retrouvent dans les charpentes des maisons, les voitures ou les ustensiles de cuisine. En dépit de preuves tangibles, l'absence de dépistage ne permet pas d'établir l'ampleur de la contamination à l'uranium de la population. Surplombant les activités minières, les vergers de la région agricole de l'Aïr, classée au patrimoine mondial de l'humanité, sont également menacés. Tandis que le gouvernement étend les zones de prospection sans consulter les Touareg qui y vivent, le président du MNJ, Aghali Alambo, appréhende la sédentarisation à laquelle est contrainte sa communauté. « Le nomadisme, c'est notre culture, explique-t-il. Ces gens n'ont pas l'habitude de payer l'eau, le bois, l'électricité. Dans les villes, tout est payant. Et s'ils n'ont pas de travail, il faut qu'ils demandent la charité devant tout le monde. Et ça touche la crédibilité de notre culture. »

Gaëlle Gonthier
Documentaire
Durée 47'
Réalisation Nahan Siby, Frédérique Denis et Stéphane Manier
Production France 5 / Galaxie Presse
Année 2008

Communiqué du 28 décembre 2008 du Haut Commandement Militaire du FFR


dimanche 28 décembre 2008

Communiqué du Haut Commandement Militaire du FFR 28 décembre 2008


Depuis que le Commissaire à la Guerre Rhissa ag Boula a pris ses quartiers généraux dans le maquis du massif de l’Aïr, le Commandement militaire du FFR prépare lentement le coup de grâce du régime corrompu et finissant de Tandja.

Ecouter le communiqué sur le blog du FFR

"En effet, depuis nos premières mises en garde contre le massacre des populations, la destruction des biens, la spoliation des terres et les diverses violations des Droits Humains, force est de constater que la même stratégie continue.

Notre offensive politique visant à ramener le régime irresponsable de Tandja à de meilleurs sentiments a échoué car il repose sur la terreur, seul moyen de se maintenir au pouvoir.

Désormais, aucun crime ne restera impuni.

Nous invitons tous les Nigériens à s’opposer énergiquement aux dernières turpitudes du régime car le compte à rebours est lancé.

L’année 2009 sera celle de tous les dangers parce que notre engagement indéfectible à bouter le dictateur Tandja hors des affaires nationales et à lui préparer l’Enfer comme dernière demeure est un serment irréversible de chaque Combattant de la Liberté.

Nous sommes déjà invités l’année prochaine par le gouvernement à la pose de la première pierre de l’une des futures des réalisations herculéennes du Grand Thimonnier National Tandja Mamadou, à savoir la plus grande mine d’uranium du monde : Imouraren.

En effet, nous avons été chargé par le Pdt du Comité régional des fêtes, le gouverneur Abba Malam Bocar de nous occuper de l’aspect technique « sons et lumières » des festivités pour rendre le spectacle grandiose.

Afin que la cérémonie soit de mémoire des Nigériens mémorable car le programme spécial du Pdt n’est pas un tremplin suffisant pour le père de la Nation nigérienne, le grand travailleur, le grand bâtisseur, à rentrer dans l’Histoire.

Nous écrirons notre Histoire par le Sang."

Le Commissaire à la Guerre

Rhissa Ag Boula

dimanche 28 décembre 2008

Communiqué de l’ATNMC (Alliance Touareg Nord Mali pour le Changement)


Le 28 décembre 2008

Après l’opération menée à Nampala le 20 décembre 2008; plusieurs unités mobiles de l’ATNMC ont été dépêchées et ont progressé plus au sud du Mali. Du 22 au 28 décembre, les unités mobiles du Mouvement ont empêché toute progression des troupes militaires maliennes sur les principaux axes routiers, en particulier les axes Kati-Nioro et Koulikoro-Nara. Sur l’axe Koulikoro-Nara, les troupes maliennes sont cernées depuis plusieurs jours à Mourdiah et aussi sur l’axe Kati-Nioro à 160 km de Kati.
Les dernières tentatives de l’armée de progresser sur ces deux axes se sont soldées par la destruction de plusieurs de leurs véhicules et par la mort de plusieurs militaires.
Actuellement les affrontements continuent dans ces zones.
Nous répétons une fois de plus que, lors des opérations sur Nampala et sur d’autres postes de sécurité dans ces zones, aucun civil n’a trouvé la mort comme certains veulent le faire croire.
Nous déconseillons fortement aux transporteurs et voyageurs civils de circuler sur les axes routiers : Kati-Diéma-Nioro et Koulikoro-Banemba-Nara tant que les hostilités se poursuivront dans ces zones.

Nous souhaitons que les représentants de la classe politique malienne et les pays proches du Mali puissent aider à réunir, dans un proche avenir, les conditions de la confiance entre toutes les parties.

Alliance Touareg Nord Mali pour le Changement
Hama Ag Sid’Ahmed, porte parole.

NIGER/ TANDJA responsable de l’assassinat de 64 civils au Nord Niger.


FAN:Méthodes d'Al Qaïda. Tanja est responsable devant Dieu et les hommes.

/NIGER/ TANDJA responsable de l’assassinat de 64 civils au Nord Niger.


Depuis le début de l’année 2007 les « FAN » (Forces Armées Nigériennes) dont le chef et responsable se dénomme Mr Tandja Mamadou,ont assassinés 64 civils.
Ces civils sont des nomades Touareg accompagnant leur troupeaux ou des passagers transitant entre le Nord Niger et l’Algérie ou de simples maraîchers. Tous étaient Touareg !
À ce jour aucune association Internationale de défense des droits de l’Homme n’a prit officiellement position sur ces crimes.
Mr Sarkozy et ses amis de AREVA, avec le soutient complice de la Chine et des autres Etats achetant des concessions au Nord Niger pour piller l’uranium, se taisent.
Combien de Touaregs Mr TANDJA pourra-t-il avoir à son tableau de chasse avant de se faire sanctionner par les plus hautes autorités internationales ?

Voici la liste des civils Touareg assassinés :

Sidi Mohamed Imolan dit Kalakoua
Abtchaw Kounfi
Aoussouk Kounfi
Idrissa Takho-Ouidane,
Aghalo Moughamad,
Maghmoud Moughamad,
Ghousmane Ewadane,
Moughmoud Tagho,
Aghmad Hitane.
Zeyda ag Badi,
Ahmadu ag Moussa,
Ghoumour ag Ahmad,
Mohamed ag Akarfa,
Ismaghil ag Akam,
Rhissa ag Attaher,
Bikim ag Ilyas,
Akloua ag Hama,
Oumra Lahcen.
Adam Abarchi
Ghoumour Assaleh
Mohamed Atchawar,
Manik Kané,
Almoctar Bachir,
Hamad Moussa (un religieux qui pendant toute sa vie ne s'est occupé que de ses livres sains).
Liman Houdane
Toukane Assale
Mohamed Rhissa Imolane
Ikizaba Attoulel
Mouhmoud Alain
Aboubacar (commerçant)
Mohamed Almoctar (Guinadan)
Abdousalam Amadou Zamanka
Hadda Baregha
Mahmoud Alanne
Kouzaba Attolal
- Oumama Iyadane
- Ibrahim Ghissa
- Boulla Lachi
- Hamadi Ghoumour
- Idrissa
- Lolo
- Sidi Koummado
-INANA KRIMA
CADAVRES DES CIVILS RETROUVÉS MORTS
A l’Est de Gougaram :
- Akassa Abdourahamane
- Ilyass Abdourahamane,
-Abbi Ghabdoula,
- Badame Ghabdoula
- Soulimane Tchahama
- Madouwane Aoughamet
Aux environs de Tidène :
- Inanane Ag Karimoune
Derniers actes :
- le 18 octobre 2008, 7 personnes découpées en morceaux par les Forces Armées “Nigériennes” (FAN) à ELMIKI,
• Silimane Amine, 43 ans marié père de 5 enfants
• Ghoumour Amine, 48 ans marié père de 6 enfants
• Aghali Biki, 70 ans marié père de 12 enfants
• Elweli Biki, 47 ans marié père de 7 enfants
• Elhaji Tchibra, 49 ans marié père de 8 enfants
• Silimane Abdalla, 70 ans marié père de 9 enfants
• Adam Alhou, 24 ans marié père de 2 enfants
Silimana Biki
Elweli Indilou
Tangadako Indilo
Silimane Rabdoula
- le 22 octobre 2008, 02 personnes tuées à TCHINTELOUST par les Forces Armées “Nigériennes” (FAN)
Suite aux arrestations de Elmiki:
- Mamadou Ahmed (entrepreneur) à Elmiki

par Papadoc publié dans : En direct de KOUTOU KALE

Liste des 82 détenus Touaregs au NIGER



Ce petit mot pour dire que nous pensons à eux ,et a toutes leurs familles .Puisse le nouvel an 2009 être celui de la justice et la fin du tyran.
Contre le mutisme des organisations
humanitaires : Cette quinzaine mon coup de gueule
s’adresse aux organisations humanitaires
de part le monde qui ferment les
yeux sur la tragédie qui se passe au nord de
notre pays. Qu’ 'attendent-elles pour agir?
N’est-il pas temps de venir au secours de tous
ces pauvres réfugiés qui grossissent les
bidonvilles autour d'’Arlit et d’'Agadez?
Pourquoi personne ne se soucie du cas de ces
déplacés? Le comportement de l’Etat et des
organisations humanitaires n’est ni plus ni
moins qu’une non-assistance à personnes en
danger. Pour cela, les élus d’Agadez doivent porter
plainte contre l’Etat d’abord et les
autres associations ensuite. Avis.


Liste des 82 détenus Touaregs au NIGER

Khadizatou
Mohamed
Issouf Ag Matachi
Aghali Aboubacar
Ahmed Hama
Moustapha Karimoune
Moussana Mouha
Moussa Albaka
Aghali M’Barek
Aziz Amayagi
Abdouramane Youssouf
Attayoub Ilechiwane
Icheck Alhassane
Sidi Algafet
Mohamed Hamadi
Aghali Barka
Moussa Kaka
Aboubacar Karda
Mouhamed Emoud
Mohamed Alkabous
Mohamed Alarbi
N’Tawawène Amoumane
Mlle Amelie Ahandaka
MmeAmina Abdoussalam
Mohamed Aghali
Soumana Gouro
Abdoulaye Amadou
Ibrahim Ingad
Mohamed Fillé
Khalifa Aghali
Aboubacar Ando
Asso Grésar
Abdourahamane Mamane
Issouf Abdoulahi
Bazo Naferoune
Mohamed Abdourahamane
Ahamed Alassane
Mohamed Ghousmane
Wagaya Elane
Sani Moudi
Ibrahim Abdouramane
Ajak Wahil
Moussetan Boffane
Harouna Yahaya
Moussa Mohamed
Alhassane Ibrahim Ramar
Abdou Mamane
Mohamed Sidi
Elh. Guichene Kari
Alhassane Elilli
Elhhadj Gousmane
Tella Mohamed
Djibril Hamada
Aghali Ibrahim
Alikimine Aghali
Assalek Ikamane
AlhassaneAlhamisse
Haïballa Gado
Ahmed Mohamed
Maïnassara Baha
Issouf Alharisse
Mohamed Issaho
Issouf Founta
Idrissa Akila
M.Inchibane
M.Alkassoum
Hayatou
M.Bouba
Daouda Moussa
M.Rachid
Ezambé Achahid
mallam Mouuma
Ibrahim RT
MOHAMED AGALI dit "Ebangel"


par Papadoc publié dans : En direct de KOUTOU KALE

samedi 27 décembre 2008

Niger: Un rapt sur fond de guerre commerciale



par JA08, le 27 Décembre 2008 à 12:38

Une semaine après, la disparition au nord du Niger de l’envoyé spécial de l’ONU, Robert Fowler, et de son accompagnateur, Louis Guay, continue de susciter les plus lourdes interrogations sur le mobile de leur enlèvement mais aussi sur les véritables raisons de leur présence dans cette région. Vendredi dernier, et pour la première fois, l’ONU est sortie de son mutisme donnant deux informations importantes.


D’abord, Robert Fowler était en mission officielle au Niger. « M. Fowler est arrivé dans le cadre d’une mission officielle de l’ONU (...) Il est l’envoyé spécial du secrétaire général de l’Onu pour le Niger et, à ce titre, il est chargé de s’occuper de tous les problèmes humanitaires et de régler le conflit avec la rébellion touareg », a déclaré à l’AFP Modibo Traoré, chef du bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU au Niger. Il a précisé : « Vendredi, au lendemain de son arrivée, le diplomate canadien a rencontré les ministres de l’Intérieur, Albadé Abouba, et de la Justice, Dagra Mamadou. » Surprenante déclaration quand on sait qu’officiellement le Niger n’a jamais demandé à l’ONU une quelconque médiation pour régler son problème avec le Mouvement nigérien pour la justice (MNJ), de la rébellion touareg, dont les activistes sont d’ailleurs considérés comme « des bandits et des trafiquants de drogue ».

A ce titre, il est opportun de rappeler les propos du porte-parole du gouvernement nigérien et ministre de la Communication, Mohamed Ben Omar, tenus lors de l’annonce de la disparition des deux diplomates onusiens. Pour lui, ces derniers « étaient arrivés le jeudi précédent après avoir sollicité une invitation des autorités pour assister aux festivités du cinquantenaire de la République du Niger à Tillabéri ». Même s’ils étaient en mission officielle, que faisaient-ils au nord du pays, sans escorte ? La réponse est cette fois-ci donnée à demi-mot par Modibo Traoré, en déclarant à l’AFP : « On n’était pas au courant de son (ndlr Fowler) déplacement à la mine d’or de Samira. »

Les vérités amères

En fait, Fowler et son assistant étaient sur la route de la mine d’or Samira pour une visite privée. Cette mine, faut-il le préciser, est exploitée par la Société des mines du Liptako (SML), dont le capital est de 600 millions de francs CFA (environ 1,2 million de dollars), est détenue à 40% par Semafo (une compagnie canadienne), 40% par Strucsan (une autre société canadienne) et 20 % par l’Etat du Niger. Ses activités ont démarré en 2004 et elles ont suscité une opposition au sein de la population qui se plaignait de ne pas profiter de cet investissement. Ce qui a contraint le Parlement nigérien à installer une commission chargée d’enquêter sur les activités de la SML. Les conclusions du rapport sont très éloquentes : « Il n’y a pas de corrélation entre la quantité d’or produite et les retombées pour le Niger.

Les recettes générées à l’Etat par les activités de la SML s’élèvent à environ 5 milliards de FCFA (environ 10 millions de dollars) de 2004 à 2007, pour une production d’or de 8306,29 kg estimée à environ 67 milliards de FCFA (134 millions de dollars). Or, sur la même période, la SML a bénéficié d’exonérations fiscales de l’ordre de 9,7 milliards de FCFA (environ 19,4 millions de dollars) pour des investissements au profit des communautés locales de l’ordre de 50 millions de FCFA (100 000 dollars). » Des vérités amères, auxquelles s’ajoute l’impact négatif de cette exploitation sur l’environnement. « Indéniablement, la mine a engendré et bouleversé le mode de vie des populations locales, avec l’apparition de nouveaux phénomènes, comme la prostitution dans les villages, la dégradation de l’environnement due à la coupe sauvage du bois pour cuire les repas et pour construire des maisons et l’utilisation de certains produits chimiques comme le cyanure, la soude caustique, qui interviennent dans le traitement du minerai », ont indiqué des spécialistes repris par la presse nigérienne.

Si, pour l’instant, les raisons du déplacement des deux diplomates dans la région du rapt se précisent, il reste néanmoins à élucider le mystère des auteurs de ce kidnapping. Qui a intérêt à enlever les deux diplomates ? On n’en sait rien. Par contre, un élément important mérite d’être souligné et qui pourrait avoir un lien direct avec l’opération. Il s’agit de cette revendication rendue publique deux jours seulement après le kidnapping par le groupe rebelle touareg, le Front des forces de redressement (FFR).

« La bataille de l’uranium »

En effet, dans un communiqué diffusé sur le site web du FFR et signé par son président, Rhissa Ag Boula, installé en France, il est affirmé que Robert Fowler « se porte bien » et qu’il « sera bientôt transféré dans un lieu sûr et remis à d’autres collaborateurs qui le prendront en charge. Nous ne céderons aucune parcelle de nos terres sans consultation locale, sans contrepartie et sans préservation de l’environnement. » Le FFR s’en est pris au Canada, lui reprochant surtout de soutenir le régime de Namadou Tanga. Quelques heures plus tard, le commissaire à la guerre de ce même mouvement, Mohamed Awtchiki Kriska, dément toute implication dans ce rapt, le jugeant contraire à sa vision.

Le FFR, faut-il le rappeler, est né d’une scission entre le MNJ en 2007. Il ne s’est pas manifesté par des actions militaires contre les forces locales au nord du pays, comme son organisation mère, mais par l’annonce de « la bataille de l’uranium », un minerai qui place le Niger au 3e rang des producteurs mondiaux pour réclamer, tout comme le MNJ, un partage équitable de cette ressource avec la population locale. Ce partage que les grandes sociétés refusent, car aveuglées par un appétit féroce pour le gain financier que les mines génèrent. L’enlèvement de Fowler est à mettre dans ce contexte et, à ce titre, il est important de rappeler la déclaration faite à l’AFP par Ben Omar, porte-parole du gouvernement nigérien. Selon le responsable : « Lors des deux précédents séjours, à des dates non précisées, M. Fowler avait demandé une autorisation, qui lui a été refusée, de se rendre sur le site d’Imouraren, au Nord », où se trouve l’un des futurs plus grands sites d’exploitation d’uranium au monde, qui sera opéré par le géant français du nucléaire Areva. Une société, dont le directeur général pour le Niger a été expulsé par Niamey, en juillet 2007, après avoir été officiellement accusé de financer les rebelles touaregs du MNJ.

La décision est intervenue moins d’un mois après l’expulsion de l’ancien colonel Gilles de Namur, chargé de la sécurité d’Areva au Niger. Le groupe français s’est défendu en affirmant avoir financé un détachement des forces nationales dans le but d’assurer sa sécurité sur le site d’Imouraren, précisant, cependant, que l’argent a été versé directement aux équipes, dont certains de ses hommes a rejoint la rébellion. Rhissa Ag Boula, président du FFR, réfugié en France, est non seulement réclamé par son pays, après avoir été condamné par contumace, mais aussi par l’Algérie, qui a lancé contre lui un mandat d’arrêt international, via Interpol, pour son implication dans des actes de contrebande et de vol de véhicules de Sonatrach, au sud du pays. Le statut dont il bénéficie en France n’est pas fortuit. Les plus avertis savent que cette crise cache en fait une guerre commerciale.

L’uranium nigérien est stratégique pour Areva. Avec une production, pour l’année 2006, de 4000 t, les sites d’Arlit et d’Imouraren représentent la moitié de la production totale du groupe Areva, bousculée dans la région par l’arrivée, à pas de géant, des Chinois, mais aussi des Australiens, des Sud-Africains et des Indiens. Le Niger, qui abrite visiblement les plus grandes réserves d’uranium d’Afrique, principalement accaparées par Areva, sans que sa population n’en profite, s’est retrouvé dans l’obligation de trouver d’autres partenaires et c’est ainsi que le gouvernement a délivré plus d’une centaine de permis d’exploration à des sociétés canadiennes, américaines, chinoises, indiennes et autres au cours de cette dernière année. Peut-on mettre l’enlèvement des deux diplomates canadiens sur le compte de cette guerre commerciale sans merci, pour l’exploitation des richesses et rien d’autre que les richesses ? La question mérite réponse...
Par Salima Tlemçani
El Watan

Communiqué de l'ATNMC


Les axes routiers de Kati à Nara et de Ségou à Tombouctou sont sous surveillance d'une des patrouilles de l'ATNMC (Alliance Touarègue du Nord Mali pour le Changement). Dans la nuit au 24 au 25 décembre, deux voitures de l'armée malienne ont été détruites sur la route de Kati.
L'ATNMC informe les populations de ces régions afin qu'elles évitent ces axes.

L'ATNMC

NIGER: Réactions des partis politiques contre une prologation du mandat de Tanja

NIGER: Réactions des partis politiques contre une prologation du mandat de Tanja
par JA08, le 26 Décembre 2008 à 23:11

Niamey: les partis d’opposition rejetent toute idée de prolongation du mandat du président Mamadou Tandja à la fin de son dernier quinquenat autorisé par la Constitution.

vendredi 26 décembre 2008

La fin du règne des roitelets d'Afrique


La fin du règne des roitelets d'Afrique
par JA08, le 25 Décembre 2008 à 22:09

Ces malades qui gouvernent l’Afrique
Nombre de présidents auraient de graves problèmes de santé


Lansana Conté est décédé ce lundi soir des suites d’une longue maladie. Pourtant, quelques jours plus tôt, le président guinéen se portait bien selon son entourage. En Afrique, plus qu’ailleurs, l’état de santé des présidents a toujours été un mystère. Le gabonais Omar Bongo Ondimba serait lui aussi malade et aurait été récemment victime d’un « petit » malaise. Umaru Yar’Adua du Nigeria, Mamadou Tandja du Niger, Idriss Deby Itno du Tchad… souffriraient tous d’affections graves


Georges Bush, 62 ans, président américain sortant, a esquivé habilement des chaussures lancées sur lui à la vitesse grand "V". En Afrique, très peu de chefs d’Etat en fin de règne seraient capables d’une telle prouesse sportive. Quoique… ces derniers, officiellement, prétendent tous être au meilleur de leur forme.

Il y a quelques jours encore, Lansana Conté, dont l’annonce du décès a été faite ce lundi soir, se portait bien et le gouvernement guinéen fonctionnait sous sa direction. C’est ce qu’avait voulu faire croire Tibou Kamara, le ministre guinéen de la Communication et des Nouvelles Technologies de l’Information, à ses concitoyens. La semaine dernière, des rumeurs, rapidement démenties, faisaient état de la mort du président guinéen. Mais des informations qui, elles, n’avaient pas été niées, disaient que le chef d’Etat guinéen, le général Lansana Conté avait plutôt été évacué vers la Havane, la capitale de Cuba, pour y suivre des soins intensifs.

L’état de santé du président Conté avait empiré ces dernières années. En 2003, lors de la présidentielle qui l’avait réélue, il avait inventé une nouvelle façon, digne d’un chef d’Etat africain, de voter. Grabataire et incapable de marcher, c’est l’urne qui était allée à lui, installé dans sa voiture, pour lui permettre d’accomplir son devoir civique. Déjà diabétique, l’état de santé de Lansana Conté, 74 ans, se détériorait de jour en jour à cause d’une leucémie diagnostiquée en 2006, indique la BBC.

Le « petit » malaise de Bongo

Muselée, la presse guinéenne n’a pas eu le droit de parler des problèmes de santé du président. Mercredi dernier, l’hebdomadaire local Le lynx- La lance, qui montrait en « une » de sa dernière livraison, une photo de Lansana Conté amaigri par la maladie, avait été immédiatement rappelé à l’ordre. Son administrateur a été convoqué à la présidence, et l’édition du jour retirée des kiosques.

En Afrique, une omerta a toujours couvert l’état de santé des présidents. Le gabonais Omar Bongo Ondimba, 73 ans, dont une quarantaine passées à la tête de son pays, serait lui aussi dans un état déplorable. Des rumeurs ont même fait, entre temps, de sa séropositivité. Mais Omar Bongo Ondimba a tout rejeté en bloc. « Dire que Bongo est séropositif est une accusation très grave qui met en cause sa santé, donc la continuité de l’État », avait-il déclaré dans le livre d’entretiens, Blanc comme nègre, écrit par le journaliste français Airy Routier et dont Jeune Afrique a publié un extrait. « Même rebaptisé L’intelligent, le journal Jeune Afrique continue à dire et à écrire que Bongo est malade ; d’autres journaux l’écrivent aussi, explicitement ou par de lourdes allusions. Mais Bongo est malade de quoi ? Et où ? Quel est le médecin qui l’a examiné, quel est le médecin qui le soigne ? », s’était insurgé le président gabonais. Le mois dernier, le doyen des chefs d’Etat africains, en termes de longévité au pouvoir, et en bonne santé donc, aurait eu un « petit malaise ». Un petit malaise qui lui a valu, tout de même, un passage en urgence à la polyclinique El-Rapha puis à l’hôpital militaire de Melen, dans la banlieue sud de Libreville, rapporte Bakchich. Du côté du Palais du bord de la mer, aucun communiqué officiel n’a été fait.

L’ulcère hémorragique de Bouteflika


Au Niger également, silence radio sur l’état de santé de Mamadou Tandja. Fin novembre, une visite privée du président nigérien au Maroc, organisée subitement, a provoqué une agitation dans le pays. Faute d’informations officielles sur les motifs du voyage de Mamadou Tandja, 70 ans, les spéculations sont allées bon train. Le président nigérien gravement malade aurait été évacué d’urgence, d’après certaines informations. Il serait en phase terminale d’un cancer du foie pour les uns, traînerait une prostate mal soignée pour les autres. En mai 2001 déjà, le quotidien local, Mat Info, reprenant une information diffusée sur les antennes de Radio France Internationale (RFI) avait indiqué que « le chef d’Etat nigérien est au Maroc pour des raisons de santé ». Le journal avait fait l’objet d’une plainte de Mamadou Tandja pour diffusion de fausses informations. Alors même que le flou absolu règne sur son état de santé, le président nigérien pourrait prétendre à un troisième mandat. La constitution du pays l’oblige à quitter le pouvoir à la fin de son deuxième quinquennat qui s’achève en décembre 2009. Ce dimanche, certains de ses partisans ont demandé au Parlement que son dernier mandat soit prolongé de trois ans pour, disent-t-ils, assurer une transition pacifique.

Le Nigérien, s’il concrétise un "tripatouillage" de la Constitution de son pays, rejoindra la longue liste de chefs d’Etat qui en ont fait autant. Son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika est le dernier sur cette liste.
Du haut de ses 71 ans, diminué par un mal mystérieux, il peut désormais briguer un autre mandat. La Constitution, récemment modifiée, le lui permet. Pourtant, depuis l’épisode de son hospitalisation, pendant dix jours, à l’hôpital de militaire de Val-de-Grâce fin 2005, en France, M. Bouteflika est soupçonné de traîner un cancer de l’estomac. Officiellement, M. Bouteflika avait été transféré en France pour des « troubles digestifs ». A l’issue de son hospitalisation, le bilan médical publié a fait état d’un « ulcère hémorragique » ayant nécessité une intervention chirurgicale. Depuis, M. Bouteflika se serait donc remis de sa maladie.

Idriss Deby : « je pète la forme »

« Je pète la forme en ce moment », disait Idriss Deby, en 2003, dans une interview accordée à Jeune Afrique. Mais selon ses adversaires politiques, le président tchadien serait gravement malade et interdit d’alcool. Il aurait même recruté deux médecins turcs pour le suivre quotidiennement. Dans les milieux politiques tchadiens, on parle de cirrhose et de goutte. A l’époque de son interview à Jeune Afrique, le président tchadien disait que ses médecins lui avaient décelé des problèmes au niveau du côlon, parce qu’il avait une mauvaise alimentation. Mais rien de grave. Surtout pas un cancer. Depuis deux à trois ans maintenant, Idriss Deby apparaît toujours une canne à la main lors de ses sorties. Certains de ses compatriotes y voient une preuve de la détérioration de son état de santé.

Les suspicions sont légions sur le continent : Umaru Yar’Adua (Nigeria), Paul Biya (Cameroun)… sont tous soupçonnés de souffrir de graves maladies. Mais tous les cachent. Le Togolais, feu Gnassingbé Eyadema, avait réussi à se faire passer pour « un surhomme » en déclarant, à Jeune Afrique, n’avoir aucun souci de santé, sauf une dysenterie dont il avait souffert pendant sa jeunesse. Jusqu’à la fin de son règne, en 2003, où il apparaissait amaigri et affaibli lors de ses sorties publiques, l’ancien président togolais n’avouera jamais sa (ses) maladie (s) à ses concitoyens.

Des malades qui dirigent des États, ce n’est pas une spécificité africaine. L’Occident en a connu. François Mittérrand, l’ancien président français, a mené sa magistrature pendant 14 ans alors qu’il souffrait d’un cancer. Mais sur le continent africain, le président est l’incarnation du pouvoir. Et son état de sa santé reflète sa capacité à diriger son peuple. Ainsi, au Cameroun, l’avocat général près de la cour d’appel de la province du Littoral, avait déclaré à Pius Njawé, directeur de publication du quotidien Messager, au cours d’un de ses procès : « Monsieur Njawé, même si le président de la République est malade, vous devez écrire qu’il est en parfaite santé ! »
Source : http://www.afrik.com

Communiqué de la Fédération Régions et Peuples Solidaires “Non à l’impérialisme


BEZIERS : Non à l’impérialisme de la France au Niger
par JA08, le 25 Décembre 2008 à 21:19
Béziers, le 21 déc. 08
Solidarité de R&PS au Congrès Mondial Amazigh
Non à l’impérialisme de la France au Niger
Soutien de R&PS aux Amazighs / Touarègues

La fédération « Régions et Peuples Solidaires » apporte son soutien à son partenaire du Congrès Mondial Amazigh1 qui appelait à manifester samedi 20 décembre 2008 à Paris contre AREVA sur la question de l’exploitation de l’uranium dans les zones touarègues du nord du Niger et les propos scandaleux du groupe français spécialisé dans le nucléaire.
Non, le colonialisme français n’a pas disparu avec les guerres de libération nationale des années 60.


Le groupe AREVA est certes une société privée (Société Anonyme) mais les pouvoirs publics français en sont les actionnaires quasi uniques à près de 90% ! (Commissariat à l‘Énergie Atomique (78,9%), Etat français (5,2%), Cours Des Comptes (3,6%)2. AREVA est de plus le deuxième employeur du Niger après l’Etat. Ce statut d’employeur incontournable dans le pays, couplé d’accords économico-militaires3 bilatéraux a certainement renforcé Thierry d’Arbonneau, responsable de la sécurité d’AREVA au Niger, dans ses convictions lorsque à l’automne dernier il déclarait au MEDEF « L‘État français ferait mieux, […] de donner aux autorités nigériennes les moyens de mater la rébellion des Touaregs» et «ces hommes en bleu qui font rêver les hommes et chavirer le coeur des femmes mais ne sont qu’une illusion…».

R&PS condamne l’appel à ingérence fait par AREVA à la France sur la question de la rébellion Touarègue qui perturbe, on s’en doute, AREVA dans le pillage des ressources naturelles. Tout en réfutant les actes de violence de certains groupes Touarègues, R&PS estime que cette situation conflictuelle est à la fois le produit d’une décolonisation inachevée par la France et d’un mépris des autorités françaises et nigériennes envers les populations autochtones Amazighen/Touarègues qui ne font que réclamer légitimement une partie des revenus générés par l’exploitation de l’uranium extrait sur son sol.

Régions et Peuples Solidaires, fédération de partis politiques des régions historiques du territoire français, réunit le Partit Occitan, l’Union Démocratique Bretonne (Bretagne), le Partitu di a Nazione Corsa (Corse), Convergence Démocratique de Catalogne et Esquerra Republicana de Catalunya (Catalogne), le Parti Nationaliste Basque et Eusko Alkartasuna (Pays Basque), le Mouvement Région Savoie et l’Union du Peuple Alsacien. Abertzaleen Batasuna (Pays Basque) et Fer’s Elsass (Alsace) ont le statut d’observateurs.
Source: www.r-p-s.info

Niger/L’armée Pyromane



Une patrouille des FAN a volontairement provoqué un feu de brousse dans la nuit de lundi à mardi 23 décembre 2008 sur la plaine du Talak. Cet incendie qui a duré trois jours a détruit la totalité de la végétation, pâturages et arbres de la localité de Gougaram soit des milliers d’hectares.
C’est par ce type d’acte lâche et criminel que l’armée nigérienne, pilotée par le gouvernement de Niamey, poursuit son œuvre de destruction systématique des populations civiles qui, oubliées du reste du monde, n’avaient plus que quelques graminées sauvages comme moyen de subsistance.

-Quel danger pouvaient représenter les paisibles éleveurs du Talak pour l’armée nationale ?
-Comment nomme t-on de tels atrocités lorsqu’elles sont perpétrées par un Etat contre une partie de sa population ?
-Combien de morts encore, de civils déplacés et affamés avant que la communauté internationale ne réagisse enfin?

Le MNJ condamne avec la plus grande fermeté cet acte barbare d’une extrême gravité et accuse le gouvernement de complicité pour cet énième crime contre le peuple nigérien.

Le Mouvement.

Ibrahim Ag BAHANGA élu parmis les hommes de l'année 2008 ,par Jeune Afrique et France 24 TV.


Ibrahim Ag BAHANGA élu parmis les hommes de l'année 2008 ,par Jeune Afrique et France 24 TV.Voire France 24 :
une semaine en Afrique/http://www.france24.com/fr/20081225-afrique-guinee-conakry-lansana-conte-dadis-camara-coup-etat-militaire-ressources-armee

jeudi 25 décembre 2008

Tanja sur les traces de Mugabé


Ce n'est pas en cultivant l'hystérie collective que l'on redonnera confiance aux Nigériens. Si la confusion des genres est gênante, les observateurs s'inclinent à penser que l'indépendance de la Cour suprême ne sera pas compromise par le voisinage des mercenaires du "Tazartché" à la Primature et à l'Assemblée nationale. Tout en espérant que les gouvernorats ne sont pas les envahissants chaperons de ce folklore. Les promesses faites à ces valets du culte de la personnalité n'engagent que ceux qui les croient et ils sont de moins en moins nombreux, même parmi la mouvance présidentielle. A la faveur de son second mandat, Tanja apparaît comme un tyran passé de l'idéal démocratique à la spirale de la violence contre son propre camps, les journalistes, les opposants et les ONG. Ceux qui lui quémandent une prolongation font preuve d'une mentalité régressive. Il suffit de voir l'impact qu'ont eu ses "pseudo-réalisations" sur le moral des ménages nigériens, sur la presse libre et sur les populations d'Agadez. Les avalanches à L'ANPE ne font que souligner le désespoir de la jeunesse dans toutes les régions. Ajoutons que les trois futurs candidats à la présidentielle de 2009 aiment se tenir à l'écart de ce "nid de frelons". L'heure venue, ils sonneront la charge contre celui-ci et ses animateurs. Pour l'ex-premier ministre incarcéré pour avoir voulu se présenter à la magistrature suprême, c'est du déjà connu "la cour, ses grâces et ses disgrâces". Il aura appris à ses dépends que la démocratie est une illusion bas de gamme pour son ex-allié. Un proverbe chinois dit "si quelqu'un te fait du mal, assieds-toi au bas de la rivière (ici, du fleuve Niger) et attends de voir passer son cadavre". C'est pourquoi la justice au Niger paraît insuffisante, lointaine et pour la plupart des Nigériens, elle cache l'horizon du crime et disons le mot, son esprit.

Bonne année 2009 à tous ! Souhaitons qu'elle soit placée sous le signe de l'alternance démocratique et de la paix. Nous adressons une pensée particulière aux populations d'Agadez victimes du blocus et aux familles des deux diplomates des Nations-Unies disparus.

CDT Tango / MNJ / Montagnes du nord-est du Niger

Nicolas Sarkozy annoncé au Niger après la «parenthèse Areva», toujours sur fond d’uranium


Ouestafnews - Le président français Nicolas Sarkozy se rendra à une date non précisée en visite au Niger, pays dont les relations avec la France restent dominées par l’exploitation de l’uranium par la société française Areva, a appris Ouestafnews de source officielle.
Depuis son discours du 26 juillet 2007 à Dakar, dans lequel il avait tenu des propos jugés « racistes » et « insultants » par les plus grands intellectuels du continent, les visites en Afrique du chef d’Etat français ne sont plus très bien accueillies par l’intelligentsia africaine.
La visite de Sarkozy a été annoncée par le chef d’Etat français lui même dans une lettre de vœux adressée au président nigérien Mamadou Tandja, à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance de ce pays d’Afrique de l’Ouest, selon Télé Sahel, la télévision d’Etat nigérienne.
Le Niger est actuellement le 3ème producteur mondial d’uranium mais le principal bénéficiaire de la ressource reste la France, ancienne puissance coloniale.
Cette visite de M. Sarkozy, intervient après ce qu’un commentateur de Télé Sahel a appelé « la parenthèse Areva », en référence à la brouille entre l’Etat du Niger et la firme française qui en 2007 a été accusée par Niamey de soutenir la rébellion touarègue qui sévit dans le nord du pays.
Ces accusations avaient culminé en juillet 2007 par l’expulsion de Dominique Pin, directeur général d’Areva au Niger.
Outre cette polémique a caractère politico-sécuritaire, Areva est régulièrement attaquée par des ONG aussi bien nigériennes que françaises opposées à ce qu’elles qualifient de « pillage » des ressources minières nigériennes sans aucun respect des normes environnementales et de la vie humaine.
Selon ces ONG, Areva tire plus de 40 % de sa production mondiale d’uranium à partir du sol nigérien.
Lors de la 5ème édition du Forum Social Africain tenu début décembre à Niamey, des acteurs de la société civile nigérienne avaient révélé qu’en près d’une quarantaine d’années d’exploitation, l’uranium nigérien aurait généré environ 2500 milliards FCFA mais que l’Etat nigérien a perçu moins de 300 milliards durant cette même période.
Ces dénonciations et surtout l’arrivée de nouveaux acteurs qui commencent à manifester leur intérêt pour l’uranium nigérien ont permis une renégociation des prix, qui ont ainsi connu une hausse de 50%, mais sans satisfaire ceux qui dénoncent le « déséquilibre » dans les accords qui lient Areva et l’Etat du Niger.
Ces déséquilibres ont permis à Areva de remporter en janvier 2008 « l’oscar de la honte » de « l’entreprise la plus irresponsable de l’année » décernée par l’ONG suisse Public Eye.
Evoquant plutôt un partenariat « gagnant-gagnant », Areva avait rejeté ce « trophée » peu glorieux dans une réponse affichée à l’époque sur son site internet,

Ouestaf News
http://www.ouestaf.com/Nicolas-Sarkozy-annonce-au-Niger-apres-la-parenthese-Areva-,-toujours-sur-fond-d-uranium_a2203.html

mercredi 24 décembre 2008

Disparitions à Tidène

Nous attirons l'attention du pouvoir de Niamey sur les disparitions de deux personnes originaires de Tidène Almoustapha Hounjourou et Alghabid Mustapha, enlevés par une milice arabe de l'Azawak. Cette milice invoque le fallacieux prétexte du vol d'un véhicule aux environs de Tahoua pour s'en prendre à des civils innocents. Ils ont sauvagement torturé une troisième personne, Akli Mustapha, avant de la jeter enchaîné sur le bord de la route. Ces pratiques inhumaines appellent une réponse immédiate des autorités nigériennes à l'encontre de cette milice qui bafoue les lois de la République et prétend faire justice elle-même.

Internationale Touareg

Niger : deux diplomates canadiens restent introuvables


Niger : deux diplomates canadiens restent introuvables
Ludovic Hirtzmann, à Montréal
24/12/2008 | Mise à jour : 09:46
.
Le Canadien Robert Fowler, envoyé spécial de l'ONU au Niger, a disparu mi-décembre avec son adjoint Louis Guay.
Le Canadien Robert Fowler, envoyé spécial de l'ONU au Niger, a disparu mi-décembre avec son adjoint Louis Guay. Crédits photo : Associated Press
Attribuée pendant un temps à un groupe rebelle touareg, la disparition le 13 décembre dernier de l'envoyé spécial de l'ONU Robert Fowler et de son assistant Louis Guay demeure une énigme.

«Diplomates disparus au Niger : Le mystère s'épaissit» ou encore «Une énigme», ont titré ces derniers jours les journaux canadiens. Le 13 décembre, la voiture de deux diplomates du Canada, Robert Fowler et Louis Guay, a été retrouvée vide à une quarantaine de kilomètres de la capitale du Niger, Niamey. Un groupe rebelle touareg, le Front des forces de redressement, a alors revendiqué l'enlèvement des deux hommes, avant de revenir rapidement sur ses déclarations.

Depuis dix jours, les causes de la disparition de Robert Fowler et de son adjoint Louis Guay ne sont toujours pas éclaircies. Le premier a été conseiller en politique étrangère des premiers ministres Pierre Elliott Trudeau, John Turner et Brian Mulroney. Il a aussi été sous-ministre de la Défense et ambassadeur du Canada à l'ONU. Louis Guay, haut fonctionnaire, a été ambassadeur du Canada au Gabon. Les deux hommes voyageaient sans escorte. La nature même du mandat des deux diplomates soulève bien des interrogations. Le ministre de l'Information du Niger, Mohammed Ben Omar, a déclaré que Robert Fowler n'avait sollicité qu'une invitation pour participer au cinquantième anniversaire de la République du Niger. L'ONU a, dans un second temps, indiqué que le diplomate était en mission officielle, «chargé de s'occuper de tous les problèmes humanitaires et de régler le conflit avec la rébellion touareg».

Peu de temps avant leur disparition, Louis Guay et Robert Fowler ont visité une mine d'or canadienne située à 90 km à l'ouest de Niamey, sans prévenir la direction de la mine de leur venue. «Ces gens étaient à la barrière de sécurité, où ils ont été interceptés», a déclaré au quotidien montréalais La Presse le porte-parole de la mine Semafo, Jean-Paul Blais. Les médias canadiens s'interrogent sur ce que deux diplomates de haut rang pouvaient bien faire dans une mine d'or sans s'être annoncés.

«The French Connection»

Les spéculations vont bon train. La visite de Robert Fowler et de Louis Guay intervient à un moment où le Canada souhaite renouveler son parc de centrales nucléaires. Le 16 juin dernier, le gouvernement de l'Ontario a retenu les propositions du groupe canadien Candu, du français Areva et de l'américain Westinghouse pour le renouvellement du parc de centrales nucléaires en Ontario. Seuls Candu et Areva sont encore en lice. Le contrat s'élève à 40 milliards de dollars. L'examen final des propositions, prévu au plus tard le 31 décembre, a été reporté en février 2009. Les contrats seront attribués au printemps.

Le Niger est un pays producteur d'uranium, l'un des principaux fournisseurs d'Areva. Plusieurs médias canadiens ont contesté les pratiques d'Areva au Niger. Ils accusent l'entreprise française de ne respecter ni l'environnement ni les Touaregs, sur les terres desquels se trouvent des gisements d'uranium. Dans son édition de samedi dernier, le quotidien The National Post a titré : «Disparition de Fowler : The French Connection», sans pour autant donner d'éléments probants. Il reste que le gouvernement canadien semble pour sa part déterminé à donner l'avantage à Candu et que le Niger pourrait être le maillon faible d'Areva.

En décembre 2006, le ministre des Ressources naturelles, Gary Lunn, a déclaré au quotidien The Globe and Mail : «Nous devons bâtir la technologie Candu chez nous. C'est impératif pour l'industrie nucléaire canadienne. Si nous ne sommes pas compétitifs chez nous, cela augure mal pour notre technologie ailleurs dans le monde.»

Quand la france s'interesse, l'Afrique s'inquiète!




MessagePosté le: Mer 24 Déc 2008 13:21 sur agadez niger : Quand la france s'interesse, l'Afrique s'inquiète!
La France porteuse de civilisation à trop fait pour l’Afrique en générale et les Touaregs en particuliers :
Arrivée au 19eme siècle dans un continent déchiré par les guerres intestines, plongé dans l’ignorance et surtout rempli de richesses males utilisées, la France disposant et usant volontiers des ses armes à feux efficaces et dissuasives se donnait la Divine mission de civiliser ce monde barbare qui avait tant besoin de ses « lumières ».
Apres les deux guerres et les échecs au Vietnam- Indochine (1954)… qui l’ont affaiblis la France des lumières eut l’idée géniale de la télé - colonisation avec à la clé les « indépendances cadeaux » : elle gardait ses intérêts stratégiques et économiques sans se mouiller les manches.
Garder ses avantages coloniaux sans se trouver sur place sans avoir à mobiliser ses armées, tout en décourageant, par les menaces d’intervention ou par des discours mielleux des éventuelles volontés indépendantistes : voila du génie politique !
Combien sont ils à tomber dans le panneau ?

Quand on regarde les rapports France Afrique pendant la colonisation ils étaient dominés par la primauté des intérêts Français avec ou sans l’aval des populations autochtones ;
Quand on regarde les rapports entre les Etats artificiels du puzzle Français en Afrique on remarque qu’ils sont aussi dominés par la primauté des intérêts des dirigeants au détriment de ceux des mêmes populations autochtones.
On se trouve ainsi dans un système de la sous-traitance de la colonisation : même idéologie (des intérêts autres que ceux de la population) même méthodes (gouverner par la violence et par l’intimidation), même comportements (hautain, pseudo civilisé, égocentrique) même objectifs (pillage légalisé par les textes en vigueur).

Comme pour beaucoup d’autre, ce fut la même chose pour les Touaregs : un espace immense et riche transformé en un Puzzle à travers la politique de diviser pour mieux régner.

Quand les éminences du Niger se sont usés les neurones pour expliquer l’éclat combien « majestueux » de la proclamation de la république, leur murmure a été tellement inaudible et vide, que l’on est tenter de parler de … non événement !

Il parait que , la France porteuse des Droits de l’Homme, ne saurait porter la responsabilité des actes posés par sa firme AREVA dans sa politiques quoique contraire à l’Ethique française, se cachant ainsi, sous le couvert de la souveraineté du Niger (Etat artificiel de sa propre création) seul apte à défendre les intérêts de « ses populations ».
Quand devant les difficultés d’AREVA, c’est Sarkozy lui-même qui se charge de la médiation en vue de la signature du contrat d’ Immouraren on est en droit de s’étonner d’avantage. Les relations naguères sournoises risque de devenir « à la criée ».

Dans les prochaines années AREVA va mettre en œuvre les leçons du génie Français en terme de sous-traitance : ainsi elle confiera la gestion de ses mines et déchets aux nationaux.
Avec une première tentative dite de nigérisation du personnel des sociétés d’Arlit et les résultats catastrophiques sur le respect des normes environnementales et sécuritaires pour les travailleurs et la population alentours ; (ça me rappelle une leçon d’économie à propos d’un commerce de singes dans un Pays africain !)

Avec la docilité notoire des autorités politiques et administratives du Niger devant la France, on est en droit de s’inquiéter davantage pour l’avenir de la France Touaregs.

Combien d’années encore d’une politique française, marquée par la plus sournoise des hypocrisies permettront à l’intelligentsia Africaine en générale d’ouvrir enfin les yeux ?

Quelles solutions permettront à l’Afrique de sortir de cette vicieuse mais insidieuse démarche visant son éternel assujettissement par les étrangers d’abord puis avec l’aide de ses propres fils après ?
Avis
Awinnane

l’affaire Fowler-Guay rajoute encore, dans la déjà lourde besace du Niger, un sacré fardeau.

Cheitan /source agadez niger

MessagePosté le: Mer 24 Déc 2008 11:14 Sujet du message: De qui se moque-t-on ?

L’affaire maintenant appelée l’affaire Fowler-Guay rajoute encore, dans la déjà lourde besace du Niger, un sacré fardeau.
Voilà qu’à proximité de la capitale, sur une route goudronnée qui va servir à l’occasion de la fête nationale d’itinéraire à toute la classe politique du pays et à ses invités disparaissent deux diplomates de haut rang. Tout cela à une portée de canon du camp de Tondibiah, des antennes de Karma, sur une route balisée par la gendarmerie, la police à la sortie de Niamey, les douanes aux abords du bac de Farié, un dimanche soir, de qui se moque-t-on?
Un véhicule du PNUD moteur tournant, un blouson, 3 téléphones, des phares allumés et pas de témoin, de qui se moque-t-on?
Deux ministres qui minimisent sciemment la mission de ces diplomates, en charge selon eux du « trafic des armes illicites » alors qu’ils étaient en fait chargés par l’ONU d’œuvrer à l’étude et éventuellement à la résolution de certains problèmes du Pays dont la rébellion du Nord, de qui se moque-t-on?
Déclarer qu’ils avaient demandé à assister aux réjouissances du cinquantième anniversaire de la République et qu’ils n’avaient pas d’autres fonctions, de qui se moque le triste Monsieur Ben Omar?
Un Président « négationniste » qui ne mentionne même pas cette grave affaire par au moins un appel aux ravisseurs, qui semble ignorer ce problème, comme il a ignoré la famine, comme il ignore la réalité de la rébellion, de qui se moque-t-il?

Wallay, il nous en vient de sombres idées lorsqu’un Etat ne se respecte même plus. Alors, à qui profite l’affaire (on n’ose pas encore parler de crime…et qu’il plaise à dieu qu’on ne le fasse jamais). En premier lieu aux fauteurs et profiteurs de guerre qui refusent toutes négociations avec une rébellion qui ne demande maintenant qu’à négocier. A ceux qui entretiennent le chaos dans le pays afin de satisfaire des ambitions personnelles et de rester ainsi au pouvoir ! On voit donc qu’il n’y a pas besoin de sortir de l’ENA pour savoir à qui on a affaire.
Face à cette situation, pas de réaction. L’opposition se tait et se terre, quand elle ne fait pas allégeance au pouvoir. Les intellectuels et certains journalistes se battent du mieux qu’ils le peuvent mais ne sont absolument pas protégés par de vrais démocrates et risquent en permanence la prison alors qu’une clique de militaires déjà impliqués dans la mort d’un Président tiennent leurs camarades en respect.
Finalement un pays n’a que ce qu’il mérite et si cette affaire ne trouve pas un rapidement dénouement heureux, le Niger n’intéressera plus que les « gratteurs d’uranium et les renifleurs de pétrole ». Et l’on voit dans les pays voisins que les mieux pourvus en matières premières ne sont pas les plus heureux loin de là.
Vraiment, de qui se moque-t-on ? Il serait temps que tous les acteurs de la vie du pays sachent prendre, dans un juste combat démocratique et politique, leurs responsabilités. Avec tous les risques que cela implique, mais la démocratie est à ce prix.

Affrontements dans le Nord du Mali : Déclaration de la présidence du Conseil de l’Union européenne


Affrontements dans le Nord du Mali : Déclaration de la présidence du Conseil de l’Union européenne

mardi 23 décembre 2008, par temoust

Affrontements dans le Nord du Mali (22 décembre 2008)

Déclaration de la présidence du Conseil de l’Union européenne

La présidence du Conseil de l’Union européenne déplore les conséquences des affrontements survenus samedi 20 décembre à la suite d’une attaque contre la garnison militaire à Nampala, qui marque une escalade dans les violences qui secouent le Nord du Mali.

La présidence du Conseil de l’Union européenne soutient la recherche de solutions concertées entre les autorités maliennes et les mouvements touareg. Ceci passe, notamment, par une poursuite du dialogue entre toutes les parties.

La présidence du Conseil de l’Union européenne souhaite la bonne mise en œuvre des accords d’Alger de 2006 qui constituent le cadre de référence du règlement de cette crise. Il va de soi que la médiation algérienne est un facteur essentiel pour la bonne mise en œuvre de ces accords.

Le site Internet de la présidence française de l’Union européenne

Mali : Alger poursuit sa médiation entre le gouvernement et les Touareg


AFP - 23/12/2008

mercredi 24 décembre 2008, par temoust

L’Algérie poursuit sa médiation « entre les autorités maliennes et les rebelles touareg », pour le retour de la paix dans le nord du Mali, a indiqué mardi à Alger le ministre des Affaires étrangères Mourad Medelci. « L’Algérie continue à mener des médiations entre les autorités maliennes et les rebelles touareg », a affirmé le ministre, dont les propos sont rapportés par l’agence APS.

Des rebelles touareg ont mené samedi une attaque contre une garnison militaire à Nampala (500 km au nord-est de Bamako). Selon le ministère malien de la Défense, l’attaque a fait "9 morts" dans les rangs des forces armées et "11 morts" parmi les "assaillants". Une source proche du chef rebelle Ibrahim Ag Bahanga a affirmé qu’"au moins 20 militaires" maliens avaient été tués.

"Nous espérons que cette situation ne se répètera pas et que nous pourrons poursuivre notre médiation dans de bonnes conditions", a encore déclaré M. Medelci, estimant que les efforts algériens ont donné de "bons résultats jusque-là". Le ministre a précisé que la situation dans le nord du Mali était "suivie avec beaucoup d’intérêt" par l’Algérie. "Je ne crois pas qu’il y ait un monopole pour faire avancer la paix", a par ailleurs dit M. Medelci en réponse à une question relative à une éventuelle médiation libyenne pour le règlement du conflit.

L’Algérie, l’un des principaux médiateurs dans le conflit entre Bamako et la rébellion touareg, avait abrité en juillet 2006 la signature à Alger d’accords de paix dans cette région frontalière entre les deux pays. Sous l’égide de l’Algérie, gouvernement et rebelles ont également signé un nouvel accord en juillet 2007.

Enlèvement de l’émissaire de l’ONU au Niger : Des zones d’ombres


Amadou Garba - Le Tempo N°11
Enlèvement de l’émissaire de l’ONU au Niger : Des zones d’ombres

mercredi 24 décembre 2008

Deux diplomates canadiens dont l’émissaire des Nations Unies Robert Fowler, sont toujours portés disparus depuis le lundi dernier au Niger. Les deux diplomates ont été enlevés selon certaines sources à 45 kilomètres de Niamey, la capitale. Dans un premier temps un groupe rebelle se réclamant du Front des Forces de Redressement (FFR) de l’ancien ministre du tourisme Rhissa Ag Boula avait revendiqué l’enlèvement avant qu’un démenti ne vienne infirmer cette information. La voiture du diplomate à la retraite Robert Fowler et de son adjoint Louis Guay a été découverte vide de ses occupants le dimanche dernier.

Les efforts de recherche se poursuivent actuellement du coté des autorités nigériennes et des responsables onusiens pour retrouver les personnes enlevés parmi lesquelles figure le chauffeur de nationalité nigérienne et une quatrième personne dont l’identité n’a pas été connue.

Au niveau de la représentation des Nations Unies au Niger, la représentante résidente du PNUD au Niger, Mme Karidata Lo N’diaye a réaffirmé toute sa « confiance au gouvernement du Niger » et l’a assuré de sa « coopération pleine et entière pour un dénouement heureux ».

Selon les propos que la responsable onusienne a tenu le 17 décembre dernier et diffusés sur les ondes de la radio Afani, une cellule de gestion a été mise en place et les familles des personnes portées disparues sont constamment ténues au courant de l’évolution de la situation.

Mais passées les premières heures de stupéfaction face à cet enlèvement audacieux non loin de la capitale, les observateurs de la scène nationale commencent à se poser des questions sur les contours de cette affaire qui a tout du rocambolesque.

Comment les éléments qui ont commis l’enlèvement ont-ils pu savoir que les diplomates se trouvaient dans le secteur où a eu lieu le rapt ?

Pourquoi il n’y avait pas de traces d’une quelconque brutalité ?

Pourquoi les responsables de l’ONU au Niger ne se sont-ils pas inquiétés du manque de contact de l’émissaire des Nations Unies alors même que celui-ci était en déplacement privé dans la zone ?

Pourquoi jusqu’à présent il n y a pas une revendication sérieuse ?

Quel est l’objectif visé par les éventuels preneurs d’otages à travers cet acte ?

Autant de questions qui méritent des explications. Les prochains jours vont certainement éclairer le public sur cette affaire inédite qui survient après la prise d’otage du ressortissant chinois par le MNJ il y a quelques mois .

L’ONU affirme travailler à la libération de Canadiens disparus


http://www.avenirdelest.com/Canada-24-12-08
mercredi 24 décembre 2008, par temoust

Robert Fowler, envoyé extraordinaire de l’ONU au Niger depuis juillet, son adjoint, Louis Guay, et leur chauffeur manquent toujours à l’appel.

ORGANISATION DES NATIONS UNIES - L’Organisation des Nations unies (ONU) a affirmé qu’elle travaillait avec les gouvernements du Canada, du Niger et d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest pour obtenir la libération de trois hommes enlevés, dont un diplomate canadien.

Robert Fowler, envoyé extraordinaire de l’ONU au Niger depuis juillet, son adjoint, Louis Guay, et leur chauffeur manquent toujours à l’appel. La semaine dernière, des rebelles touareg appartenant au Front des forces de redressement ont indiqué avoir enlevé quatre personnes, dont M. Fowler, le 15 décembre.

Des porte-parole onusiens ont confirmé que la voiture de M. Fowler avait été retrouvée abandonnée à environ 150 kilomètres au nord-est de Niamey, la capitale du Niger.

Mardi, la porte-parole adjointe de l’ONU Marie Okabe a indiqué que son organisation et les gouvernements canadien et nigérien travaillaient en proche partenariat et avec d’autres acteurs régionaux pour rétablir la situation.

Mme Okabe a dit que l’ONU utilisait toutes les ressources appropriées pour obtenir davantage d’informations sur cette affaire et obtenir la libération des trois hommes.

Elle a ajouté que l’ONU n’allait pas commenter ou publier d’information qui pourrait compromettre ces efforts et mettre en danger la sécurité des trois hommes.

Le Front des forces de redressement est un groupe faisant partie d’une insurrection plus grande menée par le peuple nomade touareg dans la région désertique du nord du Niger.

NIGER Sarkozy comme facilitateur d'Areva


LA LETTRE DU CONTINENT - 24/12/2008
NIGER
Sarkozy comme facilitateur d'Areva
Malgré la présence d'Anne Lauvergeon au 50e anniversaire de l'indépendance du Niger, le groupe Areva n'a toujours pas signé pour le gisement d'Imouraren.

mardi 23 décembre 2008

Anne Lauvergeon interpellée

Les Verts saisissent l'autorité de la pub d'AREVA

AFP
23/12/2008

Les Verts ont déposé aujourd'hui une requête contre Areva auprès du jury de déontologie de l'Autorité de régulation de la publicité (ARPP), demandant d'interdire "l'utilisation par l'entreprise de la signature: +Areva, l'énergie au sens propre+".

Pour les Verts, cette signature "est conçue pour tromper le public en lui faisant croire que l'énergie nucléaire est propre, de l'extraction de l'uranium au retraitement de déchets", selon un communiqué aujourd'hui.

Par ailleurs, pour eux, ce slogan laisse penser que "le nucléaire est une énergie propre, terme communément employé pour les énergies renouvelables" et "pas approprié pour l'atome".

Les Verts "demandent au jury de déontologie de l'ARPP qu'il interdise à Areva d'utiliser cette signature, qu'il lui ordonne de retirer tous les supports sur lesquels elle se trouve".
Ils demandent enfin que "le jury rappelle à l'ordre l'agence de publicité qui a conseillé à Areva cette stratégie de communication qui est une véritable escroquerie intellectuelle".

L'industrie nucléaire électrique française "produit annuellement 1.200 tonnes de déchets rien qu'en France", font valoir les Verts pour qui "ces déchets sont très dangereux et radioactifs - pendant plus de 100.000 ans pour certains d'entre eux".

L'énergie nucléaire "n'est pas non plus une énergie renouvelable, puisque l'uranium est nécessaire à son fonctionnement". Or, soulignent les écologistes, "les ressources en uranium sont limitées, et ses conditions d'extraction, au Niger par exemple, sont loin d'être moralement très +propres+".