lundi 31 mai 2010

Mali/Tiraillements géopolitiques en pays touareg

Lettre hebdomadaire d’ Informations Stratégiques-19 mai 2010 - n°759

Tiraillements géopolitiques en pays touareg
lundi 31 mai 2010
Selon nos sources au pays Touareg, la situation reste particulièrement précaire dans l’ensemble de la région.
La dernière rencontre de janvier 2010 entre cadres politiques et militaires du Mouvement Touareg a fait ressortir les pistes pour faire revenir la stabilité dans la région : entre autres, le mouvement a sollicité une reprise de dialogue entre l’Etat et les Touaregs dans l’esprit de l’Accord de Paix signé entre les deux parties en 2006.
La partie touarègue a également proposé la mise en place d’un projet de lutte contre les groupes islamistes dans la région (les inviter à retourner dans leur pays d’origine, l’Algérie ou la Mauritanie).
Dans la vision des Touaregs, les autorités maliennes ont montré une fois de plus leur mauvaise volonté en boudant ce projet de réconciliation. L’esprit des autorités maliennes serait ailleurs : chasser les Touaregs de leur espace. Ces derniers utiliseraient aussi cette instabilité non seulement pour vendre armes et minutions aux groupes terroristes d’Al-Quaida au Maghreb islamique (AQMI), mais également pour protéger par des escortes certains convois de drogue, dont les principaux fournisseurs se trouvent dans l’entourage de la présidence de la République malienne et au niveau de l’état major de l’armée du Mali.Cette vision touarègue est-elle légitime et fondée ? Les Touaregs ne profitent-ils pas eux aussi de la situation ? Toujours est-il que la rupture avec le Mali est définitivement consommée.L’expérience et les données recueillies sur le terrain montrent que l’AQMI serait devenu le partenaire privilégié de certains officiers et officiels maliens, n’en déplaise au Quai d’Orsay.
D’après nos sources, les deux principaux chefs terroristes de l’AQMI (Abou Zeid Abdelhamid et Ben Moktar Laouar) ont réceptionné aux mois de novembre 2009, février, avril et le 9 mai 2010, des tonnes de munitions diverses en provenance de l’armée malienne (par l’intermédiaire de réseaux bien établis et bien connus). Ces deux terroristes posséderaient, depuis quelques mois, une quantité non négligeable de petits missiles portatifs. Ils auraient blanchi des sommes importantes (recettes de rançons, trafics de drogue...) en investissements dans les régions de Gao, Mopti et Bamako, par leurs antennes locales et nationales.
Le 21 avril, lors de l’enlèvement du ressortissant Français au nord du Niger, l’armée malienne était censée quadriller les entrées sur son territoire, pour identifier et intercepter les auteurs du rapt. En réalité, l’armée a ouvert une brèche au nord-est, et les patrouilles de l’armée malienne sont parties du 22 au 26 avril vers le sud de la ville de Kidal (à Intibzaz et Tassak, où elles ont inquiété et fouillé les campements d’éleveurs touaregs, asphyxiés par la sécheresse et qui ne reçoivent aucun secours de l’Etat).
Le 23 avril, l’otage français se trouvait déjà en territoire malien dans l’une des bases de l’AQMI située à 60 km à l’est du cercle de Tessalit, où se trouvent un bataillon de l’armée malienne, une brigade de la gendarmerie, une brigade de la douane, une garnison de la garde nationale ; l’armée malienne était parfaitement informée de l’entrée des ravisseurs (issus du groupe terroriste d’Abou zeid Abdelhamid, qui a une base fixe près de la base militaire malienne de Tessalit) au Mali, mais elle n’a fait aucun mouvement dans leur direction.
L’otage a ensuite été transféré en toute tranquillité, au regard de tous, vers un site plus discret, qui serait proche de celui où sont détenus deux humanitaires espagnols. Il semblerait que les autorités françaises se soient lassées depuis la dernière mascarade organisée par Bamako, pour libérer Pierre Camate, d’entrer une seconde fois dans un « coup tordu »...
Les Touaregs originaires de la région de Kidal (Adrar des Iforas) sont donc toujours au cœur du conflit. Il est regrettable que les médias français ne leur apportent pas plus de considération et de crédit.

Rapport 2009 d’Amnesty international : L’Afrique encore épinglé pour sa "dictature" et son "insécurité"

Paul Mben-22 Septembre, 31/05/2010

Rapport 2009 d’Amnesty international : L’Afrique encore épinglé pour sa "dictature" et son "insécurité"
lundi 31 mai 2010

Le Rapport 2009, resté plusieurs jours sous embargo, a été révélé à la presse malienne, le vendredi 28 mai, au siège d’Amnesty International Mali. Un document de plus de 480 pages qui rassemble des informations sur la situation en matière de droits humains de 157 pays et territoires en 2008.
Selon les explications du Directeur Exécutif d’Amnesty International Mali, Saloum B. Traoré, ledit rapport "dénonce les discriminations et l’insécurité structurelles qui empêchent les progrès dans le domaine législatif de se concrétiser sur le terrain". Selon toujours lui, "le Rapport 2009 révèle un monde où, bien souvent, les États choisissent à leur gré les droits qu’ils sont disposés à défendre et ceux qu’ils préféreraient étouffer".
Et dans cette catégorie, le document que nous nous sommes procurés et que nous avons parcouru, n’épargne pas l’Afrique. "De nombreux autres Africains, ont subi de plein fouet la hausse des prix des denrées alimentaires et des produits de base. Des manifestations ont été organisées et les autorités ont tué…À travers tout le continent, les citoyens ont manifesté contre une situation socioéconomique insupportable et la flambée du coût de la vie. Certaines manifestations ont dégénéré et des biens privés et publics ont été détruits ; de leur côté, les autorités ont souvent fait usage d’une force excessive pour les réprimer. Un grand nombre de personnes qui affirmaient leur droit à un niveau de vie décent et, notamment, leur droit à l’alimentation ont été blessées ou tuées par les forces de sécurité. Des manifestants ont été arbitrairement arrêtés et placés en détention, et certains ont été maltraités ou condamnés à des peines d’emprisonnement à l’issue de procès inéquitables. Dans la plupart des cas, aucune enquête n’a été menée pour identifier les membres des forces de sécurité qui avaient porté atteinte aux droits humains pendant les opérations de maintien de l’ordre liées aux manifestations" relève le rapport.
Côté sécurité, le diagnostic de l’organisation internationale n’est, non plus, tendre : "Les habitants de nombreux pays d’Afrique subissaient les conséquences des conflits armés et de l’insécurité…Dans certains conflits armés particulièrement âpres, les forces gouvernementales et les groupes armés n’ont manifesté aucun respect ni pour la dignité ni pour l’intégrité physique des populations. Les civils étaient très régulièrement pris pour cibles, le viol et d’autres formes de violences sexuelles restaient monnaie courante, des enfants ont bien souvent été enrôlés pour participer aux hostilités et des employés d’organisations humanitaires ont été attaqués. Lorsque des crimes relevant du droit international ont été perpétrés au cours de ces conflits armés, les responsables n’ont quasiment jamais été inquiétés". Le rapport de conclure qu’il existe toujours "un énorme décalage entre les discours des dirigeants africains- qui affirment protéger et respecter les droits humains- et la réalité quotidienne sur le terrain, où les atteintes à ces droits restent la norme…La situation déjà très difficile des populations est aggravée par les carences des États, qui ne leur fournissent pas les services sociaux essentiels, ne garantissent pas le respect de l’état de droit, ne combattent pas la corruption et ne rendent pas de comptes aux citoyens. Alors que les perspectives de l’économie mondiale semblent de plus en plus sombres, l’espoir réside dans la vitalité dont les sociétés civiles du continent ne cessent de faire preuve et dans la détermination des défenseurs des droits humains qui, malgré les risques encourus, sont prêts à remettre en cause des intérêts bien établis".

Mali : Nord, manif, peine de mort…

Dans le chapitre qui concerne notre pays, à la page 286, on note plusieurs points soulevés par le document, dont trois. Il s’agit du conflit au Nord, de la manifestation contre la vie chère et de la loi abolissant la peine de mort. Ainsi, on peut noter que des manifestations pacifiques ont été organisées pour protester contre la hausse du prix des produits de base, ainsi que contre les projets de privatisation de la distribution de l’eau dans le nord-ouest du pays. Dans la région de Kidal, dans le nord-ouest du pays, le conflit a redoublé d’intensité, en particulier en mars et en avril.
Pour ceux qui ne l’ont pas encore découvert, l’ouvrage s’ouvre sur cinq résumés régionaux présentant les tendances et événements essentiels qui ont dominé l’actualité des droits humains dans chaque région en 2008.
La partie principale est une étude de la situation des droits humains, pays par pays, de l’Afghanistan au Zimbabwe. Chaque entrée commence par un résumé de l’état des droits humains dans le pays traité. Elle expose ensuite les préoccupations d’Amnesty International sur un certain nombre de questions, au besoin en citant des cas concrets.
"Le fait qu’un thème ne soit pas abordé pour un pays donné ne signifie pas qu’aucun acte relevant de ce sujet de préoccupation n’y a été commis, pas plus que l’absence d’un pays ou territoire n’implique qu’aucune atteinte aux droits humains n’y a été perpétrée", a précisé Saloum B Traoré, lors de la conférence de presse.
Amnesty International, il faut le rappeler, est un mouvement mondial réunissant des personnes qui œuvrent pour le respect et la protection des droits humains universellement reconnus. La vision d’Amnesty International est celle d’un monde où chacun peut se prévaloir de tous les droits énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans d’autres instruments internationaux relatifs aux droits humains.
Afin de poursuivre cet idéal, Amnesty International mène de front ses missions de recherche et d’action dans le but de prévenir et de faire cesser les graves atteintes aux droits humains, quels qu’ils soient (civils, politiques, sociaux, culturels ou économiques). De la liberté d’expression et d’association à l’intégrité physique et mentale, de la protection contre les discriminations au droit au logement, ces droits sont indivisibles.
Amnesty International est financée essentiellement par ses membres et par les dons de particuliers. Elle ne cherche à obtenir ni n’accepte aucune subvention d’aucun gouvernement pour mener à bien ses recherches et ses campagnes contre les atteintes aux droits humains. Amnesty International est indépendante de tout gouvernement, de toute idéologie politique, de tout intérêt économique et de toute religion.
Amnesty International est un mouvement démocratique. Les principales décisions politiques sont prises par un Conseil international (CI) qui se réunit tous les deux ans et qui est composé de représentants de toutes les sections nationales.
Le CI élit un Comité exécutif international (CEI), chargé de mettre en œuvre ses décisions et dont la composition est la suivante : Soledad García Muñoz (Argentine, vice-présidente), Deborah Smith (Canada anglophone), Imran Riffat (États-Unis, membre coopté), David Stamps (États-Unis, trésorier international), Pietro Antonioli (Italie), Vanushi Rajanayagam Walters (Nouvelle-Zélande), Lilian Gonçalves-Ho Kang You (Pays-Bas), Tjalling J. S. Tiemstra (Pays-Bas, membre coopté), Peter Pack (Royaume-Uni, président), Christine Pamp (Suède) et Levent Korkut (Turquie). Le poste de secrétaire général d’Amnesty International est actuellement occupé par Irene Khan (Bangladesh).

Paul Mben

La diva Ouest africaine :Oumou SANGARE du Mali.



Clip de Oumou Sangaré - Sukunyali (Album Seya) 2008. Clip en hommage à l'ethnie Soninké.


dimanche 30 mai 2010

La parenté à plaisanterie au Niger

dimanche 30 mai 2010

La parenté à plaisanterie au Niger
Par Raliou Hamed-Assaleh
RFI

La parenté à plaisanterie est une vieille tradition en Afrique qui consiste à se moquer ou s'insulter entre membres d'une même famille ou entre membres de certaines ethnies. Ces affrontements verbaux sont en réalité des moyens de décrispation sociale. Au Niger, ce système de cousinage à plaisanterie se pratique entre différentes ethnies du pays.

Les journalistes nigériens se dotent d’un Code d’éthique et de déontologie

Illa Kane-President -TamTamInfo-30-05-10

Les journalistes nigériens se dotent d’un Code d’éthique et de déontologie
dimanche 30 mai 2010

A l’issue d’une Assemblée générale convoquée par l’Observatoire Nigérien Indépendant des Média pour l’Ethique et la Déontologie (ONIMED), le samedi 29 Mai dernier, les journalistes nigériens se sont dotés d’un nouveau Code d’éthique et de déontologie, qui remplace ainsi la Chartes des journalistes professionnels de 1997. Le nouveau Code adopté samedi dernier servira de base de travail à l’ONIMED dans sa mission de l’autorégulation de la presse au Niger. Il faut rappeler que l’ONIMED lui-même a été mis en place le 5 Mai dernier, conformément à une recommandation des Etats généraux de la presse qui sont tenus du 29 au 31 mars 2010 à Niamey. Au cours de cette rencontre, un texte sur la dépénalisation des délits commis par voie Code d’éthique et de déontologie des Journalistes nigériens

Préambule

Le respect de la vérité et le droit du public à l’information sont les principes fondamentaux du journalisme. Pour promouvoir et consolider les principes régissant l’exercice de la profession, tout journaliste est tenu de se soumettre à un certain nombre de devoirs.
Cependant, le respect desdits principes confère aussi au journaliste certains droits dont la jouissance est conditionnée par l’existence d’une presse libre, crédible et plurielle, pouvant assumer pleinement sa fonction de « gardienne » de la démocratie, mais aussi par des conditions de vie et de travail adéquates.
Résolument déterminés à respecter tous les devoirs que leur impose leur profession et à jouir des droits que leur mission leur confère, les journalistes nigériens adoptent ce code d’éthique et de déontologie en vue de promouvoir les principes et normes du journalisme professionnel au Niger.

A. Devoirs des Journalistes

Dans son travail permanent de collecte, de traitement et de diffusion de l’information, le journaliste doit :

Défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique ;

Respecter la vérité, quelles que soient ses conséquences pour lui-même et ce, en raison du droit sacré du public à l’information ;

Publier ou diffuser seulement des informations justes, vérifiables et équilibrées, c’est-à-dire sourcées et au cas contraire, les accompagner des réserves nécessaires ;

Respecter obligatoirement le principe de la sacralité de la vie humaine et la vie privée des personnes ;

Rectifier toute information publiée ou diffusée qui se révèle inexacte ;

Respecter le secret professionnel et s’interdire de divulguer sa source d’information ;

S’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation et toute autre accusation sans fondement ; - Refuser toute forme de corruption pour la publication ou la suppression d’une information ;

Refuser toute pression ou directive rédactionnelle n’émanant pas des responsables de la rédaction des organes de média pour lesquels il travaille ;

Cultiver l’esprit de la confraternité dans la collecte et la diffusion de l’information, notamment en s’interdisant de participer directement ou indirectement à toute action visant à nuire à un confrère ou à une entreprise de presse. Tout journaliste professionnel se fait le devoir d’observer strictement les principes énoncés ci-dessus et de n’accepter, en matière d’honneur professionnel, que la juridiction de ses pairs, à l’exclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre.

B. Des droits

Dans le cadre de l’exercice de sa profession, le journaliste a droit :

Au libre accès à toutes les sources d’information et à enquêter librement sur tous les faits relatifs à la vie publique. Le secret des affaires publiques ou privées ne peut en ce cas lui être opposé que par exception et en vertu de motifs exprimés et bien fondés ;

De refuser toute subordination qui serait contraire à la ligne générale de l’organe d’information pour lequel il travaille, telle qu’elle est déterminée par écrit dans son contrat d’engagement ;

Au respect de sa conviction et de sa conscience ;

D’invoquer la clause de conscience, lorsque qu’il ne se retrouve plus dans la ligne éditoriale de l’organe qui l’emploie.
A être informé sur toute décision importante de nature à affecter la vie de l’entreprise qui l’emploie. Il doit être au moins consulté avant toute décision définitive, sur toute mesure intéressant la composition de sa rédaction : embauche, licenciement, mutation et promotion de journaliste ;
Aux bénéfices des conventions collectives, mais aussi à un contrat personnel assurant la sécurité matérielle et morale de son travail ainsi qu’à une rémunération correspondant au rôle social, qui est le sien, et suffisante pour garantir son indépendance économique.

Les Touareg veulent des Etats fédéraux au Mali et au Niger

http://www.lequotidienalgerie.org-30-05-10

Les Touareg veulent des Etats fédéraux au Mali et au Niger
dimanche 30 mai 2010

La presse algérienne révèle que « Les circuits du Tassili du Hoggar sont interdits aux agences de tourisme de Tamanrasset… les services de sécurité ont reconduit manu militari des touristes et leurs accompagnateurs… Des touristes en bivouac ont été carrément embarqués à bord d’hélicoptère, débarqués à Tamanrasset, et abandonnés sans aucune explication. » (1)
En réalité, un vent de panique s’est emparé des autorités après une interception de communication de téléphones satellitaires concernant une « commande de kidnapping ».
Ce qui devait arriver arriva. La persistance d’une insécurité chronique généralisée au Sahel a fini par remonter de nouveau au Sahara qui a déjà connu le retentissant épisode de février 2003 où 32 touristes avaient été enlevés entre Djanet et Illizi.
Comme on le craignait, le paiement de rançons a suscité toutes les convoitises et poussé à la tentation des chauffeurs guides des agences de voyages, qui avaient pour mission de livrer quelques touristes, contre de fortes sommes d’argent. Plusieurs arrestations ont suivi cette alerte.
L’engrenage qui risque de s’emballer est prévisible : l’insécurité va remonter encore plus au nord vers les zones pétrolières et poussera les autorités à militariser davantage tout le Sud algérien. Les Sahara mauritanien, marocain, tunisien et libyen ne seront pas non plus épargnés par ces nouveaux « rezzous », comme ce fut déjà le cas avec le kidnapping d’un couple d’autrichiens en Tunisie en février 2008, et d’espagnols en Mauritanie en novembre 2009.
Cette grave atteinte à l’activité économique prometteuse du tourisme saharien sonne comme un « sabotage caractérisé » du tout récent activisme algérien qui a provoqué en ce début d’année 2010 plusieurs réunions de coordination des états-majors diplomatiques, militaires et du renseignement, pour combattre le terrorisme et s’opposer à toute intervention étrangère.
C’est aussi une conséquence directe de la mauvaise perception et gestion politico-militaire du problème Touareg, qui dure depuis l’indépendance des Etats africains. L’invention récente du terrorisme d’Al Qaïda est utilisée comme un arbre qui cache la forêt de la rébellion touarègue qui n’a jamais cessé depuis le début du siècle contre le colonisateur et s’est poursuivie après les indépendances à cause d’un tracé frontalier arbitraire et contre nature. Encore un autre héritage colonial empoisonné.
Le message lancé continuellement par les Touaregs est pourtant simple. Comme le dit l’adage populaire : « nalâab ouala nahsad » (Soit je joue, soit je ne vous laisserai jamais jouer). Tant que le problème touareg ne sera pas résolu, aucun espace sahélo-saharien ne connaîtra la paix, la sécurité et la prospérité.
Pour éviter le pire, en tant que pays central et leader du Sahara, l’Algérie doit remettre les compteurs géopolitiques de la région à zéro, opérer un changement radical de la gestion du problème Touareg, et reconstruire ses relations avec tous les pays voisins du Maghreb et du Sahel sur de nouvelles fondations.

La géopolitique des populations du Sahel

Le Sahel est la bande semi désertique prolongeant le Sahara des cinq pays d’Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte) aux cinq Etats subsahariens : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad, Soudan. Ces pays du Sahel, créés de toutes pièces par la décolonisation sont considérés, en droit international, comme des États, mais n’ont jamais été des Nations.
Cet ensemble de cinq pays ne compte que 80 millions d’habitants en 2008 sur un espace de 7,323 millions de km2, soit moins de 11 habitants/km2. Cette densité est trois fois inférieure à la moyenne de l’Afrique (32 hab/km2), et cinq fois inférieure à la moyenne du Monde (49 hab/km2). Ce peuplement est encore très inégal selon l’occupation territoriale, avec une dominante du nomadisme, allant jusqu’à moins d’un hab/km2. (2)
De telles configurations de peuplement et de surfaces désertiques expliquent les difficultés de souveraineté et de gouvernance sur ces vastes territoires. Aucun des cinq Etats n’a ni la volonté, ni les moyens budgétaires et logistiques d’y déployer un maillage territorial permettant d’exercer l’administration et la sécurité. Il est donc inévitable que des groupes locaux ethniques, « héritiers légitimes » de leurs territoires, en prennent le contrôle, et se rebellent contre le pouvoir central.
L’exemple le plus significatif est celui du Mali. On distingue 23 ethnies réparties en cinq principaux groupes : mandingue (Bambara, Soninké, Malinké, Bozo), pulsar (Peul, Toucouleur), voltaïque (Bobo, Sénoufo, Minianka), saharien (Maure, Touareg) et Songhaï. Les 9/10 de la population, noirs sédentaires, se concentrent dans le sud du pays, le Mali utile en termes de potentialités agricoles. Mais deux tiers du territoire malien sont revendiqués par les Touaregs qui n’ont jamais accepté le pouvoir noir de Bamako.
Le Niger est un territoire tripolaire composé à l’ouest des Djerma-Shongaï, 22% de la population, au centre et à l’est des Haoussas, 56%, et au nord des Touaregs, environ 10% qui revendiquent les trois quart du territoire. Comme au Mali, la rébellion permanente des Touaregs atteste de la fragilité chronique de l’État nigérien.
Du caractère transfrontalier de nombreuses ethnies, à l’exemple de l’ethnie zaghawae transfrontalière entre le Tchad et le Soudan, il en résulte que les territoires des pays voisins sont utilisés comme lieux de replis lors des conflits. Ainsi, le Soudan a-t-il servi de lieu de repli pour des groupes rebelles du Tchad, comme le Tchad l’est pour des groupes du Soudan. Le Sahara algérien et libyen est utilisé comme lieu de repli par les rebelles touaregs du Niger et du Mali, qui considèrent aussi ces régions comme leur espace vital.
Avant la colonisation, il existait des frontières naturelles entre les populations blanches d’Afrique du Nord et les royaumes noirs sub-sahariens. Elles s’étendaient des fleuves Sénégal et Niger jusqu’au Lac Tchad. Le dogme intangible des frontières coloniales a bouleversé profondément les équilibres géo-démographiques du Sahel.
La réunion de l’OUA d’Addis Abeba en Mai 1963 et la conférence des chefs d’Etat du Caire en juillet 1964 ont entériné le statu quo des frontières issues de l’époque coloniale. En fait, ces frontières se substituèrent aux limites administratives établies par la France, lors de la création de l’Organisation Commune des Régions Sahariennes (OCRS), le 10 janvier 1957. (3)
« L’esprit qui a présidé à l’élaboration de l’OCRS dévoile une conception ethnique du territoire dont un des objectifs était de créer une barrière politique définissant une « chasse gardée française » susceptible d’éviter des contacts entre une Algérie qui avait engagé une guerre pour acquérir son indépendance et une Afrique noire traversée par l’opinion des leaders indépendantistes… Cette barrière ethnico-politique pouvait se dresser en jouant sur une série d’oppositions classiques telles que nomades et sédentaires, Touaregs/Arabes, Touaregs/populations noires et bien sûr Blancs/Noirs. À l’évidence, cette conception ethnico-territoriale, voire cette « arme ethnique » utilisée par les services français, ne pouvait qu’exacerber les relations interethniques déjà tendues. » (4)

La mystification coloniale du problème touareg

La France coloniale présente en Afrique noire, notamment au Sénégal depuis le 17è siècle, et en Afrique du Nord depuis l’invasion de l’Algérie en 1830, voulait faire la jonction de son empire colonial entre le Nord et le Sud, mais s’était heurtée à ces populations mystérieuses de nomades du Sahara surgissant de nulle part.
Après plusieurs missions de géographes explorateurs comme Henry Duveyrier (1840-1892), une première incursion militaire menée par le colonel Paul Flatters en 1881 dans le Hoggar fut massacrée par les Touaregs.
Il a ensuite fallu attendre 1902 et la fameuse bataille de Tit pour entamer le début de la conquête du Sahara. Les livres d’histoire citent souvent cette « glorieuse victoire de l’armée française », en prenant bien soin d’occulter qu’il n’y avait en fait qu’un seul français dans cette expédition, le lieutenant Cottenest alors que la centaine de combattants étaient tous des algériens Chaâmbas de la région de Ouargla, rivaux héréditaires des touaregs dans les rezzous. Ce fut le début d’une abondante littérature de mystification coloniale qui a toujours fait croire à une supériorité militaire française, une pacification du Sahara et à la soumission des Touaregs devenus « amis des français ».
Pourtant, le Comte Henry-Marie de la Croix de Castries, explorateur et historien de l’Afrique du Nord où il fut affecté en 1873 aux Affaires indigènes, avouait son admiration de « la vie de ces grands chefs bédouins, si proche de celles des temps bibliques. Ce jeune lieutenant se sentait tout pénétré d’inspirations orientales « qui de cette vie arabe lui causa l’impression la plus profonde et la plus durable, de la foi sereine, active et méritoire de ces musulmans convaincus. »
Il relatait aussi la sévère leçon d’humilité que lui donnait l’exemple de ses cavaliers d’escorte, mettant pied à terre pour prier Dieu. « Je m’éloignai ; j’aurais voulu rentrer sous terre ! Je voyais les amples burnous s’incliner à la fois dans un geste superbe aux prostrations rituelles ; j’entendais l’invocation : Allahou Akbar ! Dieu est le plus grand ! Et cet attribut de la divinité prenait dans mon esprit un sens que toutes les démonstrations métaphysiques des théodicées n’avaient jamais réussi à lui donner. J’étais en proie à un malaise indicible, fait de honte et de colère. Je sentais que dans ce moment de prière, ces cavaliers arabes, si serviles tout à l’heure, avaient conscience qu’ils reprenaient sur moi leur supériorité. » (5)
Le Sahara, présenté par les colons comme une frontière déserte infranchissable a en fait toujours été une zone peuplée, reliée par des pistes, des points d’eau et des oasis. Le chameau y était présent depuis l’Antiquité et les traces des nomades transsahariens remontent aux peintures rupestres. Les populations des rives nord et sud du Sahara n’ont jamais été séparées.
« L’installation du père De Foucauld à Tamanrasset ne relève pas seulement d’un souci mystique de solitude, mais de raisons proprement patriotiques et militaires. Le massif montagneux du Hoggar est le centre géographique de la vaste zone désertique qui s’étend du versant sud de l’Atlas, au nord, jusqu’aux bassins du Niger et du Tchad au sud, et de l’océan Atlantique à l’ouest ; jusqu’à la Tripolitaine à l’est. Cette forteresse est au carrefour des pistes qui mènent aux ports méditerranéens l’or, l’ivoire, les esclaves importés d’Afrique noire. Les agiles Touaregs du Hoggar fondaient à l’improviste sur les lourds convois chargés de marchandises ou se faisaient grassement payer pour les protéger ». (6)
Les cités touarègues de la boucle du fleuve Niger (Tombouctou, Gao, Agadez, Tahoua) ont été reliées depuis plusieurs siècles aux cités du grand Maghreb (Marrakech, Fez, Tlemcen, Tihert, Cirta, Ouargla, Biskra, Kairouan,…). Chaque année, les pèlerins transitaient par ces villes pour leur voyage à La Mecque, en passant par la Tripolitaine, le Fezzan, le Tibesti et l’Egypte. Au XVe siècle, la ville mythique Tombouctou comptait environ 100.000 habitants (30.000 aujourd’hui), dont 25.000 étudiants qui fréquentaient la célèbre université.
Une délégation touareg qui rencontra à Biskra le général de la Roque en 1890, lui confirmera l’étendue de leur territoire : « Partout où nous allons nous nous heurtons à vous… du Sud tunisien aux portes de Ghadamès,…au Nezfaoua et dans le Sahara jusqu’à Figuig, nous vous trouvons partout ; avec vous ces contrées là nous sont fermées et nous sommes comme murés chez nous. » (6) En cette fin de siècle, les Kel Ahagar et Kel Ajjer se retrouvent encerclés, privés de leurs débouchés au Sud comme au Nord.
Occultant et bafouant l’histoire millénaire des populations sahariennes, la France a tenté d’imposer au Sahara le triptyque colonial des 3 C défini par David Livingstone : Civilisation, Christianisme, Commerce. Mais malgré tous leurs efforts, Charles de Foucauld et les missionnaires chrétiens n’ont jamais réussi à évangéliser, ni franciser un seul homme bleu.
Dans sa lettre du 29 Mai 1909 à Henry de Castries, Foucauld écrivait avec un étrange mélange de naïveté et de mépris : « Je vais reprendre mon travail quotidien : apprivoisement des Touaregs, des Indigènes de toute race, en tâchant de leur donner un commencement d’éducation intellectuelle et morale… Tout cela pour amener, Dieu sait quand, peut-être dans des siècles, au christianisme. Tous les esprits sont faits pour la vérité, mais pour les Musulmans, c’est affaire de très longue haleine. » (5)

Même le tamasheq restera la langue dominante, tenant tête au français. Et à ce jour les pistes commerciales ancestrales restent toujours contrôlées par les touaregs.

La stratégie coloniale de diviser pour régner a complètement perturbé la perception géopolitique du problème touareg. En réalité, ce terme, devenu générique, englobe l’ensemble des tribus du Sahara et du Sahel qui parlent le tamasheq, de la même façon qu’on désigne par le terme arabe tous ceux qui parlent la langue arabe. Au fil des siècles et du nomadisme, le métissage tribal et l’assimilation culturelle ne permettent plus de distinguer touaregs et arabes, comme on le fait encore à tort entre les populations amazighophones et les berbères arabisés au Maghreb. Les Kountas, Berraber, Berrabich, Zenaga, Iguellad, Ansar, Chorfa, etc… d’origine arabo-berbères, qui nomadisaient des confins désertiques maghrébins jusqu’à Zinder, se sont au fil des siècles complètement fondus dans la culture touareg du désert (langue, mœurs, traditions, habillement, coutumes sociales et juridiques,…). Ils forment en réalité un seul peuple vivant en symbiose. (7)
Depuis les indépendances, on constate une sédentarisation forcée des touaregs en Algérie et Libye, une marginalisation au Niger et une discrimination au Mali avec une seule alternative : l’exil ou les armes. Pourtant, rien au Sahara ni au Sahel ne peut se faire sans le consentement de ces chevaliers du désert.
Les frontières sahélo-sahariennes « géométriques » entre les 10 Etats, en plein désert, ont-elles un sens ? Elles ne sont qu’un fait accompli colonial, une contrainte exogène absurde, artificielle, handicapante. Le droit occidental colonial a imposé une « territorialité » en contradiction avec la nature de l’immensité de l’espace saharien et du mode vital et économique nomade et pastoral. Chez les populations nomades, la géographie politico-économique est mouvante selon la pluviométrie, les rapports de force tribaux et la liberté immuable de circuler. L’idée même d’une frontière fixe est un concept inexistant chez les peuples sahariens. En définitive, personne au Sahara n’a jamais considéré ces frontières théoriques et fictives. Ni les puissances coloniales, ni les Etats indépendants, ni les populations… ni les « nouveaux terroristes » (8)
Le problème touareg renvoie à la complexité géographique de l’espace saharien, aux enjeux humains et économiques du nomadisme. Il pousse à s’interroger sur une nouvelle perception du principe de souveraineté partagé sur des déserts. Comme il est hors de question de marginaliser ou d’exterminer les Touaregs, comme le furent tragiquement les Indiens d’Amérique, la question fondamentale est celle de définir leur intégration et leur rôle dans cet immense espace saharien partagé entre ces 10 Etats. Cette problématique dépasse largement le cadre défini par les Accords de Tamanrasset en 1991 et d’Alger en 2006, qui n’ont en fait jamais été appliqués.
Le morcellement de l’espace touareg voulu par le colonisateur et perpétué par les Etats indépendants doit être abandonné au profit d’une intégration civilisationnelle, géographique, linguistique de cet espace selon un double système d’Etats fédéraux et de zones franches. Des personnalités africaines ont déjà prôné une « déconstruction » de cet héritage colonial des « cadres territoriaux existants, par la remise en question des frontières convenues et la création simultanée d’espaces mouvants ».

Les Touaregs veulent des Etats fédéraux

Dès les indépendances de 1960, après la création de l’OCRS, une alliance s’était nouée au Mali pour soutenir une partition territoriale du « Soudan français », afin d’éviter d’être gouvernés par des pouvoirs noirs.
Une des figures emblématiques de cette résistance au fait accompli colonial était Mohamed Ali ag At-Tahar (1904-1994), Aménokal des Kel Antessar. Il ressemblait en tous points à son père At-Tahar ag Al Mahdi, né vers 1868 et devenu Aménokal en 1914, que décrit de fort belle manière Paul Marty : « At Tahar est le type du grand, vigoureux et beau Targui. D’une magnifique prestance, d’une dignité souveraine, il fait le plus bel effet. Intelligent ouvert, sympathique, c’est un assez bon lettré arabe, encore qu’il soit beaucoup plus guerrier que taleb. » (7)
At-Tahar adopta une attitude pleine d’ambiguïté et de diplomatie avec les colonisateurs dans la région de Tombouctou. Ni soumis, ni rebelle, il avait pour souci de protéger sa tribu par une cohabitation et une collaboration tactique avec l’autorité coloniale. Il agissait comme Moussa Ag Amestane, Aménokal des Kel Ahaggar qui avait toujours fait planer cette confusion subtile entre soumission et alliance avec l’ordre colonial qui exaspérait le général Laperrine : « il s’agissait de remettre au point la soumission de Moussa faite à In Salah et de bien établir que c’était une soumission et non une alliance. Il fallait faire accepter par les tribus un léger impôt qui fut une marque tangible de cette soumission. » (Laperrine, 1913) (9)
Laperrine et ses adjoints avaient mis au point cette politique subtile d’affrontement avec les Touaregs : « Le Touareg obéira à la force ; il y obéira comme l’Arabe, d’une façon parfaite, mais seulement quand il aura constaté qu’il ne peut faire autrement. Il faut donc lui prouver, lui montrer notre force. » (9)
Mohamed Ali ag At-Tahar grandit dans la lignée des révolutionnaires indépendantistes africains. Rebelle à l’autorité coloniale, il finit par léguer le Tabbel d’Aménokal à son frère, Mohamed Al Mahdi, né en 1923 et toujours en exercice à Bamako.
Mohamed Ali s’exila dès 1952 en Arabie Saoudite chez le roi Fayçal avec toute sa famille et ses domestiques. Puis il s’installa en Egypte chez Nasser qui lui offrit une épouse égyptienne. C’est au Caire qu’il se fit connaître de tous les révolutionnaires africains et arabes, notamment des leaders du FLN. Ensuite, il partit en Libye chez le roi Idriss, avant de s’installer au Maroc en 1960 chez le roi Mohamed V qu’il avait déjà rencontré en 1955 à son retour d’exil.
Alors qu’il était royalement reconnu et respecté, la puissance coloniale craignait que Mohamed Ali fédère toutes les tribus dans un « royaume touareg », et remette en cause la stratégie « d’indépendance dans l’interdépendance » conçue et mise en œuvre par les gaullistes et leurs réseaux de supplétifs de l’Armée Coloniale d’Afrique.
La proposition d’un Etat fédéral touareg au Sahara ayant été rejetée par la France, les Touaregs commencèrent à s’armer et se révolter dès 1961, moins d’un an après l’indépendance du Mali et du Niger. Une première insurrection eut lieu fin 1962, contre le gouvernement de Bamako de Modibo Keita. Les Touaregs n’eurent comme réponse qu’une sévère répression qui décima les tribus des Adrar des Iforas, d’où avait été lancé le mouvement.
Le tournant historique s’est joué en 1963 lorsque Modibo Keita réussit un coup de maître en poussant les duo algérien, Ben Bella-Boumediene, et marocain Hassan II-Oufkir à trahir les touaregs. Le 29 octobre 1963, Modibo joue un rôle d’arbitre dans la sortie du conflit frontalier de la « guerre des sables » qui opposait le Maroc à l’Algérie. Il réunit à Bamako Hassan II et Ben Bella en présence du négus Haïlé Sélassié d’Éthiopie et obtient des belligérants un cessez-le-feu immédiat.
En échange de sa médiation, et « sous la menace d’une généralisation des conflits frontaliers en Afrique », il demande et obtient l’arrestation et l’extradition des leaders touaregs exilés en Algérie et au Maroc.
C’est ainsi que Mohamed Ali Ag At Tahar est arrêté en 1963 par le général Mohamed Oufkir sur ordre du roi et livré au Mali qui le maintiendra en détention durant 12 ans, jusqu’à sa libération en 1975 par Moussa Traoré. Brisé, il retourna en exil au Maroc, chez Hassan II qui le prit en charge et le plaça dans une prison dorée pour le « neutraliser » jusqu’à sa mort en 1994.
De son côté, l’Algérie extrada deux chefs touaregs, Zaid ag Tahar ag Illi et Ilias Ag Ayuba, et un jeune messager Mohamed El Ansari, neveu de Mohamed Ali, envoyé spécialement du Maroc pour avertir Zaid et arrivé par malchance le jour même de son arrestation.
Zaid, Amenokal des Iforas de Kidal, s’était d’abord exilé à Tamanrasset puis à Ouargla. Ses disciples avaient déclenché une révolte en récupérant un stock d’armes que l’armée coloniale avait enterré à Silet (120kms au sud-est de Tamanrasset). Comme Mohamed Ali, Zaid s’était aussi désisté de sa chefferie au profit de son frère Intallah plus docile, toujours en exercice à Kidal.
Libéré lui aussi en 1975, Zaid mourut en 1998. Ilias Ag Ayuba, chef des Doushakis à Gao, tribus touaregs d’origine lointaine juive, avait suivi la rébellion de Zaid et l’avait rejoint à Tamanrasset puis Ouargla. Il vit toujours à Gao, alors que son frère Younès est installé à Tamanrasset où il a facilité l’insertion de nombreux membres de sa tribu. La répression de Modibo Keita aidés des virulents Songhaïs, qui a suivi ces arrestations, a été féroce, proche du génocide (tueries, massacres collectifs, abattage de cheptel, empoisonnement des puits, arrestations,…). Les régions du nord ont été décrétées zones militaires, tous les postes de fonctionnaires militarisés, et les touaregs écartés de toute fonction officielle. Après avoir nié la réalité et l’ampleur de cette dissidence, le gouvernement de Bamako annonce son écrasement complet en 1964.
Plusieurs exodes importants ont afflué vers les pays voisins essentiellement l’Algérie, mais aussi Libye et Mauritanie, dès l’indépendance, puis à chaque rébellion et lors des grandes sécheresses des décennies 70 et 80 et l’actuelle de 2010. La naissance du groupe musical malien Tinariwen en 1982 à Tamanrasset est intimement liée à cette situation d’exil et d’errance du peuple touareg. Il est l’émanation même de cette diaspora qu’il chante aux quatre coins du monde, en remplaçant le fusil par la guitare.
La trahison algéro-marocaine qui a soutenu le pouvoir de Bamako a profondément déçu et découragé les touaregs qui se sont exilés ou résignés à une résistance passive jusqu’à la nouvelle rébellion de 1990-1991 déclenchée par Iyad ag Ghali au Mali et Raïssa ag Boula et Mano Dayak au Niger.
L’Algérie, entrée elle-même dans une grave crise politique et sécuritaire, ne voulait surtout pas d’une nouvelle complication frontalière et s’activa à la conclusion rapide d’un cessez-le-feu et la conclusion d’accords d’intégration des touaregs dans l’administration de leurs territoires. Un accord fut signé à Tamanrasset le 6 janvier 1991. (10)
Mais une « main invisible » a décidé de défaire « immédiatement » l’appel à la sagesse et la pacification, et de poursuivre la marginalisation des touaregs. Dès le 8 janvier, le signataire de l’Accord, le Colonel Ousmane Coulibaly, Chef d’état-major général des armées, remplace au ministère de la défense le président Moussa Traoré, qui se fait ensuite renverser le 23 mars par un coup d’Etat du Lieutenant-Colonel Amadou Toumani Toure, à la tête d’un Comité de Transition pour le Salut du Peuple (CTSP).
Curieusement, le président algérien Chadli Bendjedid subira le « même processus », abandonnant le poste de ministre de la défense au général Khaled Nezzar en juin 1991, avant d’être « démissionné » en janvier 1992.
Le colonel Iyad ag Ghali a finalement été récupéré par Bamako et est actuellement ambassadeur du Mali en Arabie Saoudite, et « négociateur attitré » avec les preneurs d’otages maliens. Raïssa ag Boula, qui signa les accords de paix au Niger en avril 1994, participa à plusieurs gouvernements sous la présidence de Mamadou Tandja, qui vient d’être renversé par un coup d’Etat en février 2010.
Quant à Mano Dayak, il sera victime d’un mystérieux accident d’avion en décembre 1995.
Une nouvelle rébellion déclenchée par Ibrahim ag Bahanga en mai 2006, rejoint par Iyad ag Ghali et Hassan Fagaga, provoqua une nouvelle intervention du « pompier algérien » qui lui « intima l’ordre de rebrousser chemin alors que ses troupes étaient à 300 kms de Bamako ». De nouveaux accords ont été laborieusement signés à Alger le 4 juillet 2006 avec la mise en place d’un Comité de suivi. (11)
Mais dès son retour à Bamako, le Général Kafougouna Koné, signataire des « accords de reddition d’Alger » selon la presse malienne, est convoqué par un groupe parlementaire et con­traint de répondre aux interroga­tions des députés, en direct à la télévision. Il sera pris à partie sur la constitutionnalité du document et sur l’esprit de certaines de ses dispositions. Le cessez-le-feu ne fut pas respecté et plusieurs accrochages eurent lieu entre les rebelles et l’armée malienne. Bahanga fut aussi à l’origine de l’Alliance Touareg Niger-Mali fondée en juillet 2007. Finalement, aucune mesure n’a été mise en œuvre et tour à tour, les touaregs de l’Alliance Démocratique pour le Changement, puis l’Algérie se sont retirés de cet Accord, devenu caduc… depuis le rappel de l’ambassadeur algérien à Bamako, suite à l’affaire de la libération de l’agent de la DGSE Pierre Camatte, contre le paiement d’une rançon et la remise en liberté de terroristes algériens par ATT.
L’équation politique touareg ressurgit régulièrement aussi simple que dangereuse. Les touaregs du Mali et du Niger ne veulent pas porter atteinte à la souveraineté des Etats existants, mais revendiquent l’instauration d’Etats fédéraux avec une large autonomie, liés juridiquement à Bamako et Niamey, mais ouverts et intégrés humainement et économiquement au grand Maghreb, et à l’Algérie en particulier, comme ils l’ont toujours été avant, pendant et après la colonisation.
Les nouvelles générations de touaregs, sont prêts à lancer de nouvelles rébellions pour contrôler leurs territoires au nord du Mali et du Niger et contraindre Bamako et Niamey à négocier.
Les touaregs rappellent pertinemment qu’ils sont les seuls capables de sécuriser l’espace sahélo-saharien et garantir la stabilité de cette vaste zone tampon entre l’Afrique du nord et l’Afrique noire. A défaut, ils sont aussi capables de la maintenir dans l’état d’une zone interdite à hauts risques d’instabilité géopolitique et de sous-développement chronique.

Saâd Lounès
(1) El Watan du 26-05-2010

(2) La géopolitique des populations du Sahel
(3) Histoire des frontières algériennes
(4) André Bourgeot (CNRS) – Sahara : Espace géostratégique et enjeux politiques
(5) Charles de Foucauld – Lettres à Henry de Castries (1850-1927) – Grasset, Paris 1938 – Préface de Jacques de Dampierre
(6) Georges Gorrée – Les Amitiés Sahariennes du Père de Foucauld – Arthaud, Paris, 1946. —
Dès son installation à Beni Abbès, « Foucauld a compris le rôle magnifique qu’il peut remplir au Sahara : conseiller le plus exactement possible les chefs qui ne se trouvent pas sur place. Officier français, il le demeurera jusqu’à sa mort, plaçant très haut l’honneur du pays qu’il incarnait aux yeux des populations sahariennes… le père Foucauld n’a jamais cessé un seul instant d’être officier explorateur ; parce qu’il demeura près de quinze années consécutives au Sahara ; parce qu’il s’intéressa à tout ce qui touchait l’action de la France dans les territoires du Sud… Charles de Foucauld, moine missionnaire au Sahara, restera le modèle et le maître de tous les officiers des Affaires Indigènes des nations colonisatrices… En d’autres occasions, Foucauld ne se contente plus de renseigner, il donne lui-même des ordres, et ceux-ci sont exécutés sur le champ. » Pour le général Laperrine, « Charles de Foucauld demeure notre plus parfait instrument de pacification saharienne. »
Laperrine avait noté au bas du Rapport Officiel sur la mort de Foucauld : « l’assassinat du père de Foucauld doit se rattacher à la lettre trouvée à Agadès dans les papiers de Khaoussen et dans laquelle un européen (turc ou allemand) lui conseillait comme première mesure, avant de soulever les populations, de tuer ou prendre comme otage des européens connus comme ayant de l’influence sur les indigènes dévoués aux français. »
Lettre du 2/8/1915 de Charles de Foucauld à Laperrine : « Je mène ma vie ordinaire, dans un grand calme apparent, mais l’esprit étant au front avec vous, avec nos soldats. Après le Dictionnaire Touareg-Français abrégé et le Dictionnaire des Noms propres, voici le Dictionnaire Touareg-Français plus développé qui est terminé et prêt à être imprimé. Je viens de me mettre à la copie, pour l’impression, des poésies… cela me parait étrange, en des heures si graves, de passer une journée à copier des pièces de vers… Au cas où les lois de l’Eglise me permettraient de m’engager, ferais-je mieux de m’engager ? Si oui, comment m’y prendre pour m’engager et être envoyé au front… Répondez-moi sans tarder ; par ce même courrier, j’écris pour demander si l’Eglise autorise quelqu’un dans mon cas à s’engager. »– Lettres inédites au Général Laperrine, Pacificateur du Sahara – La Colombe, Paris, 1954. Préface de Georges Gorrée.
(7) Paul Marty - Etudes sur l’Islam et les tribus du Soudan, in Revue du Monde musulman dirigée par Louis Massignon – Ed Ernest Leroux – Paris – 1918-1919
(8) Kidal, 49ème wilaya d’Algérie
(9) Paul Pandolfi, Une correspondance saharienne, Lettres inédites du général Laperrine au commandant Cauvet (1902-1920), Karthala, Paris, 2006 —
Henry Laperrine (1860-1920), général de division, a été camarade de Charles de Foucauld au 4e Chasseurs d’Afrique en 1881. Après la mort de Foucauld (1/12/1916), la France coloniale craint l’embrasement du Sahara et Lyautey, ministre de la guerre, rappelle Laperrine du front franco-allemand pour reprendre en main la situation, dont les répercussions peuvent être d’une gravité incalculable pour l’Afrique du Nord et l’Afrique Noire. En 2 ans, il pacifie le Sahara pour la seconde fois, puis meurt le 18/2/1920, après 16 jours d’agonie dans le désert du Tanezrouft où son avion s’est écrasé. Foucauld disait de Laperrine : « C’est lui qui a donné le Sahara à la France… et qui a réuni nos possessions d’Algérie et notre colonie du Soudan. »

(10) Accords de Tamanrasset de 1991
(11) Accords d’Alger de juillet 2006

Sécheresse au Mali et au Niger: aide du CICR et achat de bétail

Sécheresse au Mali et au Niger: aide du CICR et achat de bétail

(AFP) – r



BAMAKO — Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a lancé une opération d?aide aux populations du nord du Niger et du nord du Mali, confrontées à la sécheresse, en rachetant notamment du bétail aux éleveurs, a-t-on appris samedi auprès de l'organisation.
"Nous avons en cours une opération d?aide à des populations du nord du Niger et du nord du Mali pour faire face à l?insécurité alimentaire et la sécheresse qui décime le bétail", a déclaré à l?AFP le chef adjoint de la délégation régionale du CICR pour le Mali et le Niger, Christian Wabnitz, interrogé par téléphone depuis Bamako.
"Sur le terrain, notre rôle consiste à apporter une assistance alimentaire aux familles éprouvées et à développer un programme d?appui aux éleveurs, en vue de racheter leurs bêtes très affaiblies par la sécheresse", a ajouté M. Wabnitz, à Niamey.
L'organisation avait auparavant annoncé dans un communiqué que "dans la région d'Agadez, dans le nord du Niger, et dans les régions de Gao et de Tombouctou, dans le nord du Mali, le CICR procède à l?achat de 38.000 têtes de bétail à plus de 10.000 familles d?éleveurs et d?agriculteurs touchées par les effets cumulés de l'insécurité et de la sécheresse".
Près de 70% du cheptel seraient menacés par la sécheresse qui frappe l'espace sahélo-saharien, ajoutait le CICR.

/SURAJ HUA MADHAM (HD) KABHI KHUSHI KABHIE GHAM FULL SONG SRKAJOL SONU NIGAMTeri Ore - Singh Is Kinng

NDLR : Clips Bollywood sur fond  du desert et des pyramides

Sharuk Khan


August 15, 2009 — Song: Teri Ore

Movie: Singh Is Kinng (2008)
Vocal: Rahat Fateh Ali Khan and Shreya Ghosal
Artist: Akshay Kumar and Katrina Kaif
Music: Pritam, R D B
Lyrics: Mayur Puri
Note: The song used in the movie "Singh is King" ends at 02:34. The rest of the video is put to keep the whole song, released in audio CD.


Espionnage économique au Sahara et au Sahel au profit de Paris et de Washington

Espionnage économique au Sahara et au Sahel au profit de Paris et de Washington

jeudi 27 mai 2010
Par Fayçal Oukaci

Le Sahel grouille de services de renseignements étrangers. Cela ne date pas d’hier, mais le constat établi par les pays concernés, le Mali, qui vient en tête de ces pays, le Niger et la Mauritanie, fait état d’une prolifération importante d’agents du renseignement à la faveur des prises d’otages opérées par AQMI dans la région.

Cette prolifération a été tellement importante qu’elle a fait dire au diplomate autrichien aguerri, Anton Prohaska, qu’une des principales raisons qui avait retardé sur de longs mois, la libération des deux ressortissants autrichiens, Wolfgang Ebner et Andréa Kloeber, était justement « le télescopage de plusieurs services de renseignement dont les intérêts et les positions divergeaient ».

La France, très introduite au Sahel, grâce à une présence constante de la DGSE au Mali, au Niger et à un degré moindre en Mauritanie, fait fructifier ses intérêts, économiques surtout, avec près de deux cents entreprises installées entre le Mali et le Niger. L’implantation d’Areva au Niger et les entreprises interessées par l’uranium de Niamey sont devenues des doctrines au plan de la politique étrangère de la France. La « Françafrique », grâce à un subtil jeu d’alliances fait florès, malgré des revers subis les dernières années…

La présence américaine au Sahel est un établissement plus récent, mais la percée opérée par la CIA au Sahel, après un passage au Kenya et en Tanzanie, reste importante. La présence d’Al Qaeda dans la région est la raison invoquée par Washington, mais tous les spécialistes s’accordent à dire qu’endiguer la poussée sini-russe dans la région est devenue une nouvelle doctrine militaire et économique de la politique africaine de la Maison-Blanche.

Plus précis, l’agence euro-maghrébine de lutte contre le terrorisme, communément appelé Centre d'études maghrébines et de recherches stratégiques, que la France s’apprête à mettre sur pied dans un des pays du Maghreb, vraisemblablement la Tunisie, ne serait en fait, selon des sources informées, qu’un moyen d’avoir des informations « utiles » à mettre à la disposition de Paris.

L’initiative, lancée dans le cadre du forum de Défense dit 5+5 entre les pays du Maghreb et du sud de l'Europe (Espagne, Italie, France, Portugal et Malte), serait que la France puisse disposer d’informations « exploitables en temps réel », dans la prochaine étape des joutes stratégiques entre les puissances pour le contrôle de la triple région maghrébo-saharo-sahélienne. L’initiative avait été certes lancée pour les dix années à venir, mais soudainement elle a été reprise par le patron des renseignements extérieures français, Erard Corbin de Mangoux, qui avait poussé sa certitude jusqu’à préciser, dans une livraison de la revue française, « les Cahiers de Mars », que la zone du Maghreb figure parmi celles que son service «arpente» régulièrement.

Ce brusque regain d’intérêt a été aussi accéléré par la poussée terroriste opérée par Al-Qaïda au Maghreb, non seulement au Sahel mais bien au-delà. Selon les Cahiers de Mars, « l'objectif est justement de mettre en œuvre une plateforme de renseignements à même de garantir une coopération entre les pays concernés, en tête desquels le Maroc et l'Algérie, tout en permettant à la France, et à l'Union européenne, de surveiller de près un mouvement terroriste qui ne cache nullement ses ambitions de s'exporter en Europe. Un moyen également de parer le peu de coopération signalée entre les deux pays concernés par cette lutte, le Maroc et l’Algérie. D'où d'ailleurs le choix porté sur Tunis pour abriter le siège du centre »

La revue précise aussi qu’ « il est question d'installer des bureaux de liaison du CEMRS dans tous les pays du Maghreb, au sein même des chancelleries françaises. Ces «bureaux» devraient être chapeautés par les attachés militaires des représentations diplomatiques françaises au Maghreb. Au cœur des priorités d'ores et déjà fixée, la sécurité maritime et la menace terroriste. La région du Sahel figure en fait parmi les zones du nouvel «arc stratégique» français évoqué par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationales ».

Echourouk On Line, 26 mai 2010

Niger: la junte a lancé la transition mais l'heure des doutes et critiques a sonné

Niger: la junte a lancé la transition mais l'heure des doutes et critiques a sonné

De Thomas MORFIN (AFP) –

ABIDJAN — En cent jours, la junte militaire aux commandes au Niger a tenu sa promesse d'installer une transition en vue des élections, s'attirant un soutien international, mais à l'intérieur du pays des doutes commencent à se faire jour sur ses choix et sa pratique du pouvoir.
Le 18 février, dans un pays habitué aux coups d'Etat, le président Mamadou Tandja, au pouvoir depuis dix ans, était renversé par un putsch. Prenait fin la grave crise née de sa volonté de se maintenir malgré la fin de son mandat légal.
Très vite, le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD, junte) promet de rendre le pouvoir aux civils à l'issue d'élections, d'"assainir la situation politique" et de "réconcilier les Nigériens".
En moins de quatre mois, le cadre de la transition a été posé.
Elle doit ainsi s'achever par des élections générales avant le premier anniversaire du coup d'Etat. Un nouveau code électoral a été promulgué cette semaine par le chef de la junte, le général Salou Djibo.
Des institutions de transition ont aussi été mises en place, en particulier un Conseil consultatif. Chargé de représenter les courants et couches sociales du Niger, il devra notamment donner son avis sur le projet de Constitution en cours d'élaboration.
Quant à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), dont le chef vient d'être désigné, elle doit être installée en juin. A elle de proposer les dates du référendum constitutionnel et des différents scrutins.
"C'est plutôt bien parti. Tout se met en place sur le plan institutionnel", estime une source diplomatique occidentale, jointe par l'AFP par téléphone depuis Abidjan.
Le CSRD vient d'ailleurs de recueillir un premier fruit de ses efforts.
Ces derniers jours, la reprise par la Banque mondiale de ses décaissements suspendus en 2009 et l'annonce par l'Union européenne d'une possible reprise "graduelle" de sa coopération, "en fonction des progrès", ont traduit un soutien international au processus en cours.
Naguère "mis à l'index", le Niger réintègre "progressivement la communauté internationale", se réjouit le porte-parole du gouvernement, Laouali Dan Dah.
A l'intérieur, une relative bienveillance a longtemps dominé à l'égard du nouveau régime, crédité pour son action face à la grave crise alimentaire qui frappe encore le pays et pour la "décrispation" politique à l'ordre du jour, selon l'expression du syndicaliste Issoufou Sidibé.
Le sort de Mamadou Tandja, toujours détenu, ne mobilise pas les foules, et les inquiétudes nées de l'arrestation d'une quinzaine de ses proches pour de présumées "activités subversives" se sont rapidement estompées avec leur libération en avril.
Cependant, ce quasi-consensus commence à se fissurer: de premiers doutes apparaissent et les critiques se font plus dures envers la junte.
Les chamboulements au sein de l'administration, où des centaines de nominations sont intervenues, suscitent de fortes contestations.
Figure de la société civile, Mamane Hamissou dénonce une "gestion opaque" favorisant "parents, amis et alliés" du pouvoir.
Le nouveau code électoral cristallise aussi des mécontentements, spécialement l'obligation faite aux candidats aux législatives d'être titulaires du baccalauréat.
L'immense majorité de la population étant analphabète, "beaucoup de Nigériens seront hors course", s'indigne M. Hamissou, condamnant un "apartheid". Du côté de l'ex-parti au pouvoir, on fustige un "manque de réalisme".
Les discussions "ne sont pas fermées", jure le gouvernement. Il voit dans le code électoral un "bon point de départ" vers des scrutins "libres et transparents".

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservé

samedi 29 mai 2010

Lauryn Hill - So think/Bob Marley with Lauryn Hill - Turn your lights down low



Robert Dulas, le retour

27/05/2010 à 10h:38 Par Jeune Afrique
Salou Djibo a rencontré Robert Dulas à la fin des années 1990 à l'école militaire de Bouaké.

© AFP L'ancien conseiller français des présidents Robert Gueï et François Bozizé a été nommé "ambassadeur plénipotentiaire" du Niger par le chef de la junte, Salou Djibo.
Ancien conseiller du défunt président ivoirien Robert Gueï, puis du Centrafricain François Bozizé, le Français Robert Dulas réapparaît sur le devant de la petite scène « françafricaine », cette fois au Niger. Il y a un mois, Dulas a été nommé ambassadeur itinérant et plénipotentiaire par le chef de la junte au pouvoir à Niamey, le chef d’escadron Salou Djibo – qu’il a connu, il y a une douzaine d’années, quand ce dernier fréquentait l’école militaire de Bouaké –, avec pour tâche (délicate) de superviser la révision des contrats miniers et alimentaires passés à l’époque du président Tandja.
Dulas travaille pour Secopex, une société française de sécurité (militaire et économique) fondée en 2003, qui est une concurrente de Geos et a notamment en portefeuille un contrat avec le gouvernement somalien. Il collabore également avec Charles Millon, l’ancien ministre français de la Défense, actif au Sahel dans le domaine des bioénergies.

Au Mali, « un enfant meurt toutes les cinq minutes »

Vendredi 28 mai 2010 5 28 /05 /2010 18:05

Au Mali, « un enfant meurt toutes les cinq minutes »
Interview de Katrien Ghoos, responsable nutrition au bureau de l’Unicef Mali.
Katrien Ghoos est responsable nutrition au bureau de l’Unicef Mali. De passage à Paris, elle alerte les médias sur la malnutrition des enfants maliens.

jeudi 8 avril 2010 / par Olivia Marsaud

Au Mali, le taux de mortalité infanto-juvénile est parmi les plus élevés du monde. Près de 35% des décès sont attribués, dans cette tranche de la population, à la malnutrition. Cette maladie, causée par une carence d’éléments nutritifs dans l’alimentation, apparaît dès le plus jeune âge. Le constat est alarmant, mais des solutions existent.

Afrik : Quel est le niveau de malnutrition au Mali ?

Katrien Ghoos : Il faut d’abord dire qu’il y a plusieurs formes de malnutrition dans le pays. La malnutrition aigüe, qui s’accompagne d’une extrême maigreur, et qui peut s’installer très vite, en quelques jours, suite à une maladie, à une diarrhée. Il y a ensuite la malnutrition chronique ou retard de naissance (l’enfant a une taille trop petite par rapport à son âge), la malnutrition insuffisance pondérale, qui concerne des gens qui n’ont pas assez de revenus et qui ne se nourrissent pas suffisamment. La malnutrition carence en micro-nutriments, en vitamine A, en iode, en fer (ce qui donne de l’anémie). C’est une malnutrition dont on parle peu parce qu’elle ne se voit pas vraiment : elle se traduit surtout par une grande fatigue, moins d’attention à l’école, un développement intellectuel moindre... Ces quatre formes de malnutrition peuvent être sévères, visibles ou modérées.

Afrik : Les enfants sont les plus touchés ?

Katrien Ghoos : Le taux de mortalité infantile est très élevé au Mali : un enfant sur cinq meurt avant 5 ans. Ce qui fait qu’un enfant meurt toutes les 5 minutes... La plupart des décès se fait à la maison et la malnutrition est associée à la moitié de ces décès. Il y a eu beaucoup de progrès en vue d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) mais cela reste insuffisant.

Afrik : Peut-on parler de crise nutritionnelle au Mali ?

Katrien Ghoos : Non. La situation est mauvaise mais pas considérée comme une crise. Notre objectif est de rendre la malnutrition plus visible qu’elle ne l’est, pour que des interventions adéquates puissent être mises en place. Par exemple, un accompagnement pendant ce que nous appelons la période critique : de la grossesse jusqu’aux 2 ans de l’enfant. Si la femme enceinte est anémiée, le bébé aura un retard de croissance. A la naissance, il faut ensuite veiller à ce que la consommation alimentaire soit en adéquation avec ses besoins.

Afrik : Quelles sont les conséquences économiques de la malnutrition ?

Katrien Ghoos : Un enfant malnutri demande des soins, il y a donc perte d’argent et de temps pour les familles, qui doivent acheter des médicaments et se déplacer au centre de santé. Pour le pays, se pose le problème d’atteinte des OMD et des pertes économiques importantes.80% des enfants sont anémiques au Mali, or, l’anémie est responsable d’une perte de PIB de 4%. Ce qui est beaucoup ! L’anémie réduit de 10% la productivité au niveau national. Elle contribue donc à la pauvreté et réduit la croissance économique. Il y a un vrai lien entre pauvreté et malnutrition.

Afrik : Que faire ?

Katrien Ghoos : On travaille sur ces trois points : la sécurité alimentaire, l’accès aux soins et à l’eau potable, et le plaidoyer pour influencer les politiques. Il existe des interventions efficaces et peu chères qui ont un impact important. Nous avons cinq domaines d’action : améliorer les pratiques alimentaires, gérer la malnutrition aigüe, augmenter l’apport en micro-nutriments, améliorer l’hygiène et améliorer la protection sociale. L’Unicef Mali a bénéficié du Fonds de la Commission européenne, le Food facility, ce qui nous a permis de prendre en charge la malnutrition aigüe et sévère, d’apporter une assistante technique pour la formation à la prise en charge de ces malnutritions et la fourniture du lait thérapeutique et du Plumpy nut. Tout cela avec l’aide d’ONG partenaires. Au niveau du suivi de la situation nutritionnelle, on est impliqués dans une enquête nationale qui a commencé en décembre et doit se terminer fin mai, pour mettre à jour les indicateurs sociaux du pays avec, parmi eux, les taux de malnutrition. Enfin, nous faisons la promotion des bonnes pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant et de la prévention (distribution de micro-nutriments, promotion du sel iodé, déparasitage...). Nous voulons changer les comportements, par le biais de campagnes médias dynamiques.

Afrik : Le gouvernement malien est-il réceptif ?

Katrien Ghoos : Oui, la prise de conscience est récente mais la volonté politique est en train de se manifester. Nous faisons du plaidoyer auprès du gouvernement, de l’opinion publique, des décideurs, des bailleurs de fonds, pour l’insertion des interventions nutritionnelles dans les différents plans de développement. En juin, un forum national sur la malnutrition aura lieu à Bamako. Il faut un plan stratégique avec un cadre institutionnel. Si le Mali veut progresser, il faut agir sur la malnutrition.

Niger : lancement du site web de la présidence du CSRD

samedi 29 mai 2010

Niger : lancement du site web de la présidence du CSRD

Une cérémonie de lancement du site web de la présidence du Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD) s’est déroulée vendredi dans la salle de conférence Margou de l’Hôtel Gawèye de Niamey.
Cette cérémonie a été présidée par le conseiller principal du président du CSRD, chargé de la communication, Boubacar Mariko en présence de plusieurs membres du cabinet du président du CSRD.
En lançant le site, Boubacar Mariko a souligné que le 21e siècle est sous l’emprise du numérique sur toutes les activités et les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) sonnent comme un levier de développement.
Face à cette réalité, "le Niger a élaboré et adopté une politique nationale de développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication", a-t-il expliqué.
Le conseiller en communication du Président du CSRD a ajouté que "notre administration est tellement lente et archaïque qu’elle ne répond plus à cette nouvelle dynamique".
D’où cette nécessité de l’adapter à l’évolution du monde et dont le lancement du site web de la présidence du CSRD ne sera que le début de son déclenchement.
Le lancement du site Web de la présidence du CSRD procède de la volonté de rendre visibles ses actions et ses engagements envers les partenaires du Niger, a affirmé Boubacar Mariko.
Aussi, a-t-il ajouté, "le CSRD et le gouvernement ont bien conscience que le choix d’investir dans les TIC est un atout majeur". (Xinhua)

Publié par Adam MAINA à l'adresse 29.5.10

SECHRESSE ET FAMINE

SECHRESSE ET FAMINE

Reçu par mail de Timia,
Massif de l'Aïr (Niger)
Le 27 mai 2010

Aman Iman : l'eau c'est la vie

Comme vous le savez le Niger a connu trois (3) ans d 'insécurité résiduelle.
La région d'Agadez a été la plus touchée par les conséquences désastreuses sur le plan économique et aussi social de cette insécurité. Mais au moment ou la paix commence à s'installer le Niger enregistre une mauvaise pluviométrie. Cette situation est marquée par une mauvaise répartition des pluies dans l'espace et le temps pendant la saison 2009.

Ainsi une économie qui a souffert pendant deux ans d'insécurité ne peut que s' effondrer suite aux mauvaises productions agricoles enregistrées. Il faut noter aussi les faibles revenus de la populations dus aux ralentissements des activités agricoles et pastorales dans l 'AIR et à l'arrêt pur et simple du tourisme qui sont les mamelles de l'économie de la région.

LA SÈCHERESSE

La mauvaise pluviométrie enregistrée la saison 2009 met le pays dans une situation d'insuffisance alimentaire très aiguë, les autorités du pays font des efforts considérables mais la tâche est trop grande. le Sud constitue la priorité et le Niger est trop vaste pour intervenir partout au bon moment.

La région d'Agadez à peine sortie de l'insécurité, une inondation et la mauvaise répartition des pluies rend la région encore plus vulnérable.

L'une des causes de la dégradation de l'économie locale est l'abandon des jardins dans plusieurs villages de l AIR (Iferouane, Tin Talous, Elmaki...) et les problèmes d 'acheminement pour d' autres (Timia, Tabelot ...).

Les éleveurs ont aussi subi des pertes d'animaux pendant l'insécurité mais aussi le déplacement de éleveurs loin des points d'eau et les pistes pour éviter les troupes militaires a rendu les animaux et les bergères plus vulnérables. Le manque de pâturages et d'eau fait que les animaux sont maigres et se vendent très peu et à très bas prix, ce qui ne donne pas aux éleveurs une meilleure situation même si ils vendent leurs animaux.

Dans le secteur de l'élevage, les animaux et les éleveurs ont beaucoup souffert. dans l'Aïr, les animaux ont été abattus par des troupes armées qui ont occupé des points d'eau, mimé et empoisonné des puits. Cette situation a poussé les éleveurs à partir dans des zones difficiles d'accès (bordure du Ténéré) mais ces déplacements rendent l'accès a l'eau encore plus difficile, ce qui n est pas sans conséquences sur les animaux et aussi les personnes.

Ensuite vient la mauvaise pluviométrie 2009. Certaines parties n'ont pas reçu une goutte d'eau, donc il n'y aura ni pâturage, ni eau. ce qui a fait que des éleveurs ont parcouru des longues distances jamais faites pour certains d entres eux.
Les caravanes ont connu leur plus court séjour dans le Sud.

DANS LE SECTEUR SOCIAL
Déjà dans le pays du Sahel les femmes sont la pièce maitresse dans l'entretien de la famille : apporter de l'eau, du bois, piler le mil .... ce ne sont pas des choses aisées
Au Niger, en milieu rural surtout la distance minimum qui sépare le campement au village du point d'eau est de 250m.

Combien de fois faut t-il faire cette distance et avec un conteneur ? Combien de litres pour subvenir aux besoin en eau d'une famille ?

La réponse à cette question, il faut laisser planer le doute sur la disponibilité de cette boisson de la vie. en cette période de sècheresse, les points d'eau tarissent (ex : zone de Timia actuellement) : il faut se réveiller vers 4 heures du matin pour profiter de 'eau qui s'est accumulée dans la nuit, parce que une fois puisée, il faut attendre l'après-midi et ainsi de suite. Il faut de la volonté et l 'endurance, car on peut venir le matin sur un puits et ne le quitter qu'au coucher du soleil . Bien heureux si on repart les outres remplies bien sûr car, le cas contraire n'est pas exclu.

Cette situation est surtout vécue par les bergères des petits ruminants qui ont aussi la charge des enfants dans les campements.

« Tu veux voir et sentir vivre la joie dans un campement nomade ou un village fais- leur un puits ».

CONCLUSION
- vu la situation d 'insécurité vécue pendant presque trois (3) ans

- vu l 'arrêt des activités touristiques pendants cette période

- vu vu le manque d'eau pour les jardiniers et les éleveurs

- vu la rareté et la cherté des produits alimentaires

il y a lieu de venir en aide aux populations dans un bref délai afin d'éviter leurs déplacements.

L 'appui peut-être dans le cadre social = "alimentation".

Les actions envisageables sont :

1 - créations des banques céréalières

2 - renforcement des groupements des jardiniers et des femmes

3 - apport financier aux foyers les plus vulnérables (pour achat des vivres)

la situation de famine va perdurer jusqu'aux prochaines récoltes, donc environ 5 mois (ou voir plus).

Abass Adando et Assaghid Bachar de Timia
http://touaregsmirages.canalblog.com/
" MES AMIS DE TIMIA "

La Banque mondiale accusée de favoriser l’accaparement des terres africaines par des groupes étrangers

Ouestaf News 25-05-10

mercredi 26 mai 2010


Ouestafnews - Un rapport accablant, produit par un « think tank » (centre de recherche) américain a accusé la Société financière internationale (SFI, filiale de la Banque mondiale) de faciliter « l’accaparement des terres » en Afrique par des groupes privés étrangers.
Le rapport, obtenu par Ouestafnews, passe en revue les réformes foncières dans près d’une trentaine de pays, dont près d’une vingtaine en Afrique et une demi-douzaine en Afrique de l’Ouest, dénonce l’action de la Banque mondiale à travers sa composante privée, la SFI.
Ce rapport est produit à un moment où l’insécurité alimentaire se pose avec acuité dans les pays du Sahel, ramenant à l’ordre du jour la question de l’accaparement des meilleures terres agricoles en Afrique, à la faveur de la nouvelle ruée vers ce continent, favorisée par les politiques libérales imposées par la Banque mondiale aux Etats africains.
« Suite à la crise alimentaire et financière de 2008, la Banque devait jouer un rôle central dans ce qui aurait dû être une offensive en faveur de la sécurité alimentaire dans les pays en développement », affirme les deux rédactrices du rapport de l’Oakland Institute, Anuradha Mittal et Shepard Daniel
Basé aux Etats Unis, le Oakland Institute s’est donné comme mission de favoriser « la participation publique et un débat démocratique sur les problèmes cruciaux au plan social , économique et environnemental », à l’échelle nationale ou internationale.
Toutefois, accusent les deux auteurs, « les faits révèlent que le Groupe de la Banque mondiale est justement en train de faire le contraire, par le biais de ses programmes ‘Access to land’ (accès à la terre) et ‘Land market for investment’ (marché foncier pour l’investissement) ».
Les agissements de la SFI, notamment la promotion des « investissements directs dans le secteur agricole, posent la dangereuse question de la terre dans des pays déjà parmi les plus vulnérables », note par exemple Shepard Daniel, co-auteur du rapport.

« Près de 50 millions d’hectares de terres cultivables dans les pays en développement sont actuellement aux mains d’investisseurs privés », a-t-elle encore affirmé.

Ces accusations sont corroborées par des informations obtenues par Ouestafnews à partir d’autres sources.
Ainsi, selon un article daté du 25 mai 2009 et publié sur le site internet du journal « Les Afriques », depuis 2004, ce sont « au total de 2,49 millions d’hectares de terres qui ont fait l’objet de transactions, soit des concessions, soit des ventes » rien que dans cinq pays africains, dont deux en Afrique de l’Ouest.

Les cinq pays concernés sont l’Ethiopie, le Ghana, Madagascar, le Mali et le Soudan.

L’article en question cite un rapport commandité par le Fonds international pour le développement agricole (Fida) et l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), qui averti contre le risque d’accentuation de la situation de pauvreté dans laquelle se trouve des populations déjà démunies.
Ces transactions, à l’origine de la dépossession des petits propriétaires africains, sont rendues possibles, selon le rapport de l’Oakland Institute, par les pratiques de la SFI, qui pousse les Etats à modifier leur législation en matière d’investissement dans le but de faciliter l’implantation de groupes privés issus des pays du nord.
En Afrique de l’ouest, le texte cite les cas de la Sierra Leone et du Liberia où « 21 modifications ont été opérées sur les textes régissant les affaires en un temps record de quatre mois » et au Mali où le programme de réforme de l’environnement des affaires imposé au gouvernement n’avait d’autre but que de « favoriser l’investissement privé dans le secteur de l’agro-business, du tourisme et des mines… »
D’autres pays ouest africains (Guinée Bissau, Bénin), où l’action de la Banque mondiale et de sa filiale a des effets néfastes sur la propriété et le contrôle des terres, sont aussi cités dans le document.
Les accusations de collusion entre les intérêts de la Banque mondiale et ceux du secteur privé, que ne sont pas nouvelles, sont fondés sur le fait que sa filiale SFI a parfois des intérêts dans les projets d’investissements ou détient des parts dans les sociétés qui investissent.
« La SFI conseille ainsi les gouvernements en étant dans la position d’un investisseur et dans le but d’accroître et de renforcer non seulement les investissements directs étrangers mais aussi son propre programme d’investissement et de croissance », affirment les auteurs du rapport.
Interrogés par Ouestafnews, les responsables de la SFI n’ont pas totalement nié les accusations sur la question des investissements privés étrangers dans les terres.
Elle a plutôt tenté de minimiser les accusations, en arguant que la question foncière est « compliquée », assurant même vouloir aider la Sierra Leone, par exemple à « atteindre son objectif de créer 25.000 emplois directs dans les zones rurales ».
« Notre objectif premier est de favoriser les investissements privés, qu’il soient locaux ou étrangers afin d’encourager la croissance économique et la création d’emplois », a affirmé la SFI dans sa réponse transmise par email à Ouestafnews.
La même source précise qu’au Libéria tout comme en Sierra –Léone, le but est de « simplifier la (procédure pour) la création d’entreprises. »
Pourtant selon le Oakland Institute, « plusieurs exemples de grands projets » existent qui prouvent que les terres vont aux étrangers.
Au Mali par exemple, plus de « 160.000 hectares » ont été cédés à un groupe privé pour développer la culture du Jatropha, plante utilisée dans la production de biocarburants.
En Sierra –Leone, une multinationale helvétique va produire « 100.000 mètres cubes de bioéthanol à partir de la canne à sucre locale ».
Cette compétition entre biocarburants et produits alimentaires est l’un des gros arguments de ceux qui s’opposent à l’expropriation des petits exploitants agricoles.
En dehors de ces deux pays d’Afrique de l’ouest, ailleurs sur le continent, les rapporteurs ont mis en relief le cas éthiopien « un pays où plus de 13 millions de personnes souffrent de la faim et paradoxalement où le gouvernement a mis plus de 7,5 millions d’acres (soit un peu plus de 3 millions d’ha) de terres aux mains de groupes étrangers qui exportent la nourriture vers leurs propres pays ».

En République démocratique du Congo(Rdc), le gouvernement devrait « céder à partir de 2009 près de dix millions d’hectares de terres cultivables à des exploitants étrangers ».

Selon certains analystes, cette dépossession des terres est porteuse de réels dangers pour le continent.

Ainsi dans sa préface au rapport de l’ Oakland Institute, Howard G. Buffet, homme d’affaires, philanthrope, avertit que si « l’Afrique a besoin d’investissements dans l’agriculture », elle n’a pas besoin, par contre, « de politiques qui permettent aux investisseurs étrangers de cultiver et d’exporter la nourriture vers leurs propres peuples au détriment de la population locale ».
« Je vais être encore plus audacieux », écrit le préfacier, par ailleurs fils du milliardaire Warren Buffet : « de telles politiques vont nuire à l’Afrique, en aggravant les conflits liés à l’eau ,à la terre » avant de rappeler que « l’Afrique n’est pas une marchandise avec une étiquette ‘ouverte à tous’ ».
Ce n’est pas la première fois que la SFI est accusée de collusion avec les intérêts privés, dans des secteurs où elle sert aussi de « conseiller » aux Etats, en Afrique principalement.
Avant le foncier et l’agriculture, de pareilles objections étaient apparues dans ses opérations dans le secteur minier africain, où certains experts du continent ont souvent dénoncé une véritable situation de « conflit d’intérêts ».

Mardi 25 Mai 2010 Ouestaf News

Aziza Brahim sings La Sensación Del Tanque in Merida, Spain /Interview with singer Aziza Brahim (Western Sahara)



Les politiciens nigériens invités à prendre conscience des enjeux du pays

Afrique en ligne / Pana 29/05/2010

Les politiciens nigériens invités à prendre conscience des enjeux du pays
samedi 29 mai 2010

Niamey, Niger - le chef de l’Etat nigérien, le général Salou Djibo, a invité la classe politique à prendre véritablement conscience des enjeux majeurs du pays et à œuvrer pour l’enracinement de la démocratie.
"C’est la base essentielle sur laquelle nos populations peuvent prospérer et amorcer un développement socio-économique effectif, dans la stabilité, la paix et la quiétude sociale", a-t-il déclaré dans une interview publiée vendredi par l’hebdomadaire pro-gouvernemental "SAHEL DIMANCHE".
S’exprimant à l’occasion des 100 jours du pouvoir de la junte, le général Djibo a déploré la situation socio-économique du pays.
"L’exercice du pouvoir n’est jamais chose aisée surtout dans le contexte qui est le nôtre et qui est fait d’urgences, de priorités multiples, de difficultés de trésorerie, d’exigences de la communauté internationale, tout cela dans un environnement marqué par la pauvreté et une crise alimentaire sévère", a-t-il affirmé.
"A cela s’ajoutent les attentes de la population nigérienne tant au plan économique que politique », a-t-il ajouté.
Il a souligné que la junte a dû faire face à une situation nationale complexe qui exigeait « un esprit de décision et de responsabilité ».
Le général Djibo a soutenu que les Forces de défense et de sécurité du pays ont montré à plusieurs reprises qu’elles sont « véritablement républicaines ».
"Elles n’investissent pas le champ politique par caprice ou par goût du pouvoir. Chaque fois qu’elles ont dû le faire, à leur corps défendant, c’est en dernier recours pour éviter à notre pays des catastrophes certaines", a dit le chef de la junte nigérienne.
Il a estimé que la Bonne gouvernance, le respect des textes fondamentaux et des institutions républicaines ainsi que le fonctionnement normal de la démocratie peuvent être des remèdes aux coups d’Etat.

Niamey - Pana 29/05/2010

Niger. Nouveau code électoral : Vive polémique autour du nouveau Code électoral au Niger

NDLR/ Bravo au CSRD ,faut un changement complet de la classe politique nigerienne qui est  la même depuis les independances.Elle est depassée par les evenements .Ceci est valable pour l'administration comme dans tous les corps de defense et de securité :place à la jeunesse !!

Assaoud Ibrahim Libération-Niger M 29-05-10

Niger. Nouveau code électoral : Vive polémique autour du nouveau Code électoral au Niger
samedi 29 mai 2010

Comme vous le savez déjà, le gouvernement de la République du Niger, conformément aux dispositions de l’ordonnance n°2010-07 du 30 mars 2010 portant attributions, composition et fonctionnement du Conseil Consultatif National, et après examen des suggestions du Conseil Consultatif National, a remis, le mardi 25 mai 2010, au Président du Conseil Suprême pour la Restauration de la Démocratie, l’Avant-Projet de Code Électoral élaboré par le Comité des Textes Fondamentaux.
Hier, jeudi 27 mai 2010, le Président du CSRD a signé l’Ordonnance portant Code Electoral en balayant d’un revers de la main les principales propositions faites par le Conseil Consultatif National, ce qui a suscité d’énergiques réactions des partis politiques et de la Société Civile.

Déjà à Niamey, les débats autour de ce texte ont commencé, il y a de vives polémiques autour du sujet :

1. les partis politiques se plaignent du taux élevé des frais électoraux : 10.000 F CFA par candidat aux municipales, 250.000 F CFA par candidat aux législatives et 20.000.000 F CFA par candidat aux présidentielles. Il faut se rappeler que ces frais étaient en 2004 de 25.000 FCFA par liste de candidats aux municipales, 250.000 F CFA par liste de candidat aux législatives et de 10.000.000 F CFA par Candidat aux présidentielles. Cette hausse des frais électoraux est dores et déjà rejetée par les partis politiques qui manquent des moyens suffisants pour affronter les échéances électorales.
2. la question de la limitation de l’âge de 28 à 70 ans pour les candidats aux législatives ainsi que l’exigence du Bac et la limitation de l’âge des candidats aux présidentielles de 40 à 70 ans et l’exigence d’un diplome universitaire Bac + 3 (licence) consacrent d’après les partis politiques un véritable détournement de pouvoir et de la démocratie, mais aussi une grande rupture d’égalité entre citoyens car une des dispositions essentielles de toutes les Constitutions du Niger, c’est que : "tous les citoyens sont égaux en droits et en devoirs" ; "tous les citoyens ont le droit de voter et de se faire élire" ; "tous les citoyens sont égaux devant la loi"...etc.
3. Pour la société civile Nigérienne, représentée avec seulement 5 sièges au Conseil Consultatif, l’adoption par le Président du CSRD du Code Electoral sans tenir compte des amendements proposés par le Conseil a provoqué un grand malaise et un découragement total des membres de l’institution. Les Conseillers avaient préféré que le CSRD renvoie au moins le texte en seconde lecture sur la base des observations et justificatifs pertinents, ce qui aux yeux de la communauté internationale pouvait être qualifié de dialogue inclusif entre les parties concernées.
NB. En fait, les Militaires nigériens qui sont aujourd’hui au pouvoir, n’ont aucune expérience en matière d’organisation des élections et de gestion de l’Etat. D’aucun pensent qu’ils ont adopté le Code électoral pour mettre en mal les partis politiques, mais une chose est sûre, ces derniers combattront ledit code et si l’armée persiste ils boycotteront tout simplement les élections.
Normalement, un Code électoral qui est une loi organique, doit passer au contrôle de conformité à la Constitution avant d’être adopté, c’est pourquoi il aurait fallu adopter d’abord une Constitution avant tout, car les Rédacteurs des textes fondamentaux seront tenus maintenant de se référer chaque fois au Code électoral en rédigeant la nouvelle Constitution pour éviter toute contraction entre les deux textes "le monde à l’envers".
Les membres du Conseil Consultatif National chuchotent de démissionner pour ne pas accompagner les Militaires a détourner les procédures démocratiques minimales, à bon entendeur salut

Massaoud Ibrahim ; Philosophe Politologue Président de l’Observatoire Autonome pour le Bonne Gouvernance et le Développement samedi 29 mai 2010



The future of Tuareg rock

Mail&Guardian - 28/05/10

The future of Tuareg rock
Friday 28 May 2010
photo: Abray bone Ibrahim ag Alhabib de Tinariwen
and Ousmane ag Mossa de Tamikrest

Tinariwen may not be a household name yet, but their rise to cultural prominence has had a major effect on the Tuareg people.
When this band of former rebel warriors laid down their guns to pick up guitars they placed the Tuareg people on the cultural map, bringing some much-needed awareness to the plight of the nomadic people’s difficult existence in the Sahara desert.
Although they regularly play shows across Europe and the United States, their music has also been promoted by mainstream media, raising the profile of the Tuareg’s first rock stars.
Influential British music magazine Uncut recently awarded Tinariwen its Uncut Music Award for their 2009 album Imidiwan. The band returned to the desert with a makeshift studio set-up to record an earthier collection of songs for Imidiwan, after the experimentation of 2007’s Aman Iman and 2004’s Amassakoul, which saw the band incorporating some Western influences into their music.
So while Tinariwen return to their roots, their music has inspired a new generation of Tuareg rockers who are hell-bent on carrying their legacy forward. The most exciting of these young groups is Tamikrest, which translated from Tamasheq means junction, connection, knot or coalition — a fitting name for the seven-piece band whose members hail from Mali, Niger and Algeria.
"They are definitely the future of Tamasheq music," says former Tinariwen manager Andy Morgan about Tamikrest, who he describes as the "spiritual sons" of Tinariwen.
"As far as I’m concerned, it’s Tinariwen who created the path," says the 27-year-old Ousmane Ag Moosa, the leader and songwriter of Tamikrest.
"But the way I see it, if younger bands don’t come through then Tuareg music will eventually die.
"They created the path and now it’s up to us to walk down it and create the future," he says.
Ag Moosa learned to play the Tamasheq guitar style while listening to a cassette that Tinariwen leader Ibrahim Abaraybone recorded in Algeria in 1998 and his band mates are all intimately familiar with the style.
So the band adopted the sound of Ishumar rock, the Tuareg rebel music that was created by Tuaregs from Mali and Niger who were living in exile in Algeria, Libya and Burkina Faso during the periods of armed struggle.
Their debut album Adagh (Glitterhouse Records) shows early signs that the band has no intention of limiting itself to one sound.
The most noticeable additions to the traditional Tuareg sound is the use of bass much higher in the mix, giving it more of a rock feel, and the addition of slide guitar, played by producer Chris Eckman of rock band Dirtmusic whom the band met at the 2008 Festival of the Desert.
Opener Outamachek signals very early on that the band’s main inspiration is drawn from Tinariwen, although some searing blues-rock guitar and a reggae bass line show that Tamikrest are listening to a lot more than just Ishumar rock.
"Music isn’t something you study; it’s something you learn with your ears," says Ag Moosa. "I’d been listening and playing along to Bob Marley and to Marc Knopfler and Dire Straits for years."
Ag Moosa lists hip-hop, metal and Afro-disco among his influences. "We’d been listening to so much international music and that’s why the marriage with Dirtmusic worked," he says.
The album highlight has to be Tidite Tille, a hauntingly beautiful song that needs to be heard to be believed. As Ag Moosa’s croaky voice sings the gentle vocals, gorgeous slide guitar and minimal percussion back an addictive Tuareg blues guitar riff.
It conjures visions of a desolate desert landscape after the apocalypse as a lone survivor struggles along, placing one foot in front of the other, trying to make it to a place where life still exists, like a desert dirge.
Adagh is, without a doubt, one of the most original and important albums to come out of West Africa this year but only time will tell whether it has success in carrying Tuareg culture forward to the rest of the world.
Another band that is carrying Tuareg music forward is Niger’s Etran Finatawa, a band that South African audiences should be more familiar with after their nationwide tour here last year.
At the time, Etran Finatawa were playing a number of songs from their new album, which was as yet un-released.
Their third album Tarkat Tajje/Let’s Go (Sheer Sound) has finally hit the shelves and it represents a significant musical step forward for this band, which fuses the musical traditions of Niger’s Tuareg and Wodaabe tribes.
Opener Aitimani was a regular highlight during the band’s Johannesburg shows and on record it is a magnificent seven-minute Tuareg blues tune about family camaraderie.
Diam Walla follows with some great polyphonic chanting from the Wodaabe members and some propellant percussion, which makes the track a primal blues number about the effects of droughts on the community.
Aitma is a more straight-ahead hypnotic psychedelic Tuareg guitar piece, beautiful in its simplicity.Gourma, which means forest, is all about the Tuaregs returning from the refugee camps, whereas Imuzaran is an anti-war protest song.
It is clear that Etran Finatawa are branching out, moving beyond their initial subject matter of life in the desert and becoming more philosophical and more political.
With bands such as Tamikrest and Etran Finatawa forging new sounds for Tuareg rock, the nomadic people’s music appears to be in safe hands.
Tracking down the genre Following the success of Tinariwen, there has been an explosion of Tuareg albums released in the past decade.
In 2001 after the release of Tinariwen’s debut album, The Radio Tisdas Sessions, famed Tuareg rebel Keddou Ag Ossad left the band to form Terakaft with a very young Sanou Ag Ahmed. Sanou’s uncles are Liya Ag Ablil and Inteyeden Ag Ablil, co-founders of Tinariwen. Liya Ag Ablil would eventually leave Tinariwen to join Terakaft in 2007.
The band has three albums, 2007’s Bismilla, 2008’s Akh Issudar and the 2009 EP Terakaft Live. All three are smoking hot rock albums that have a more abrasive rough-and-ready feel.
They will be heading into the studio to record their new album in May with producer Jean-Paul Romann.
Record label Sublime Frequencies has also branched out into recording Tuareg rock.
Their first release was from Niger’s Group Inerane and was titled Guitars from Agadez. The second was by Group Bombino and called Guitars from Agadez Vol 2.
Both bands offer amplified roots rock, blues and folk in the local Tuareg styles, at times entering into full-on electric-guitar psychedelia, and I highly recommended them.
If you are looking for a compilation of different Tuareg bands, the Ishumar compilation comes highly recommended.
It contains songs by Terakaft, Tinariwen, Etran Finatawa, Tamikrest and a host of others.