lundi 30 novembre 2009

Tanja face à l"armée..



Dans Jeune Afrique

L’affaire Yandaka ne doit pas rester impunie


L’affaire Yandaka ne doit pas rester impunie
Politique
Dimanche, 29 Novembre 2009 17:55
Toute bonne carrière, qu’elle soit politique, professionnelle ou autre, est constituée de bonnes œuvres qui en font justement la grandeur de l’homme qui l’avait si bien menée. C’est ainsi qu’elle devient une référence pour les générations futures et inspire même certains idéologues et autres penseurs contemporains. Cette bonne carrière, le président Mamadou Tandja l’aura ainsi pleinement remplie si elle n’était pas entachée par certaines actions malpropres de certains de ses plus proches collaborateurs dont l’actuel gouverneur de la région de Zinder , Yahaya Yandaka .

En effet, il est aujourd’hui indéniable que le président Mamadou Tandja a, tout au long de son mandat démocratique, posé des actes qui l’ont pour, ainsi dire, propulsé au rang des hommes ayant contribué à l’essor de notre pays. Les toutes dernières actions en acte l’attestent profondément. Qu’il s’agisse de la concrétisation de la construction du 2ème pont de Niamey ou de celle du barrage de Kandadji ou encore celle de la raffinerie de pétrole de Zinder, ces actions du président Tandja couplées au programme spécial dans certains de ses volets s’inscrivent fort opportunément dans la réussite d’une carrière qui n’était, reconnaissons-le, à ses premières heures prometteuses. Cette carrière aurait été pleine si quelque part elle ne reflétait pas un goût d’inachevé avec notamment, comme l’évoquions tantôt, des actions comme celle de Yandaka.

Hormis le fait gouverneur se soit comporté comme son ami d’hier , le sieur Dan Dubai notamment dans la fameuse des prétendus 400 millions mis à la disposition de Dan Dubai pour battre campagne au referendum, une affaire que des opportunistes ont brandi pour discréditer la refondation de la République par rapport à laquelle beaucoup de ragots ont été relayés par la presse. La dernière affaire dans laquelle le gouverneur s’est plongé est relative au dernier détournement de plus de 7 millions destinés aux sinistrés de la région d’Agadez. Un cas parmi tant d’autres de mauvaise gestion qui ont eu pour effets immédiats de salir toute la vison politique du président Tandja car restés encore impunis malgré sa gravité.

Yandaka semble être l’un des rares coqs de la basse-cour à ne pas s’inquiéter de l’épizootie de la grippe aviaire qui attaque toutes ces poules et tous ces autres coqs qui ont eu la malchance d’avoir mal géré. Il s’est procuré le vaccin très tôt et reste encore confiant que l’épizootie passera sans aucune chance de l’emporter. Yandaka pense qu’il a gagné toute la confiance du chef de l’Etat au point où il estime que ce dernier semble fermera les yeux sur toutes les révélations compromettantes qui ont fait la une des journaux de la place en ce mois de novembre 2009 et qui, d’une façon ou d’une autre, constituent aujourd’hui une épine sous son pied.

Yandaka est pour Tandja comme ce « lézard du bout de la jarre » de cette sagesse hausa. Sinon comment comprendre que le gouverneur puisse se permettre de vouloir faire mains basses sur des sommes mises à la disposition de pauvres citoyens. . Ce black-out sur yandaka reste l’une des taches qui risque de ternir le processus de refondation voulue par les populations nigériennes.. Cette affaire de détournement des fonds destinés aux nécessiteux d’Agadez par Yandaka a choqué tous les nigériens Nous avons voulu en parler parce qu’elle est caractéristique, non pas pour d’autres considérations. Elle nous a semblé peu orthodoxe et surtout saute à l’œil de tout citoyen malgré les trésors d’énergies et les flots de communiqués déployés pour la présenter autrement. Elle fait également chorus avec cette assertion qui demande de ne pas « mélanger carotte et bâton ».

Yandaka doit partir pour que se poursuive la refondation dont l’ultime objectif est de léguer aux générations futures un Niger débarrassé des mauvaises pratiques.

29 novembre 2009
Publié le 29 novembre 2009
Source : http://www.notre-liberte-niger.com/

[Géopolitique] Sahara : mauvaises nouvelles du Mali et de Mauritanie


[Géopolitique] Sahara : mauvaises nouvelles du Mali et de Mauritanie
30/11/09 par : Jocelyn Chavy
La France a demandé vendredi 27 novembre à ses ressortissants de quitter le nord et l'est du Mali ainsi que le nord du Niger, leur rappelant que "le Sahel dans son ensemble est une zone dangereuse".
Pierre Camatte, un travailleur humanitaire français a été enlevé jeudi vers 01h30 du matin dans son hôtel à Menaka, dans le nord du Mali, près de la frontière avec le Niger. Il serait aux mains d'Al Qaeda.

Le Ministère des Affaires Etrangères recommande aux Français présents dans la zone rouge de la carte du Niger (nord d’une ligne qui relie Ayorou, Tahoua, Gangara et N’Guimi) à la quitter. Il est formellement déconseillé de se rendre dans les régions de cette zone.

Enfin, autre mauvaise nouvelle, on vient d'apprendre que trois touristes de nationalité espagnole ont été enlevés dimanche après-midi dans le nord-ouest de la Mauritanie, sur la route reliant Nouadhibou à Nouakchott.

Source Quai d'Orsay et AFP

Voyage en Afrique /Teneré, le plus beau désert.



Voyage en Afrique
Sunday, November 29, 2009
Teneré, le plus beau désert.

Une scène de dunes gigantesques en sable et en atmosphère unique, entre des routes millénaires et des peuples nómades, le désert de Teneré est considéré l'un des paysages désertique plus beaux du monde. Situé au sud central du désert du Sahara, dans le departamente d'Agadez dans Níger, le Teneré a été déclaré Patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO en 1991 :

La ville la plus importante de la région est Agadez, au pied des montagnes d'Air. Agadez (lie en anglais) c'est aussi le nom de la région administrative du désert de Teneré. Bien que ce soit plus étendu de Níger, avec 667 799 kms ², c'est en même temps la région la moins peuplée de Níger, en grande partie par des peuples ancestraux nómades. Bien entendu qu'il n'y a pas un autre motif d'expliquer une peu de population, que le désert et le climat, un attrait exotique pour d'aventureux touristes. Les points les plus visités par des voyageurs incluent la mer de dunes Erg de Bilma, les montagnes Aïr, les falaises de Kaouar, et les caravanes de chameaux avec touristes à la direction des oasis de la région.



Bien entendu que ne manquent pas ceux qui osent traverser une partie du désert comme s'il s'agissait d'une étape du Rally Paris - Dakar :



Le désert de Teneré est en fait la scène où est né le fameux Rally París Dakar : c'était le lieu où le motocycliste français Therry Sabine fut perdu pendant deux jours en 1979, l'événement qui a inspiré par la suite l'épreuve la plus extrême du Rally du monde. Une autre curiosité du désert de Teneré : dans le lieu, il a survécu pendant des années, l'arbre réfléchi le plus solitaire du monde, d'un acacia qui insólitamente grandissait dans le sable en étant l'arbre unique dans 400 kilomètres à la ronde. Considéré par des villageois presque comme un sacré arbre, en 1973 l'arbre a été inexplicablement renversé par un camion et remplacé à la manière d'un hommage par une sculpture métallique.

Le tourisme, il a eu un grand développement dans les dernières années, bien que l'instabilité par des tensions politiques et économiques ils aient affecté l'activité. Malgré tout, le désert Teneré est un paysage qui défie le voyageur avec ses conditions extrêmes, et aussi surprend par sa beauté singulière.

Communiqué :le FFR rejoint le processus de Paix en cours au Niger.



Tripoli, le 29 Décembre 2009


Le FFR a entamé à Tripoli des pourparlers avec le gouvernement Nigérien sous l'égide de la médiation Libyenne, dans le cadre du processus de Paix que nous avions rejoint récemment.

Une délégation du gouvernement Nigérien conduite par le Ministre d'Etat, Ministre de l'Intérieur Mr Albadé Abouba, a rencontré la délégation de notre Front, cadres politiques et militaires conduits par le Commissaire à la Guerre, Mr Rhissa Ag Boula.

Lors de cette rencontre, les principaux obstacles ont été abordés, afin de travailler pour l'instauration d'une Paix véritable et durable. Un chronogramme a été décidé. Les entretiens vont se poursuivre à Niamey, la démobilisation et le désarment interviendront dans les touts prochain jours.

Nous avions exprimé à la délégation nigérienne, nos préoccupations, parmi lesquelles, la situation de certains prisonniers encore détenus, la levée de la mise en garde dans le nord Niger, la réinsertion socio-économique des ex-combattants, et le processus en lui-même.

Le Ministre d'état Albadé Abouba a réaffirmé la volonté du gouvernement Nigérien, d'aller vers une vraie Paix, et prendra les dispositions pour ramener la confiance entre les différentes parties.

A cet effet, nous sommes heureux de constater la levée de l'état de mise en garde en vigueur dans le nord du Niger depuis plus de deux (02) ans, une façon pour le gouvernement Nigérien, de joindre la parole à l'acte.

Le FFR s'en félicite, et ne ménagera aucun effort pour un retour rapide et définitif de la Paix.

Les deux (02) délégations ont ensuite été reçues le jeudi par le guide, qui comme a l'accoutumée a eu à adresser ses sages conseils et ses encouragements pour un retour définitif de la paix au Niger.



Le Front

Le mea culpa d’Areva


Aïr Info N°104 (15 oct-15 nov 09)

Le mea culpa d’Areva
Sanction de Almoustapha Alhacen, Président de Aghirman et de la coordination civile d’Arlit

dimanche 29 novembre 2009

Le 9 octobre 2009, le Président de la coordination de la société civile d’Arlit a écopé d’une sanction de mise à pied par les représentants de Anne Lauvergeon au Niger.

Motif ? Un extrait de la lettre de mise à pieds justifiait : « Dans la période du 15 au 16 juin 2009, vous (Ndlr Almoustapha) avez eu connaissance qu’une équipe de votre service accompagnant le service des mines du Niger avait mené une mission de contrôle dans le ville d’Arlit. Cette mission avait pris les dispositions pour que les objets contaminés (radioactifs), identifiés soient rapidement récupérés en accord avec les dispositions réglementaires. La radio et télévision (Dounia-Niamey) venue à Arlit du 18 au 25 juin 2009 dans le cadre de la couverture d’un match de football a été conduite par vous même(Almoustapha) sur les lieux en question alors que vous aviez eu connaissance du marquage des objets radioactifs dans le cadre de votre activité professionnelle. Ce comportement viole votre devoir de réserve et l’exigence de loyauté qu’exige votre contrat de travail envers votre employeur (Areva). Au vu de ces manquements, je vous inflige une mise à pied de 3 jours » (signé le représentant à Arlit de Anne Lauvergeon, Présidente d’Areva)“.

Outre cette sanction, le Président de la coordination a été muté dans un autre service manu militari.

Cette sanction n’est ni plus ni moins qu’un mea-culpa de cette société qui jure sur tous les toits que son activité au Niger est exempte de tout reproche. Comme l’a écrit et crié Almoustapha Alhacen : “Nous prenons l’opinion nationale et internationale à témoin sur cet aveu d’Areva qui disperse des ferrailles et objets radioactifs sur le marché public d’Arlit et refuse que quiconque en parle. La ville d’Arlit, le service des mines du Niger d’Arlit, domaines publics sont devenus par la volonté de la puissance d’Areva et ses valets locaux, un domaine privé.”

Et de poursuivre :” qu’à travers cette sanction, Anne Lauvergeon, Présidente d’Areva a démontré qu’elle a des choses à cacher dans le cadre de l’exploitation de l’uranium au Niger, notamment dans le domaine de la protection de l’environnement.”

Ce mea-culpa doit interpeller nos décideurs politiques, nos défenseurs des droits de l’homme sur la présence des ces sociétés d’exploitation des matières premières au Niger. A l’instar de la coordination de la société civile d’Arlit, il nous faut condamner et rejeter cette lâche sanction prise cinq mois après les faits. “Areva ne fera pas sa loi au Niger”, plus qu’un slogan est une question de survie.

Dogo Mayaki

dimanche 29 novembre 2009

Interview : Tinariwen (Ibrahim & Abdallah)



Par Sedryk le Friday 27 November 2009

Ibrahim et Abdallah, les deux principaux compositeurs de Tinariwen, nous accordent un long entretien pour parler de l'histoire du groupe, du présent (l'album "Imidiwan") et du futur... Ibrahim, peux-tu nous raconter ta rencontre avec Intiyeden ? Ibrahim : Avec Intiyeden, on a grandi ensemble, bien avant que l'on commence à faire de la musique. C'est la même chose avec Hassan et les autres, on a tous été dans les mêmes lieux, en Algérie ou en Libye, depuis que l'on est enfant.

C'est à Tamanrasset que tu as découvert la guitare ? Ibrahim : Oui, c'est un arabe de Tamanrasset qui m'a vendu ma première guitare. Mais il n'était pas guitariste lui même, il ne connaissait pas grand chose et il ne m'a pas appris à jouer. J'ai appris tout seul, en cherchant. Bien avant ça, je chantais déjà des chansons sur une guitare que j'avais fabriquée avec un bidon. C'était des chansons à moi, ou des tindés. Quand j'ai eu ma guitare, tous les autres s'y sont intéressés, ils venaient chez moi en amis, on essayait tous de jouer et on s'apprenait mutuellement.

Et par rapport aux traditions dans la musique touarègue, était-ce mal vu de jouer de la guitare ?

Ibrahim : Dans la tradition, c'est vrai que ce sont les femmes qui jouent le tindé ou l'imzad, mais il y a des instruments, comme la flûte, qui ne sont joués que par les hommes. Et on chante tous ensemble lors des tindés. Alors quand on a commencé à jouer, tout le monde a trouvé ça super tout de suite, aussi bien les jeunes des villes que dans les campements. Je ne dirais pas que nous avons changé la musique touarègue, nous avons juste créé une musique à part, mais la musique touarègue continue d'exister telle qu'elle était. On a fait un style que tous les jeunes touaregs pouvaient comprendre.

Abdallah : Je crois que le style de musique d'une révolution doit venir en dehors des styles traditionnels. Une révolution réclame des choses nouvelles, il faut donc sortir de la tradition, ce qui ne signifie pas écraser la tradition.

Quand tu as commencé à chanter, c'était surtout pour les Touaregs ou alors pour le reste du monde, pour faire connaître votre communauté ? Ibrahim : Quand j'ai commencé, je chantais pour moi et pour mes amis. Ici, en Europe, les gens ont l'impression qu'il n'y avait pas de musique touarègue avant la rébellion et avant Tinariwen. Les Touaregs sont un peuple qui a une longue histoire, avec des musiciens qui chantaient leur histoire, leur amour, avant de penser à un message politique. Donc, quand j'ai commencé, vers 16-17 ans, je faisais comme eux, je chantais ce que je sentais dans mon coeur. Par la suite, j'ai intégré de façon naturelle les problèmes que je voyais autour de moi chaque jour.

La communauté des Kel Adagh était importante à Tam, dans les années 80 ?

Ibrahim : Oui, il y a beaucoup de Kel Adagh, encore aujourd'hui. Beaucoup d'enfants y sont nés. Beaucoup étaient venus en Algérie à cause des grandes sécheresses et y sont restés. J'ai encore ma famille à Tam. Pour moi, Tam et les Kel Adagh, c'est la même région et la même culture.

Ce sont les Kel Adagh qui ont été appelés "ishumar" en premier ? Ibrahim : Oui, les jeunes Kel Adagh sont venus en Libye et en Algérie pour chercher du travail. Les gens disaient "Ce sont des chômeurs, des ishumar." Mais nous aussi, on utilisait ce mot là, pour se désigner entre nous.

Abdallah : Quand ce mot est arrivé, ce n'était pas comme une insulte. C'était juste un nouveau mot bien adapté à cette jeunesse et les gens l'ont adopté tout de suite. Depuis le retour de la rébellion, certains ne veulent plus dire "ishumar", ils veulent trouver un autre mot en tamashek, mais comme beaucoup de gens l'utilisent, ce n'est pas facile de l'effacer. Personnellement, c'est un mot qui ne me dérange pas car il fait partie de mon histoire.

On parle souvent du rôle important de Lalla, la chanteuse de tindé...

Ibrahim : Lalla aimait notre musique alors quand Tinariwen jouait dans des fêtes ou des mariages, dans les années 80, elle venait chanter avec nous, ou alors elle organisait des fêtes chez elle.

Et toi Abdallah, quand as-tu rencontré Ibrahim et Intiyeden ? Abdallah : C'était fin 84 à Tamanrasset, dans le quartier où on avait tous nos amis. Un jour j'ai vu des jeunes arriver avec des guitares, ils ont commencé à jouer et je ne comprenais pas ce qu'il se passait ! Mais depuis mon arrivée à Tam j'entendais leur musique, par d'autres jeunes qui avaient appris la guitare et chantaient leurs chansons. Ça, c'était la première découverte. Ensuite, je suis monté en Libye, en 86 et c'est là qu'on s'est réellement rencontré.

Vous pouviez jouer ensemble quand vous étiez dans les camps en Libye ?

Ibrahim : Oui, on est resté ensemble. Il y avait tous les amis artistes, Intiyeden, Kedou, Hassan... Abdallah était là aussi. On avait un endroit avec du matériel où on pouvait faire des petits concerts chaque soir.

Est-ce que vous avez de la nostalgie pour cette époque où Tinariwen était un collectif ouvert ?

Ibrahim : Il y a de la nostalgie parce qu'on était dans une grande histoire. Les gens étaient très motivés et excités par la rébellion, alors il y a forcément une grande nostalgie par rapport à tous ces gens qu'on a connu à cette époque et qu'on ne voit plus.

Vos revendications de l'époque semblent être encore très vivaces, au vu des récents problèmes dans le Nord-Mali...

Abdallah : Toute l'histoire du Nord-Mali est un problème, depuis l'arrivée des français en 1940 jusqu'à aujourd'hui. Les problèmes changent avec le temps, mais c'est toujours la même cause depuis cette date. Alors les choses se calment quelques années et puis ça repart.

Ibrahim, pourquoi n'étais-tu pas présent sur les premiers enregistrements du groupe, en 92 et 93 ?
Ibrahim : On n'était pas un groupe avec un programme établi, les choses se faisaient comme ça. Quand les autres se sont retrouvés à Abidjan en 92, peut-être qu'à ce moment là j'étais à Tamanrasset ou à Tessalit, sans moyen d'y aller. Mais je n'étais pas déçu de ne pas y être, c'est comme ça.

Par contre, toi, Abdallah, tu y étais... Peux-tu nous parler de ces premières fois en studio ?
Abdallah : A Abidjan, on est vraiment parti à l'aventure. Il y avait une femme touarègue de Kidal, une peintre, qui habitait à Abidjan, c'est elle qui nous a invité. Elle avait envie d'entendre cette musique bien enregistrée, en studio, car jusque là, elle n'existait que sur cassette avec de mauvais enregistrements. Ça a été une expérience un peu difficile parce qu'on n'avait aucune expérience du studio. On est juste arrivé avec notre musique mais on ne savait pas quoi dire au mec du studio. On a joué nos morceaux et on est parti sans lui donner d'instructions. Après, lui et la peintre ont rajouté des arrangements avec des boites à rythmes. Sur le coup, on était content et curieux d'entendre notre musique comme ça, même si maintenant, je pense que ce n'était peut-être pas exactement ce qu'il fallait faire....

Pourquoi avoir eu envie de faire ce nouvel album, "Imidiwan", à Tessalit, là où toi et Hassan vivez ?
Ibrahim : C'était important d'être chez nous pour faire quelque chose qui vient vraiment de nous. Quand je joue dans un studio à Bamako ou ailleurs, je me sens enfermé et pas à l'aise. Quand je joue chez moi, dans la nature, je sens que je chante naturellement, il n'y pas les artifices du studio.

C'était différent de travaillez avec Jean-Paul Romann ? Ibrahim : Jean-Paul nous connait depuis longtemps, il sait comment nous sommes alors il prend le temps. Si on ne veut pas chanter tout de suite, il attend. Et quand on décide de jouer à 4 heures du matin, il dit oui. Au début, on voulait faire le disque avec Jean-Paul et Justin Adams, qui est aussi un ami qu'on aime beaucoup, mais il n'était pas disponible à ce moment là.

Sur cet album, il y a un titre sur lequel ne figure que les jeunes du goupe, et pas vous deux ni Hassan.... Ça pourrait être ça, Tinariwen, un jour ?

(ils rient)
Abdallah : Ce n'était pas spécialement un morceau destiné aux jeunes, ça c'est trouvé comme ça, on n'avait rien de spécial à mettre dessus. Ceci dit, je trouve que ça serait une bonne idée d'avoir une formule avec des jeunes, formés par les Tinariwen, qui pourraient faire les tournées sans les anciens membres du groupe. Il faudrait des jeunes capables à la fois de bien présenter l'histoire et de bien jouer les morceaux. On ne serait plus obligé de tourner chaque année !

Ibrahim : Tu sais, chez nous, quand on fait un concert au désert, parfois je ne joue pas. Les jeunes jouent, parfois je viens juste faire un morceau et, pour tout le monde, c'est Tinariwen. Et quand Abdallah est à Tamanrasset, ils trouvent des jeunes pour jouer et c'est encore Tinariwen.

Tu sembles être mieux au désert, au calme. Comment vis-tu ces tournées où tu es loin de chez toi pendant longtemps ?
Ibrahim : Tu sais, j'ai grandi comme ça, faire des voyages, aller à l'aventure... Donc pour moi, ce n'est pas difficile et, quand je suis resté 2 ou 3 mois dans le désert, je suis content d'aller voir du monde et de découvrir de nouvelles choses.

N'est-ce pas bizarre, pour vous, de chanter devant des gens qui ne comprennent pas le tamashek ?
Ibrahim : Oui, c'est vrai, c'est un peu bizarre. Certaines personnes aiment juste la musique de Tinariwen sur CD, chez eux. Mais souvent, quand on parle avec le public, les gens nous disent que, même sans comprendre les paroles, ils sentent que l'on dit quelque chose d'important et que ça les touche.

Est-ce que vous suivez de près ce que font les jeunes artistes tamashek ?
Abdallah : Les jeunes ont beaucoup progressé mais, que ce soit à Kidal, Tamanrasset, Agadez ou Tombouctou, ils ont toujours le même problème, celui du matériel. Si tu es un bon chanteur ou un bon guitariste mais que tu n'as pas une bonne sono, tu ne peux pas vraiment sentir la musique.

? Est-ce que votre succès à l'étranger a contribué à améliorer l'image des Kel Tamasheq auprès des autres peuples du Mali Abdallah : Oui, beaucoup, même. Les tournées internationales de Tinariwen donnent beaucoup d'espoir aux Kel Tamasheq du Mali. Ils voient un élément de leur communauté qui les représente de par le monde et ça leur fait beaucoup de bien au moral.

Est-ce que le succès de Tinariwen à l'étranger a modifié la donne pour les artistes touaregs ? On a l'impression que les jeunes groupes pensent plus à signer sur un label en Europe qu'à véhiculer un message...

Abdallah : Les jeunes artistes touaregs font comme tout le monde, ils expriment leurs émotions avec la même motivation, ce n'est pas obligé qu'il y ait un message. Il faut des artistes révolutionnaires et il faut des artistes plus pour la culture. Aujourd'hui, les Touaregs ne sont plus des nomades. C'est une grande communauté présente dans le monde entier. Donc chacun va chanter sur sa propre expérience et ses propres désirs : l'argent, la rébellion, retrouver ses racines etc... Le côté résistance demeure encore dans la nouvelle génération et sans doute dans la prochaine génération, mais ce n'est pas obligé que tout le monde fasse la même chose.


Propos recueillis par Sedryk à Lyon.

© novembre 2009 - tamasheq.net

Niger/les prisonniers du fait de "la mise en garde" sont libres.


Je suis heureux d'annoncer à tous les amis des Touareg du Nord-Niger que tous les prisonniers du fait de "la mise en garde" sont libres.
Cela ne signifie en aucun cas que les causes qui ont amenées les Touareg à prendre les armes sont réglées, loin s'en faut.
Les jeunes qui sont rentrés à Agadez se retrouvent à la case "départ" et sont livrés à eux même avec tous les problèmes que cela va poser une fois leur cagnotte dépensée...
Soyons optimiste, les deux premières revendications du MNJ pour se mettre autour d'une table sont réunies :
1.La levée de l’état d’urgence dans le nord,
2.La libération de toutes les personnes arrêtées en rapport avec le conflit.

Pellet Jean-Marc
occitan touareg

RÉBELLION ARMÉE AU NORD NIGER: La fin d’un cauchemar


Écrit par Dim & David Yacouba (AÏR-INFON° 104 du 15 octobre au 15 novembre 2009)
Vendredi, 27 Novembre 2009 12:55
L’Etat du Niger doit consentir à ses fils revenus ce qu’il peut et eux accepter dans la dignité le peu qui leur sera donné avec une bonne dose de patriotisme.


Fruit de la médiation du Guide de la grande Jamahiriya arabe libyenne, la paix semble s’installer dans le nord de notre pays. Après la cérémonie de remise des armes par le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) à Oubari en Libye, le Front Patriotique du Niger conduit par Aklou Sidi Sidi va concrétiser sa ferme volonté de faire la paix avec le gouvernement du Niger. En effet le vendredi 9 octobre 2009, des milliers de combattants de ce front cantonnés depuis plusieurs mois à Emdigra ont renoncé à la lutte armée pour venir à Agadez remettre les armes. C’était à l’arène des jeux traditionnels devant plusieurs milliers de personnes dont des officiels libyens et nigériens. L’arène des jeux était ce jour là plein à craquer d’une population ravie de retrouver des frères ayant passé plus de deux ans entrain de mener une guerre contre un régime qui refusait toute négociation. L’arsenal de guerre remis par le FPN était composé de plusieurs armes individuelles, des armes lourdes, des lances roquettes et des mines anti-véhicules. Et comme prévu lors de cette remise, quelques jours après, le mardi 10 novembre exactement, un premier groupe d’ex-combattants du MNJ est arrivé à Agadez. Ils ont été accueillis à l’aéroport d’Agadez par le gouverneur de la région Abba Mallam Boukar, « un vrai artisan de cette paix » selon Ahmed, un des responsables de l’exrébellion.

« Il faut saluer le courage et la patience de cet administrateur.» Devant ce premier contingent, le Gouverneur s’est réjoui en ces termes : « Nous sommes heureux de constater que ces jeunes, qui avaient pris les armes, sont revenus pour contribuer à la construction de leur pays ». En effet, selon un des responsables du MNJ que nous avons rencontré: « 802 combattants sont attendus dans les prochains jours ». « Aujourd’hui nous pouvons dire sans hésiter qu’il n’y a plus aucun rebelle dans les montagnes du nord », confirme la même source. Désormais comme tous les autres nigériens, ces frères vont revenir chez eux et aider l’Etat au développement du pays ».Le seul front qui n’a pas déposé les armes, c’est celui de l’exministre Rhissa Ag Boula. Et d’après une source digne de foi, cela ne saurait tarder.

« Le Front des Forces de Redressement a envoyé des représentants à Agadez et à Niamey et lesquels ont confirmé leur engagement à oeuvrer pour le retour de la stabilité et la quiétude dans la partie septentrionale du pays. » Pour mettre en confiance, les différents acteurs du conflit, une amnistie est accordée aux auteurs et coauteurs de l’insurrection armée dans le nord. Et de dizaines de prisonniers arrêtés dans le cadre de cette insécurité sont libérés à Agadez; Niamey, Koutoukalé...etc. Avec l’aboutissement de ces pourparlers, on ose espérer que c’est la fin d’un cauchemar ; un cauchemar qui a endeuillé les familles de notre pays. Pour que cela ne se reproduise plus, il faut que le langage de la vérité prédomine.

Cette paix ardemment désirée est encore très fragile et il nous appartient à tous d’en prendre soin. Agadez a trop souffert et saigné de cette guerre absurde qui n’a semé que deuils et désolation! Des bras valides de notre pays sont partis ; emportés par les armes ; emportés par la bêtise humaine ! La guerre est aujourd’hui terminée ! Evaluons les résultats : qu’à eu Agadez de positif ? Qu’à eu le Niger d’honorable ? Rien ! Absolument rien qui puisse être comptable sur l’ardoise des acquis. Que les dégâts de cette rébellion servent de leçon aux uns et aux autres pour que plus jamais de telles pratiques ne se reproduisent. Il faut désormais que le langage des urnes ravisse la vedette à celui des armes et que la population d’Agadez se fasse autrement entendre et comprendre.

Nous avons dans cette région des hommes politiquement valables qui sont partis s’abîmer dans un conflit fratricide sans issue. La population d’Agadez à l’image du reste du Niger ne veut entendre que le chant de l’unité et l’hymne du travail.Le peuple du Niger par la voix de son président a pardonné à ses fils fautifs. Et comme l’heure est au pardon et à l’oubli, il faut que se noient la démagogie et les délateurs avec. Ces jeunes qui ont tout abandonné pour prendre les armes contre leur propre pays, qui ont séquestré; tué et blessé leurs propres frères-souvent innocentsau nom d’un idéal doivent accepter d’oublier! Ces forces de défense qui ont elles aussi tué; blessé; torturé; emprisonné des pauvres citoyens qui n’ont souvent rien à voir avec ce conflit doivent aussi accepter d’oublier.

Les plaies -même les plus profondes- finissent toujours par guérir et se cicatriser. Cependant comme le dit un adage, « il est plus facile de faire la guerre que de faire la paix ». Des mesures d’accompagnement doivent être immédiatement mises en route. Il est impérieux de ne point laisser le temps au temps de gâter ce processus. L’histoire- celle des accords passés avec les ex-fronts- de la première rébellion doit nous édifier. Ayant beaucoup compté sur l’aide de certains pays pour tenir certaines promesses à certains fronts de cette rébellion, le Niger s’est empêtré dans le fatras de l’incohérence par faute de moyens. Maintenant que cette paix est véritablement en marche, il faut que sonne enfin l’heure du sacrifice. L’Etat du Niger doit consentir à ses fils revenus ce qu’il peut et eux accepter dans la dignité le peu qui leur sera donné avec une bonne dose de patriotisme.

A ces ex-combattants, le bon sens doit recommander d’éviter désormais le piège sans fin d’embrouilles dictées par des élans mercantiles, personnels, et ou purement revanchards. A l’Etat du Niger de saisir à bras-le corps le problème du nord pour lui trouver une solution inscrite dans la durée et la prise en compte des valeurs intrinsèques des communautés y vivant. Il ne sert à rien de tourner en rond autour de la seule et unique question du chômage des jeunes de la région. Les sociétés minières doivent jouer franc-jeu dans le recrutement de la main-d’oeuvre locale. Il y va de leur quiétude et au delà de leur propre survie pour que grandisse le NIGER dans la paix et la dignité.

Exclusivité : Aghali Alambo, président du MNJ se confie à Aïr Info


Exclusivité : Aghali Alambo, président du MNJ se confie à Aïr Info
Écrit par Issouf HADAN (AÏR-INFON° 104 du 15 octobre au 15 novembre 2009)
Vendredi, 27 Novembre 2009 14:12


“Nous n’avons jamais refusé la paix avec Tandja, nous n’avons jamais été contre lui ! Et si on n’a mis du temps avant de faire cette paix, c’est parce qu’il y avait des mauvais conseillers quelque part qui défendaient leurs propres intérêts...”, affirme Aghali Alambo..

Après plus de deux ans de guerre contre l’Etat du Niger, vous voilà de retour à Agadez. Quelles sont vos impressions ?

Je vous remercie de me permettre de parler aux populations de la région d’Agadez et celles de tout le pays. C’est pour moi un grand jour aujourd’hui ! Je suis revenu chez moi à Agadez ; je suis revenu dans mon pays le Niger pour construire la paix après plus de deux ans de résistance dans les montagnes de l’Aïr. C’est suite à la récente rencontre entre la délégation officielle du Niger et les fronts armés qui a permis d’accélérer les choses et d’espérer des bons résultats. Et ce qui a beaucoup retardé la concrétisation de cette paix, c’est la non reconnaissance de notre mouvement par les autorités du Niger. Du côté du MNJ, nous avons toujours soutenu être favorables à tout ce qui va nous conduire vers la paix, mais une vraie paix.
Avez-vous posé des conditions avant de déposer ces armes ?

Je vous dis que la paix ce n’est pas le fait de déposer ou de brûler les armes. Il vous souvient qu’en 1995 il y avait eu des accords entre les rebelles et le gouvernement du Niger suivi d’une flamme de la paix en 2000. Des promesses ont été faites aux ex combattants. Après plus de quinze ans de patience suite à des promesses non tenues les jeunes ont regagné les montagnes pour réclamer la justice. Donc voyez-vous dés qu’il y a un petit mouvement des mécontents les jeunes vont les rejoindre. Pour éviter ce perpétuel recommencement, il faut créer les conditions d’une paix durable en traitant les problèmes qui conduisent ces jeunes à prendre les armes. Il faut beaucoup de patience pour arriver à une paix définitive.

Le MNJ a déposé les armes en Libye contrairement au FPN. Qu’est ce qui explique cela ?
Ecoutez depuis le début de cette insécurité au nord de notre pays, il y a plus de deux ans, le Guide libyen a entrepris des démarches pour ramener la paix dans la partie septentrionale de notre pays. Pendant ces années, le dirigeant libyen n’a pas eu de quoi convaincre l’Etat du Niger. C’est suite aux différents accrochages avec les militaires et que nous ayons fait des otages dans leurs rangs que le guide nous a proposé de libérer ces militaires pour que de son côté, il puisse convaincre les autorités du Niger d’accepter de dialoguer avec les différents fronts armés du nord Niger. C’est le lieu de remercier la Libye pour ces efforts dans la recherche de la paix dans le nord de notre pays. Il faut savoir que l’Algérie a beaucoup aidé les réfugiés touaregs sur son territoire et je remercie au passage les autorités de ce pays.

Des gens croupissent en prison dans le cadre de cette insécurité. Qu’en est-il de leur cas?
Leur cas nous a toujours préoccupé. Et c’est pourquoi lors de la rencontre de Tripoli, le ministre de l’Intérieur M. Albadé Abouba a pris l’engagement de faire libérer tous les prisonniers! Il a dit qu’on va tourner la page et on lui fait confiance.

Y’a-t-il eu d’autres engagements pris par la partie gouvernementale en Libye ?
Oui, celui de nous faire rencontrer son Excellence le président Tandja Mamadou et de parler directement avec lui des maux qui ont poussé à prendre les armes contre notre propre pays. Sachez le ! Nous n’avons jamais refusé la paix avec Tandja, nous n’avons jamais été contre lui ! Et si on n’a mis du temps avant de faire cette paix, c’est parce qu’il y avait des mauvais conseillers quelque part qui défendaient leurs propres intérêts.

M. Aghali Alambo, si jamais le Niger ne tient pas encore ses promesses, est-ce à dire que vous prendriez à nouveau les armes ?
Bon, je pense que prendre ou reprendre les armes n’a jamais été de notre propre volonté, cela a toujours été un dernier recours pour nous. C’est un principe chez les Touaregs de ne jamais se laisser piétiner. Nous sommes une communauté respectueuse des droits mais qui a un honneur qu’elle défend jalousement. Même demain si quelqu’un nous piétine sur la tête, on réagira ! Que je réagisse moi-même ou pas, il peut y avoir un autre qui le fera. Vraiment, ce qu’il faut éviter, c’est le mécontentement qui naît de la marginalisation.

Maintenant que la guerre est finie que comptez faire ? Revenir à Agadez pour vos affaires ou bien vous vous installeriez en Libye ?
Ce qui me tient le plus à coeur, c’est le retour de la paix dans notre pays. J’aimerai un jour voir cette paix s’installer. Vous savez c’est difficile de vivre loin des siens. Même si vous vivez ailleurs tôt ou tard vous seriez obligés de revenir au bercail. Alors laissons le temps au temps (rires)..

Quel est aujourd’hui votre message à l’endroit des populations victimes de ce conflit ?
Ecoutez, vraiment nous sommes très touchés par la situation dans laquelle s’étaient retrouvées les populations durant ce conflit. Nous reconnaissons que ce n’était pas comme les autres conflits que nous avions connus. Cette fois, il y a eu un débordement sans commune mesure, des innocents ont payé de leur vie ; des vieux ont été massacrés. Cela nous a fait beaucoup mal. C’est vrai qu’on peut s’attendre à tout en situation de guerre mais avouons aussi que le gouvernement ne s’était pas préoccupé du sort des pauvres. Il a instauré une logique de laisser-faire qui a légalisé des conduites déplorables de deux côtés. C’est d’ailleurs compte tenu de ces souffrances gratuites que nous avons décidé d’arrêter tout ; mettre fin à cette situation même si on n’a pas atteint tous nos objectifs. Je profite ici pour appeler les pays amis du Niger à venir en aide à ces pauvres gens qui ont tout perdu.

Etats-Unis d'Afrique: Entretien Kadhafi-Toumani Touré


Afrique en ligne
Etats-Unis d'Afrique: Entretien Kadhafi-Toumani Touré

Le président malien Amadou Toumani Touré a fait part, vendredi soir au cours d'un entretien téléphonique avec le guide Mouammar Kadhafi, président de l'Union Africaine (UA), de son espoir de voir couronnés de succès les efforts soutenus du leader libyen en faveur de la transformation de la Commission de l'UA en une Autorité de l'Union.

Selon l'agence libyenne, JANA, le président malien a, au cours de cet entretien, renouvelé sa profonde considération et sa gratitude à l'endroit des efforts et initiatives du président de l'UA en faveur de l'instauration de la paix et de la stabilité dans le Nord du Mali et du Niger en particulier, et dans l'espace de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) en général.

On rappelle que les commandants des fronts, mouvements et factions de rébellion au Nord du Niger et au Nord du Mali avaient proclamé la paix totale dans ces deux régions, lors d'une cérémonie organisée par les tribus touaregs du Niger, du Mali et de la Libye le 6 octobre 2009 à Sebha (Sud de Libye).

Cette cérémonie, organisée en présence du guide Mouammar Kadhafi, répondait à l'appel que ce dernier leur avait lancé le 17 août 2008 à Oubari (sud libyen) pendant la grande cérémonie des tribus touaregs du grand Sahara.

Tripoli - Pana 29/11/2009

Paris demande aux Français d’évacuer le nord et l’est du Mali et le nord du Niger


A P - 27/11/09

La France demande vendredi à ses ressortissants de quitter le nord et l’est du Mali ainsi que le nord du Niger, leur rappelant que "le Sahel dans son ensemble est une zone dangereuse". Lire la suite l’article

Un travailleur humanitaire français a été enlevé jeudi vers 01h30 du matin dans son hôtel à Menaka, dans le nord du Mali, près de la frontière avec le Niger.

Au lendemain de ce rapt et "en raison d’une nouvelle aggravation de la menace terroriste dans la région", le ministère des Affaires étrangères demande "instamment" aux Français de quitter immédiatement les régions du Kidal, de Gao et de Tombouctou et de "regagner sans délai la capitale". Le quai d’Orsay exhorte "ceux qui envisageaient de s’y rendre de renoncer à leur déplacement".

"Cette recommandation vaut également pour le Niger, au nord d’une ligne reliant Ayorou, Tahoua, Gangara et N’Guimi", indique le communiqué. AP

"L’aile dure" d’Aqmi détiendrait le français enlevé à Ménaka

France 24 - 28/11/09
samedi 28 novembre 2009


Le groupe terroriste Al Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) détiendrait le français Pierre Camatte, enlevé vendredi au nord du Mali. La France a demandé à ses ressortissants de quitter le pays.

Christophe DANSETTE (vidéo):http://www.france24.com/fr/20091128-aile-dure-aqmi-detiendrait-le-francais-enleve-menaka-mali-pierre-camatte

AFP - Le Français enlevé dans le nord du Mali est retenu par des membres de "l’aile dure" d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a affirmé vendredi à l’AFP une source sécuritaire malienne, six mois après l’exécution d’un otage britannique par le même groupe, dans cette région.

Pierre Camatte, 61 ans, a été kidnappé dans la nuit de mercredi à jeudi dans un hôtel de Ménaka, une ville située à plus de 1.500 km au nord-est de Bamako.

"Tous les éléments que nous avons confirment que M. Camatte est entre les mains des islamistes armés dans le Sahara", a déclaré la source sécuritaire, sous couvert de l’anonymat, ajoutant : "Il est détenu par l’aile dure d’Aqmi".

"Nous sommes en contact permanent avec les autorités françaises à qui nous avons déjà donné toutes ces informations", a-t-elle ajouté.

Plusieurs Occidentaux -mais jamais des Français- avaient été kidnappés ces derniers mois dans le Sahel avant d’être acheminés dans le nord du Mali.

Ils étaient généralement libérés après versements de rançons, même si les gouvernements concernés ne faisaient jamais état de transactions financières.

Mais, en juin, la branche maghrébine d’Al-Qaïda a annoncé, pour la première fois, avoir tué un otage occidental, le touriste britannique Edwin Dyer.

Selon une source malienne proche des négociations, le groupe responsable de cette exécution était dirigé par l’Algérien Abdelhamid Abou Zeïd.

C’est ce groupe qui détiendrait, aujourd’hui, l’otage français.

Abou Zeïd est, avec Moctar Ben Moctar, l’un des deux "émirs" (chefs) d’Aqmi qui dirigent des opérations dans le sud du Maghreb, dont le désert est commun avec le Mali. Ces deux hommes, de nationalité algérienne, ont recruté leurs combattants dans différents pays de la sous-région.

Le Français enlevé avait l’habitude de se rendre "régulièrement au Mali" où il était impliqué notamment dans la culture d’une plante thérapeutique contre le paludisme, selon l’association qu’il préside dans les Vosges (est de la France).

De son côté, le ministère malien de la Sécurité intérieure a assuré que M. Camatte était installé depuis 2008 dans la région de Ménaka où il dirigeait une ONG locale et gérait aussi un hôtel.

A la question de savoir si des "islamistes armés" étaient venus directement à Ménaka pour l’enlever, la source sécuritaire malienne a répondu "non".

"Ils ne sont pas venus eux-mêmes. C’est une +commande+ (qui a été passée), donc, il y a eu des intermédiaires, et on peut les rechercher même parmi les relations de M. Camatte", a affirmé cette source.

Vendredi, Paris a "instamment" demandé aux Français vivant dans le nord et l’est du Mali, ainsi que dans les zones frontalières proches, de "quitter immédiatement la zone", en raison d’"une nouvelle aggravation de la menace terroriste".

Cet appel à quitter la zone "et à regagner sans délai la capitale" malienne s’adresse aux Français présents dans les régions de Kidal, de Gao et de Tombouctou. Leur nombre est estimé à une dizaine de personnes, a précisé le ministère français des Affaires étrangères.

La France a aussi demandé à ceux qui envisageaient de se rendre dans le nord-est du Mali "de renoncer à leur déplacement".

"Cette recommandation vaut également pour le Niger, au nord d’une ligne reliant Ayorou, Tahoua, Gangara et N’Guimi", a précisé le ministère.

En juin, l’assassinat de l’otage britannique avait constitué un tournant au Mali, un pays démuni mais politiquement stable et particulièrement hospitalier avec les étrangers. Plusieurs Etats occidentaux et africains ont, depuis, accentué leur collaboration sécuritaire avec Bamako.

vendredi 27 novembre 2009

ASSAROUF DJER AYITMA WIN NIGER ,MALI, LIBYA,ALGER,BURKINA ;FRANCE.AMERIQUE;BELGIQUE;ITALIE.GOLFE;ARABIE SAOUDITE ET TOUS LES MUSULMANS DU MONDE


La fête d’ Aïd El-Adha(Tabaski ,en Afrique) a lieu aujourd'hui (pour certains pays )vendredi 27 novembre 2009 correspondant au 10 dul-Hijja 1430, au lendemain du grand rassemblement des pèlerins sur le Mont Arafat.C’est en commémoration de l’acte de sacrifice du Prophète Abraham - paix et salut sur Lui- que les musulmans du monde entier immolent un mouton, un bovin, un caprin ou un camélidé ,selon les moyens des unes et des autres.
Cette fête est l’occasion de se rappeler la miséricorde divine par une prière en communauté précédant l’acte sacrificiel ,ou l'on demande pardon aussi aux voisins et à tous ceux qu'on cotoient quotidiennement

Le sacrifice par délégation est autorisé de façon unanime. Il est largement pratiqué, notamment, par les pèlerins le jour de l’Aïd.

L'équipe de la rédaction souhaite que ctte fête se déroule dans les meilleures conditions tant sur le plan spirituel que matériel.

Nous presentons nos meilleures vœux à l’ensemble de la communauté musulmane et Touareg et appellons à partager ces moments de bénédiction, de solidarité et de fraternité avec l’ensemble de la communauté nationale et internationale.

Assarouf ,Ténaché djer ayitma edag dilane .Massinagh tassorafadanagh dirwane ghuiridnanagh!!Tihoulawene n'Agadaz,id Kidal,Tamanrasset,Oubary ,Tahoua,Ghat,Niamey,Bamako,Ouaga,Maradi,Gao,Tombouctou,Djanet,Arlit,Tchirozerine,Tidene ,Tanout,Talak,In-gall,Tchintabaraden,Gossi ,Téssit,Téssalit,Goundam,Sabha,id wihanine Saoudia,Nikniwanine tahoulte har wadegh solane Assarouf !!!

jeudi 26 novembre 2009

La prochaine tournée de Tinariwen en Amérique


http://consequenceofsound.net

La prochaine tournée de Tinariwen en Amérique
jeudi 26 novembre 2009

Tinariwen 2010 Tour Dates :

02/15 – Chapel Hill, NC @ University of North Carolina-Chapel Hill

02/16 – Columbus, OH @ Wexner Center

02/18 – New York, NY @ Highline Ballroom

02/19 – Brooklyn, NY @ The Bell House

02/20 – Los Angeles, CA @ University of California-Los Angeles

02/21 – San Francisco, CA @ San Francisco Jazz Festival

02/23 – Seattle, WA @ Triple Door

02/25 – Vancouver, BC @ The Orpheum

02/27 – Chicago, IL @ Old Town School of Folk Music

03/04 – Toronto, ON @ The Phoenix

03/05 – Montreal, QC @ Club Soda

03/06 – Quebec, QC @ Palais Montcalm

ARABIE SAOUDITE/Inondations meurtrières en plein pèlerinage à La Mecque




Le parisien
Le bilan des inondations provoquées par les fortes pluies qui se sont abattues mercredi sur l'Arabie Saoudite - en plein pèlerinage musulman de La Mecque - s'est encore alourdi jeudi pour s'établir à 77 morts. 351 personnes sont toujours portées disparues.
De fortes pluies ont provoqué mercredi une brusque montée des eaux à Jeddah et à La Mecque, dans l'ouest de l'Arabie saoudite. Selon un bilan encore provisoire, jeudi après-midi, 77 personnes ont perdu la vie. Il pourrait encore s'alourdir puisque 351 autres sont portées disparues, a indiqué le porte-parole de la Défense civile à Jeddah, Abdallah al-Omary.
La plupart des victimes sont mortes lorsque leurs voitures ou bus ont été emportés par les crues, selon des témoins. Dans certains secteurs, les routes étaient encore inondées jeudi par un mètre d'eau. «Le niveau de l'eau a baissé et la situation s'est améliorée aujourd'hui par rapport à hier. Nous faisons de notre mieux pour aider les gens encore bloqués», a déclaré M. Omary.
Un premier bilan de la Défense civile faisait état de 44 morts dans les inondations à Jeddah et 4 autres à La Mecque, plus à l'est, où plus de 2 millions de fidèles effectuent les rites du pèlerinage. Les précipitations ont inondé plusieurs quartiers de Jeddah et détruit de nombreuses habitations. Plus de 900 personnes ont été secourues dans les deux villes.

La Défense civile n'a pas précisé s'il y avait des pèlerins parmi les victimes. Les pluies ont compliqué le déplacement des fidèles entre Mina, près de La Mecque, et le Mont Arafat, également dans les environs de la Ville sainte, pour le moment fort du pèlerinage.

Des vidéos d'amateur filmées mercredi matin montrent la ville de Jeddah sous les eaux :

Moscou va renforcer sa coopération avec Niamey


APA-​Nia­mey (Niger) -25-11-09
jeudi 26 novembre 2009


La Rus­sie et le Niger, deux pays qui en­tre­tiennent un « très bon dia­logue po­li­tique au plan bi­la­té­ral et in­ter­na­tio­nal », vont da­van­tage ren­for­cer leur co­opé­ra­tion dans di­vers do­maines liés à l’édu­ca­tion et aux af­faires, a in­di­qué l’am­bas­sa­deur de Rus­sie au Niger, Ana­to­ly Smir­nov, cité mer­cre­di par les mé­dias na­tio­naux.

Le di­plo­mate russe qui a été reçu par le chef de l’Etat ni­gé­rien, Ma­ma­dou Tand­ja, a af­fir­mé avoir évo­qué avec ce­lui-​ci l’état de la co­opé­ra­tion bi­la­té­rale dans les dif­fé­rents do­maines qui lient les deux pays.

Cette co­opé­ra­tion, a-​t-​il sou­li­gné « se porte à mer­veille (…) avec un très bon dia­logue po­li­tique au plan bi­la­té­ral et in­ter­na­tio­nal ».

Dans le do­maine de l’édu­ca­tion, a dit M. Smir­nov, Mos­cou a dé­ci­dé de re­prendre l’oc­troi des bourses d’études aux étu­diants ni­gé­riens, tan­dis que sur le pan de la lutte contre le ter­ro­risme, la cri­mi­na­li­té or­ga­ni­sée et le tra­fic des drogues, cette année, plu­sieurs of­fi­ciers ni­gé­riens ont bé­né­fi­cié d’un stage de for­ma­tion en Rus­sie.

L’am­bas­sa­deur russe, qui est ar­ri­vé en com­pa­gnie d’une dé­lé­ga­tion d’hommes d’af­faires de son pays a af­fir­mé que ceux-​ci sont des res­pon­sables d’une grande en­tre­prise spé­cia­li­sée dans l’hy­drau­lique dis­po­sés à aider le peuple ni­gé­rien dans la lutte contre la pau­vre­té.

Un Français kidnappé au Mali




RFI/GeoAtlasPar RFI
Un ressortissant français, originaire des Vosges, a été enlevé à Ménaka dans le nord-est du Mali mercredi. A Paris, le ministère des Affaires étrangères l’a confirmé jeudi 26 novembre. Il n'y a, pour le moment, aucune piste précise sur l'identité des ravisseurs, mais certains analystes privilégient « la piste islamiste ».

Agé de 61, Pierre Camatte « a été enlevé à Ménaka dans son logement, un hôtel dont il était entre autres activités directeur technique. Nous faisons tout pour qu'il recouvre rapidement la liberté », a indiqué une source gouvernementale malienne sous couvert de l'anonymat.

Les ravisseurs, d’après un conseiller municipal de la ville, étaient au nombre de trois et portaient des turbans. Il ont attendu minuit pour agir, heure à laquelle l'électricité est traditionnellement coupée pour raison d'économie dans cette ville sahélienne.

Pierre Camatte est originaire des Vosges mais se rend souvent au Mali. Il est le président du comité de jumelage entre Gérardmer, ville de l’est de la France, et Tidarmene, commune au nord de Ménaka. Ce ressortissant est aussi impliqué dans la culture d'une plante thérapeutique pour soigner le paludisme.

Pour l’instant, il n’y a aucune piste précise sur l'identité des ravisseurs mais certains spécialistes privilégient déjà « la piste islamiste ». Début juin, al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait annoncé pour la première fois avoir tué un otage occidental, le touriste britannique Edwin Dyer, qu'elle détenait depuis janvier. Un acte qui marque une radicalisation du mouvement.

De son côté, l’ambassade de France à Bamako avait, la semaine dernière, mis en garde ses ressortissants contre le risque de rapt. Mi-novembre, plusieurs responsables humanitaires, dont ceux travaillant pour l'organisation non gouvernementale française Action contre la faim, avaient quitté cette région du nord-est du Mali par « mesure de sécurité ».

Le président Tandja met fin à l’état d’urgence décrété depuis 2007 à Agadez, au nord du Niger


http://www.afriqueavenir.org
jeudi 26 novembre 2009


APA-​Nia­mey(Niger) Le Pré­sident Ma­ma­dou Tand­ja a mis fin à l’état de mise en garde, sy­no­nyme d’état d’ur­gence, dé­cré­té et plu­sieurs fois re­nou­ve­lé de­puis le 24 août 2007 dans la ré­gion d’Aga­dez (900 km au nord), quelque se­maines après l’am­nis­tie ac­cor­dée aux re­belles toua­règues qui ont sévi dans cette zone, riche en ura­nium, a ap­pris APA jeudi de source of­fi­cielle à Nia­mey.

« Il est mis fin à la mise en garde pro­cla­mée dans la ré­gion d’Aga­dez, à comp­ter du 27 no­vembre 2009 », selon les termes d’un dé­cret pré­si­den­tiel pu­blié jeudi.

Cette dé­ci­sion pros­crit cette me­sure qui ac­corde des pou­voirs ex­cep­tion­nels aux forces de dé­fense et de sé­cu­ri­té dans la ré­gion.

Elle in­ter­vient un mois après que le Pré­sident Tand­ja a ac­cor­dé une am­nis­tie aux re­belles toua­règues qui ont ré­cem­ment dé­po­sé les armes après deux ans de com­bats dans la ré­gion d’Aga­dez.

La fac­tion his­to­rique de la ré­bel­lion toua­règue au Niger, le Mou­ve­ment des Ni­gé­riens pour la jus­tice (MNJ), ainsi que le Front pa­trio­tique ni­gé­rien (FPN) ont dé­po­sé les armes en marge d’une cé­ré­mo­nie dans la ville li­byenne de Sebha, en pré­sence de Mouam­mar Kadha­fi, le mé­dia­teur.

Ces deux mou­ve­ments ont été sui­vis dans leur geste par le Front des forces pour le re­dres­se­ment (FFR) de la fi­gure his­to­rique de la pre­mière ré­bel­lion toua­règue des an­nées 1990, Rhis­sa Ag Boula, qui a ac­cep­té l’offre du mé­dia­teur li­byen.

Avec cette red­di­tion, des sources re­belles in­diquent que ce sont plus de 4000 com­bat­tants qui re­noncent à la lutte armée, en ac­cep­tant leur ré­in­ser­tion à tra­vers di­verses ac­ti­vi­tés so­cioé­co­no­miques.

La ré­gion d’Aga­dez où opèrent plu­sieurs com­pa­gnies étran­gères est riche en ura­nium. De­puis fé­vrier 2007, cette ré­gion fait face à une ré­bel­lion armée conduite par des toua­regs qui re­ven­diquent da­van­tage de meilleures condi­tions pour les po­pu­la­tions du nord du Niger.

Les af­fron­te­ments entre l’armée et les élé­ments de la ré­bel­lion toua­règue exa­cer­bés par de nom­breux cas d’ex­plo­sion de mines at­tri­bués aux in­sur­gés, ont fait à ce jour of­fi­cieu­se­ment plus de 80 sol­dats et en­vi­ron 200 re­belles tués ainsi que plu­sieurs morts et bles­sés parmi les ci­vils.

Début mai der­nier, les au­to­ri­tés ni­gé­riennes ont donné le coup d’envoi dans la ré­gion d’Aga­dez de la réa­li­sa­tion du com­plexe mi­nier d’Imou­ra­ren, un des plus grands gi­se­ments au monde avec 5000 tonnes d’ura­nium par an.

L’ex­ploi­ta­tion de ce site par le groupe fran­çais AREVA va pla­cer le Niger, à l’ho­ri­zon 2015, au deuxième rang mon­dial des pays pro­duc­teurs, avec un dou­ble­ment de sa pro­duc­tion ura­ni­fère an­nuelle.

Ces ri­chesses mi­nières, ex­ploi­tées de­puis 40 ans dans le nord du Niger ont ha­bi­tuel­le­ment servi de dé­to­na­teur à la ré­bel­lion toua­règue au début des an­nées 1990 ainsi que le sou­lè­ve­ment en fé­vrier 2007 de l’in­sur­rec­tion menée par le MNJ.

Nia­mey a of­fi­ciel­le­ment en­ta­mé des ren­contres avec les fac­tions re­belles en avril der­nier lorsque le mi­nistre ni­gé­rien de l’in­té­rieur, Al­ba­dé Abou­ba, qui conduit une forte dé­lé­ga­tion en Libye a af­fir­mé que les re­belles toua­regs, consti­tués en trois fac­tions, ont ac­cep­té de rendre les armes et de par­ti­ci­per à des né­go­cia­tions de paix.

mercredi 25 novembre 2009

Le Capitaine Daouda Nouhou ex prisonnier du MNJ est DCD .


















Lieutenant Iliassou et Capitaine Daouda (a droite)
Le tristement celèbre capitaine Daouda Nouhou ,auteur d'éxactions sur des civiles au nord Niger,vient de DCD à Niamey.
Il a jouit de l'impunité côté pouvoir et rebellion...aujourd'hui il retrouvera ceux qu'il a assassiner devant le tribunal de Dieu ;esperons que ses avocats l'ont precedés ...il en aura besoin peut être!!!
le Capitaine Daouda Nouhou est l'auteur de l'assassinat de trois civiles nomades à Tamgak ,il s'agit de Kalakoua Imolane,Abchaw et Kounfi .Il a dirigé le détachement militaire lors de l'attaque de Tézirzaït au cours de laquelle il perdu 15 hommes et les 72 restants furent fait prisonniers par le MNJ.Il fut blessé et prisonnier du MNJ durant 2 ans .Il fut liberé reçemment à la suite des négociations entamées suite à la médiation libyenne entre le MNJ et le gouvernement nigerien.

Le paradoxe berbère



25/11/2009 10:44:00 | Jeune Afrique |
Par : Cherif Ouazani Le paradoxe berbère



"Ainsi enduré", toile réalisé par le touareg Hawad
© D.R

Un temps considérée comme un facteur de division, puis comme une menace pour l’unité nationale, l’amazighité constitue désormais l’un des éléments reconnus de l’identité algérienne. Une sacrée avancée, même si tout n’est pas réglé.

À la veille du match couperet, le 14 novembre 2009, au Caire, entre l’Algérie et l’Égypte, en vue des qualifications pour la Coupe du monde de football, certains médias égyptiens sont tombés dans l’invective et l’insulte. « L’arabité du peuple algérien est douteuse. Il s’agit de Berbères parlant une étrange langue », pouvait-on lire ou entendre. Il y a quelques années, cette formule aurait déclenché le lynchage du premier Égyptien croisé dans une rue d’Alger. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Sabiha Merine, sociologue à Boumerdès, elle-même Berbère du mont Chenoua, est catégorique : « L’Algérien, qui a toujours eu mal à son amazighité, à sa berbérité, si vous préférez, semble s’être réapproprié son identité, réglant ainsi un vieux complexe. Il n’hésite plus à se définir comme arabo-berbère. Cette récente évolution est le produit de la reconnaissance par la Constitution de la dimension amazighe de la personnalité algérienne. » Est-ce à dire que poser la question « Qui est berbère en Algérie ? » est aujourd’hui incongru ? Pas si sûr.

Le mot berbère est censé désigner les populations autochtones de la Numidie de la période punique, autrement dit de l’Afrique du Nord centrale avant les invasions phénicienne, romaine puis vandale. Dans l’un de ses sketchs, l’humoriste kabyle Mohamed Fellag ironise : « Tous les envahisseurs de l’Algérie – même les Français – ont fini par repartir, sauf les Arabes, qui ont pris racine. » Succession d’invasions, guerres fratricides pour le contrôle des terres fertiles et mouvements de populations ont provoqué un inextricable mélange ethnique. Au fil des siècles, le facteur linguistique est ainsi devenu le seul critère d’appartenance.

Complexité ethnographique

« N’est berbère que le berbérophone. » La formule du linguiste Salem Chaker renvoie à une complexité ethnographique. La langue berbère, le tamazight, a au moins six déclinaisons en Algérie et fragmente l’entité berbère en six ramifications: les Kabyles, les Chaouis, les Touaregs, les Mozabites, les Zénètes (Berbères noirs) et les Chenouis. Pour mieux comprendre la question amazighe en Algérie, un rappel historique est donc nécessaire.

En 2001, J.A. avait consacré un dossier sur cette question (voir J.A. n° 2102-2103) qui expliquait notamment pourquoi, de toutes les régions berbérophones, seule la Kabylie a été à l’avant-garde de cette lutte identitaire. Celle-ci a été abordée pour la première fois lors du congrès du Parti du peuple algérien-Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (PPA-MTLD) en 1949. Mais les principaux leaders berbères, Krim Belkacem et Hocine Aït Ahmed, donnent la priorité à la lutte pour l’indépendance. « Ils étaient convaincus, analyse Sabiha Merine, que le futur État aborderait sans complexe la question identitaire. Le berbérisme est mis entre parenthèses au profit du combat libérateur. Ils se sont trompés. » Quelques ultras ne tombent pas dans le piège et insistent sur les origines berbères du peuple algérien. « Tout cela relève d’une manœuvre de division orchestrée par le colonialisme », répliquent les dirigeants du courant nationaliste et militants de l’arabo-islamisme. La berbérité et les porteurs de cette revendication deviennent ainsi progressivement des ennemis de l’intérieur : une menace pour la Révolution et un péril pour l’unité nationale et la toute jeune République algérienne démocratique et populaire.



Et pourtant. Le pouvoir n’a jamais exclu les berbérophones de ses structures, alimentant ainsi un saisissant paradoxe. La haute hiérarchie militaire est restée entre les mains des Chaouis, les Berbères des Aurès : de Tahar Zbiri, premier chef d’état-major, à Khaled Nezzar, dernier ministre de la Défense (le portefeuille est aujourd’hui détenu par le président Abdelaziz Bouteflika). La Sécurité militaire, pilier essentiel du système, a longtemps été également sous la coupe de Kasdi Merbah, de son vrai nom Abdallah Khalef, un Kabyle. Aujourd’hui encore, les services de renseignements, le tout-puissant Département recherche et sécurité (DRS), ont à leur tête le Berbère Mohamed Mediène, alias Tewfik, originaire de Bordj Bou Arreridj, en Petite Kabylie.

Les Berbères n’ont jamais été loin, non plus, du pouvoir politique : de Ferhat Abbas, président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), de 1958 à 1961, à Ahmed Ouyahia, actuel Premier ministre, en passant par les Chaouis Houari Boumédiène ou encore l’ex-Premier ministre Ali Benflis. Faut-il également rappeler que le père de l’arabisation en Algérie a été un Kabyle en la personne de Mouloud Kacem Naït Belkacem ? Idem pour ce qui est du pouvoir économique. Les exemples sont nombreux. Le poste de gouverneur de la Banque centrale d’Algérie a souvent été confié à un Berbère : du Kabyle Abdelouahab Keramane au Mozabite Abderrahmane Hadj Nacer. Bon nombre des plus grands capitaines d’industrie sont également berbères, d’Issad Rebrab – le patron du groupe Cevital, qui opère dans l’agroalimentaire et l’industrie – à Ali Haddad, le poids lourd du BTP.

« La récupération de l’élite kabyle par le pouvoir a durablement affaibli la cause amazighe », tranche Salem Chaker. Quant à cette élite, surnommée parfois « les Kabyles de service », entrisme ou pas, elle a prospéré, enfouissant son sentiment d’appartenance. « Ils ont joué l’arabisme par survie », estime aujourd’hui l’artiste peintre touareg Hawad, qui rappelle que le pouvoir n’a jamais hésité à mater les poussées de fièvre amazighes. De quoi dissuader toute velléité de contestation.

Les Mozabites cohabitent difficilement avec les arabophones, certes, mais ils évitent soigneusement toute confrontation avec le pouvoir politique. Les Zénètes ou les Touaregs vivent paisiblement leur particularisme. Et finalement, seule la rebelle Kabylie a mené le combat. « Cela tient à l’histoire, explique Salem Chaker. La région a été scolarisée dès le début du XXe siècle, à la différence de celle des Aurès. L’autre facteur est lié à la forte émigration kabyle en métropole au lendemain de la Première Guerre mondiale. À partir de 1915, un immigré sur deux en France était kabyle. Cela a permis la confrontation avec les autres cultures et favorisé la prise de conscience identitaire. » Après la première mobilisation du Printemps berbère en 1980, il faut attendre les années 1990 pour que la contestation s’étende aux autres régions berbérophones.

Enseignement du tamazight

En 1994, une « grève du cartable » frappe les établissements scolaires de Kabylie, mais aussi des Aurès et du Touat, et ceux de la vallée du Mzab. Le mot d’ordre : l’enseignement du tama­zight. Le pouvoir recule, enfin, et crée en 1995 un Haut-Commissariat à l’amazighité chargé d’introduire l’idiome dans les manuels scolaires.

Mais la consécration – ou du moins l’avancée la plus significative – viendra dans la foulée du second Printemps berbère, en avril 2001. La mort suspecte du jeune lycéen Massinissa Guermah, dans les locaux d’une brigade de gendarmerie de Beni Douala, dans la région de Tizi Ouzou, met le feu aux poudres. La contestation gagne toute la Kabylie et s’étend à Alger. Les partis politiques, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et le Front des forces socialistes (FFS), sont dépassés. Les comités de villages et de tribus, les Arouch, prennent le relais et négocient avec le pouvoir sur une plate-forme de quinze revendications élaborée à El-Kseur. Le Premier ministre Ali Benflis, puis son successeur, Ahmed Ouyahia, tous deux berbères, acceptent le dialogue. En 2002, la Constitution reconnaît le tamazight comme langue nationale. « Désormais l’Algérien se revendique plus comme un Arabo-Berbère que comme arabo-musulman », explique Sabiha Merine. Mais cette juste reconnaissance a affaibli la cause sans atténuer, par ailleurs, le sentiment de marginalisation culturelle. C’est le deuxième paradoxe.

Velléités autonomistes

L’échec de l’enseignement du tamazight explique cette situation. « L’indigence des outils pédagogiques et l’absence d’une véritable académie tamazight ont réduit cette langue à une simple discipline facultative. Du coup, même en Kabylie, les classes de tamazight se dépeuplent et les enseignants abandonnent cette vocation », dénonce Fatiha Agdader, enseignante à Alger.

Est-ce à dire que l’Algérie a définitivement rangé la question berbère et tourné le dos aux particularismes ? Peut-on envisager une volonté, indicible et collective, d’ensevelir les sujets qui fâchent après le traumatisme du terrorisme islamiste. À voir l’ambiance qui règne à Berriane et les revendications portées par le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) de Ferhat Mehenni, cette analyse, commode, est erronée.

« Nous n’avons pas renoncé à ce que le tamazight soit une langue officielle et non pas seulement nationale », scande Louisa Hanoune, porte-parole du Parti des travailleurs (PT, première force d’opposition au sein du Parlement).

En attendant, on regarde sans broncher le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, s’exprimer en kabyle lors des questions orales à l’Assemblée nationale. Une chaîne de télévision tamazight a été créée, et les frontons de certaines administrations arborent des inscriptions en tifinagh (l’alphabet tamazight). Et Aujourd’hui, hormis quelques ultras du nationalisme panarabe, la quasi-totalité des Algériens se revendique amazigh, des « hommes libres ».

Mali/La véritable histoire de l’avion de la cocaïne

Serge Daniel-24-11-09
mercredi 25 novembre 2009

Notre correspondant à Bamako a enquêté sur l’avion transportant de la cocaïne qui s’est posé dans le nord du Mali. Il raconte la surprise des autorités locales et retrace le probable itinéraire vers les côtes européennes de la drogue débarquée en plein désert. Selon les experts de l’ONU, la coke, comme l’avion, provenaient du Venezuela.

« Les Américains viennent d’atterrir clandestinement au nord du Mali pour traquer les islamistes armés ». « Un avion libyen vient de se poser dans le désert malien pour livrer des armes à l’armée malienne ». « Un avion en détresse s’est posé en catastrophe dans le nord du Mali ». « La Grande Bretagne a débuté une opération militaire contre les combattants islamistes, qui ont assassiné (il y a quelques mois), un ressortissant britannique ». Début novembre, on se perdait en conjectures au sujet d’un appareil volant qui aurait posé son ventre dans le sable du désert malien.

« C’est un dossier chaud, qui va faire des vagues, je ne dirai pas plus, attendez-vous, dans plusieurs jours, à un communiqué », prévient de son côté, un diplomate en poste à Bamako. C’est de Dakar, tout juste après la presse malienne, qu’un diplomate onusien donnera des détails : « L’avion viendrait du Venezuela, il aurait déchargé de la cocaïne et autres produits illicites dans le nord du Mali, et il se serait écrasé au décollage ». Cette dernière information, est comme on le verra plus loin, à prendre avec des pincettes. Pour reconstituer les faits, il faut remonter au 15, voire au 16 octobre 2009. Un PA32, petit coucou d’une dizaine de places, ronronne dans le ciel du désert. La tour de contrôle de Gao repère rapidement l’appareil. Il se dit en « détresse », et « se débrouille » pour atterrir sur une piste de fortune. L’avion était, en fait, en repérage.

Début novembre, cinq véhicules 4X4 s’enfoncent dans le désert malien. Nous sommes à plus de 200 kilomètres au nord de Gao. Une route solide sur laquelle on peut faire un bout de rallye a été sommairement aménagée. Des cailloux bordent cette « piste » de moins de 1 500 mètres. L’ingénieur en chef de l’ouvrage est connu. Il revient à peine d’un voyage en Mauritanie. « Demandez-lui de vous trouver une centaine de crocodiles dans le désert où il n’y a pas d’eau, il le fera », explique un fin connaisseur du nord du Mali.

Le soleil éclaire paresseusement la zone. Un avion, sans pavillon déterminé, d’un blanc sale descend dangereusement, comme s’il allait s’écraser, au milieu de nulle part. Mais en réalité, il se pose sur « la piste ». Jeu d’enfant. Là, les versions divergent. En deux heures selon une source, des colis sont transbordés dans les véhicules 4X4 pré-positionnés. A la fin de l’opération, le feu est mis à l’appareil. Deuxième version : au départ, la stratégie aurait été de larguer d’abord « la marchandise » et d’atterrir ensuite. Si cette option n’a pas fonctionné, c’est que l’appareil n’aurait pas eu assez de fuel pour « faire son numéro » dans le ciel malien.

Par ailleurs, des documents rédigés par une source indépendante affirment que le terminus de l’avion était bel et bien le Mali. N’aurait-il pas alors déchargé tout ou partie de sa précieuse marchandise dans un autre pays avant l’ultime étape du Mali ? En tout cas, la même source signale que des bidons d’essence auraient été découverts à proximité de l’avion calciné. Le document relève aussi que les véhicules signalés sur place auraient été immatriculés au Niger. Ils auraient été chargés de la marchandise en toute quiétude, car la piste d’atterrissage de fortune est située entre deux dunes de sable. C’est aussi en toute quiétude que les pilotes de l’appareil seraient repartis de l’aéroport d’un pays de la sous-région.

L’alerte
C’est un jeune commerçant arabe qui appelle au secours de son appareil Turaya (téléphone satellite qui pullule dans le désert, comme ailleurs les téléphones portables). Un petit groupe d’habitants accoure, stupéfait. Gao, le chef lieu de la région administrative du même nom est informé. Les premiers officiels maliens qui débarquent sur les lieux, sont des éléments des services de renseignements maliens, la fameuse Sécurité d’Etat, dirigée par Mamy Coulibaly, un colonel plutôt rigoureux.

Le corps de l’appareil est toujours chaud. Il sent le brûlé. La Sécurité d’Etat relève des références de l’avion. Un gros carnet à moitié brûlé aurait également été retrouvé sur place. Ces documents distribués à des chancelleries ici à Bamako parlent : l’avion est immatriculé en Amérique du sud. Mais un pays africain, important pétrolier, pourrait avoir été le premier propriétaire de l’appareil, avant de le vendre ou de le céder à un tiers.

En tout cas, c’est le branle-bas. Le gouvernement malien ne dit mot de l’affaire. « C’est la grande gêne », estiment certains. « Chez nous au Mali, ceux qui savent, ne parlent pas comme ça », rétorque un officiel. « Il ne faut pas trop parler, sinon la parole elle-même pleure », ajoute un autre officiel. En fait, on le sait maintenant, dès l’éclatement de l’affaire, le Président malien Amadou Toumani Touré, a annulé une visite privée qu’il devait rendre à un ami malade à Bamako pour s’entretenir avec deux de ses collaborateurs.

« C’est quoi cette affaire ? », lance-t-il, plutôt martial, glacial.
« Ce n’est pas clair. On parle de drogue, d’armes », répond l’un deux
« Voilà ! Vous autorisez tous le pays amis, surtout ceux qui ont les moyens d’aller sur place. Il n’y a rien à cacher. L’enquête doit être impartiale, je veux savoir ce qui s’est passé. Tous les tenants et les aboutissants doivent être connus ! », prévient le chef de l’Etat malien, vêtu d’un complet beige, ses toutes nouvelles lunettes de vue en main.

Quelques jours après, il reçoit les premiers éléments. En fait, un résumé de tous les éléments fournis par diplomates, services de sécurité, experts maliens et étrangers. Ainsi, on apprend que l’appareil est un Boeing 727. Le terminus de ce triréacteur était le désert malien. Exit donc l’information de départ selon laquelle l’appareil s’est crashé en voulant repartir, une fois son ventre vidé. « C’est simple ! Vous achetez une bouteille de Coca Cola. Quand vous buvez le liquide, vous jetez la bouteille », explique un connaisseur. Puis d’autres renchérissent en expliquant qu’il s’agissait d’un avion « cimetière », d’un « avion jetable », tel un objet dont on se débarrasse après usage. Et, c’est en guise de funérailles, qu’il a été brûlé. Par ailleurs un expert en aéronautique explique que, techniquement, l’avion ne pouvait pas redécoller, puisqu’il n’avait plus de kérosène.

Plus de deux semaines après les faits, on ne connaît toujours pas avec précision les auteurs et complices de cette curieuse affaire. Les dénonciations se poursuivent à la vitesse des pales d’un ventilateur. « Au nord, vous avez les communautés qui se rejettent la responsabilité. C’est compréhensible. Elles ont des comptes à régler entre elles », avance prudemment une source indépendante, qui reconnaît cependant, qu’il est « impensable » que des personnes basées dans cette partie du Mali ne soient pas impliquées.

Recyclage de la carlingue
Trois personnes qui ont été surprises en train de découper l’épave de l’avion sont sur le point d’être relâchées. Il s’agit, en réalité, de forgerons qui récupéraient de la ferraille. L’un d’eux s’est même blessé en s’acharnant sur l’appareil. Deux autres personnes, des ressortissants du nord du Mali, et plutôt fortunés, sont sous SPD (dans le jargon sécuritaire local, entendez Surveillance Policière Discrète).

Pour faire avancer l’enquête, l’aide des Etats-Unis sera précieuse. Les faits ont coïncidé avec l’arrivée dans la région de Gao, d’instructeurs américains chargés de former les soldats maliens dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. « Ils (américains) sont venus comme d’habitude avec leurs appareils sophistiqués, et ils sont en rapport avec leur base. Je crois que depuis quatre jours, ils ont de nouveaux éléments précis sur l’affaire », ose une source malienne. Les Américains, les Européens, mais aussi les Libyens, sont sur les dents. Tripoli a dépêché une équipe de sept personnes, dont un pilote de chasse sur les lieux de l’épave. L’enjeu est connu : la drogue qui passe par le désert commun à plusieurs pays, est une bombe qui peut détruire toute la région.

« Ce n’est pas la première fois que la marchandise emprunte ce chemin. C’est plutôt le moyen de transport, qui surprend », analyse Taofik Touré, sociologue malien, et originaire du nord. « Je ne partage pas du tout ce point de vue. Ce qu’il faut dire, c’est que c’est la première fois qu’une affaire de ce type, éclate dans le désert ». « Mais ça n’a pas commencé aujourd’hui, seulement cette fois-ci, l’affaire a éclaté, c’est tout », rétorque une source sécuritaire, originaire d’un pays voisin du Mali, qui insiste sur la bonne collaboration qui existe entre les services de sécurité du Mali et ceux de pays voisins. Profitant de cette distribution de bonnes notes entre services, un agent rajoute de manière catégorique : « Ces derniers mois, il y a eu au moins quatre atterrissages clandestins d’avion dans le désert commun à plusieurs pays de la zone ».

La route vers l’Europe
Traditionnellement, dans la région la drogue emprunte des chemins complexes. La marijuana, en provenance des pays maghrébins, remonte la bande sahélienne pour éviter la route directe vers l’Europe. La pause dans le septentrion malien est obligatoire. Des seigneurs locaux prélèvent des taxes sur les chargements destinés à l’Europe. On raconte même que l’un d’eux, très connu a été copieusement rossé il y a environ un mois par des trafiquants. Il n’a eu la vie sauve que parce qu’il a fait le mort. Les droits de passage s’élèveraient, selon la qualité et la quantité de la drogue jusqu’à 100 millions de francs CFA. La cocaïne emprunte, en partie, le même chemin.

Après l’étape malienne, les véhicules lourdement chargés, s’enfoncent dans le désert nigérien. Très peu de personnes rencontrées. Les complicités locales font le reste, en guidant comme un radar, les trafiquants. Ils passent comme une lettre à la poste. Chaque convoi, généralement composé de dix véhicules bourrés de drogue, pénètre soit au Tchad, soit plus généralement sur le territoire libyen. La traversée par le pays du colonel Kadhafi est à la fois facile et difficile. Pour les plus chanceux tout peut bien se passer, sinon c’est la catastrophe. Les services libyens ont un traitement expéditif lorsqu’ils découvrent l’affaire : ils détruisent à l’arme lourde, les véhicules, la drogue et les transporteurs. Bref, lorsque la marchandise franchit le cap du sud de la Libye elle se retrouve en Egypte, dernière étape avant la remontée vers l’Europe.

La cargaison de l’avion brûlé au nord du Mali empruntera, selon toute vraisemblance, cet itinéraire. Mais un doute plane sur son transfert. Selon nos dernières informations, les auteurs et complices du coup ne se seraient pas entendus pour une question de partage de butin. La marchandise serait alors et pour le moment bloquée quelque part entre le Mali et le Niger.

Coopération dans la lutte antiterroriste : le patron de l’Africom à Alger

AZZEDINE BENSOUIAH-Liberte Algérie-25-11-09
mercredi 25 novembre 2009

Le patron de l’Africom, le général William E. Ward, est attendu aujourd’hui à Alger où il effectue une visite officielle. Basé à Stuttgart, sa visite intervient un mois après celle de l’ambassadrice Vicki Huddlestone, sous-secrétaire adjoint pour l’Afrique au département américain de la Défense, qui avait effectué une visite de 48 heures à Alger.

Le numéro 3 du Pentagone a demandé aux autorités algériennes de “continuer la bonne collaboration”, qui existe déjà entre les deux parties. Le Commandement militaire des États-Unis d’Amérique pour l’Afrique (Africom), qui fait partie des responsabilités politiques de Mme Huddlestone, a été le principal sujet au menu de ses discussions à Alger, et de voir dans quelle mesure il serait possible d’améliorer la coopération dans ce cadre.

Mme Huddlestone est venue discuter du rôle de cette institution militaire spécialement destinée à l’Afrique. Interrogée à propos du siège du Commandement de l’Africom, Mme Vicki Huddlestone estime que, pour le moment, “il restera à Stuttgart” (en Allemagne). Elle précise également qu’à part la Task Force installée dans la région de la Corne de l’Afrique, les États-Unis “ne cherchent pas à avoir une quelconque base militaire”, même s’il y avait “beaucoup de possibilités” pour qu’un pays africain abrite le siège de cette institution. Évoquant le rôle de l’Algérie en matière de lutte contre le terrorisme, Mme Huddlestone juge son “apport important”. “Nous apprécions le rôle de l’Algérie dans le domaine de la lutte contre le terrorisme dans la région du Maghreb et notamment dans le nord du Mali.”

La coopération avec l’Algérie ne diffère pas de ce qui est fait avec d’autres pays de la région, explique ce haut fonctionnaire du Pentagone. Elle cite, entre autres activités, les exercices militaires entre la Marine américaine et son homologue algérienne, et les symposiums auxquels assistent des cadres de l’Armée algérienne.

L’arrivée du commandant de l’Africom à Alger devrait permettre aux deux parties de peaufiner leur stratégie de lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel que les Américains surveillent comme le lait sur le feu, par crainte de la voir se transformer en un nouveau “waziristan”. Il est vrai que les capacités militaires limitées des pays de la région ne leur permettent pas de lutter efficacement contre ce phénomène transfrontalier. Il est vrai, également, que certains pays européens, encore obnubilés par l’idée des zones d’influence, tentent de faire cavalier seul. Pourtant, l’Algérie avait envoyé des aides militaires au Mali et participe, tout comme l’Africom, à des opérations ciblées et concertées en vue de tarir les sources d’approvisionnement en armes des groupes terroristes dans la région du Sahel.

Pour le moment, l’Africom suit de près l’évolution de la situation sécuritaire sur le terrain et apprécie la coopération et le rôle de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme.

La coopération, notamment dans les domaines du renseignement et de la formation, est l’option qui semble arranger tout le monde, dans la mesure où l’idée de l’implantation du commandement de l’Africom dans la région a été rejetée par les pays concernés qui redoutent que cela exacerbe davantage les extrémistes et leur donne une occasion inespérée pour justifier leurs actes. Les Américains soutiennent la tenue d’un sommet à Bamako pour débattre de la stratégie commune de lutte contre le terrorisme dans la région. Un sommet annoncé depuis plus d’une année, mais dont la tenue reste tributaire de la volonté de tous les pays de la région de privilégier l’action commune aux calculs étroits.

mardi 24 novembre 2009

Niger : des milliers de manifestants réclament le départ du président Tandja


(AFP) –NIAMEY
lundi 23 novembre 2009

(AFP) –NIAMEY — Des milliers de manifestants ont réclamé dimanche à Niamey le départ du président Mamadou Tandja qui a obtenu par un référendum controversé de rester au pouvoir jusqu’en 2012.

"Tandja doit partir !", "Non à sa Constitution !", "A bas le démolisseur de la démocratie", ont scandé les manifestants, munis de banderoles et de pancartes hostiles au régime.

Certains manifestants brandissaient des portraits des principaux opposants, comme l’ex-Premier ministre Hama Amadou et le président du parlement dissous en mai Mahamane Ousmane, qui vivent à l’étranger.

"Le mandat du président Tandja prend fin le 22 décembre (...) il nous appartient de nous mobiliser pour mettre un point final à la restauration autocratique", a déclaré l’opposant Mohamed Bazoum lors d’un rassemblement dans le centre de la capitale.

"A partir de cette date, il (M. Tandja) perd toute légitimité et légalité", a-t-il ajouté.

La manifestation avait lieu à l’appel de la Coordination des forces démocratiques pour la république (CFDR), une coalition de partis politiques, d’organisations de défense des droits de l’Homme et de syndicats dénonçant le "coup d’Etat" du président Tandja.

Au lieu de se retirer à la fin de deux mandats consécutifs en décembre, celui-ci avait obtenu par un référendum contesté, en août, une prolongation de son mandat.

Pour pouvoir organiser ce référendum, il avait dissous le parlement et la Cour constitutionnelle, plongeant le Niger dans une grave crise politique.

mercredi 18 novembre 2009

Hama Amadou ex premier ministre du Niger:« Tandja veut me tuer »


« Tandja veut me tuer »
Politique
Mercredi, 18 Novembre 2009 12:07


Je trouve simplement que le Niger est sous un régime de dictature à la suite d’un coup d’Etat perpétré par un ancien lieutenant-colonel à la retraite et quand tout état de cause, comme tous les coups d’Etat, celui-ci plus que les autres est encore plus inacceptable dans la mesure où le peuple a fait confiance à cet homme par 2 fois. Et la reconnaissance de cette confiance, c’est la trahir au moment où il fallait partir et présenter ses remerciements à ce peuple. Je trouve que le Niger est dans une situation politique très particulière, inédite dans le monde, une situation politique qui inévitablement va évoluer vers une catastrophe dont la nature et l’ampleur dépendront du peuple nigérien lui-même.
Question : Excellence, dans le cadre de la résolution de cette crise, le médiateur désigné par la CEDEAO a invité les deux parties pour les entendre. Vous avez assisté à cette rencontre, qu’est-ce qu’il faut retenir de cette rencontre ?



H.A. : Nous sommes venus à Abuja dans le cadre de cette médiation à l’invitation de la CEDEAO et du médiateur, le général Abdul Salami Abubakar ancien président de la République fédérale du Nigéria. Nous sommes venus présenter notre analyse de la situation qui prévaut au Niger, notre vision des perspectives qui s’annoncent sombres pour notre pays, et la nécessité d’y remédier très rapidement afin d’éviter que le Niger ne plonge dans un abîme sans fond. Nous avons d’abord administré la preuve que contrairement à toutes les allégations de M Tandja Mamadou, il a bel et bien commis un parjure, il a violé son serment, il a violé la constitution, il a trahit le peuple nigérien, il a commis un acte de honte trahison passible de la Haute cour de justice. Ceux qui s’évertuent a expliquer qu’il n’y a pas de violation, ne comprennent rien du tout au droit constitutionnel ou sont d’une mauvaise foi qui défie l’imagination. Le monde entier est conscient, malgré toutes les gesticulations dont ils font preuve, qu’au Niger la constitution a bel et bien été violée, que le serment coranique de M. Tandja Mamadou a été violé par celui-ci et quand tout état de cause il est difficile de faire confiance à un partenaire qui est capable de violer la constitution de son propre pays. Parce que dans un pays, l’ordonnancement juridique place la constitution de la République au dessus de toutes les lois et règlements et au dessus des individus et du système. Parce que c’est lui qui donne le pouvoir, c’est lui qui définit les conditions dans lesquelles le pouvoir est exercé. Si la loi fondamentale peut être piétinée par ceux qu’elle a créé, il est évident qu’un tel partenaire ne peut être fiable. Dans ces conditions c’est le Niger qui sera victime de tout ce qui ce passe. De la part de ceux qui se sont arrogés illégalement le pouvoir de l’Etat, non pas par les moyens démocratiques qui l’ont porté au pouvoir mais par des moyens frauduleux, des moyens qui frisent un défi contre Dieu. Parce que celui qui viole son serment coranique ne défie pas seulement les hommes, il défie Dieu. Aucun être humain, quelque soit sa taille et son poids, quelques soient ses prétentions ne peut se comparer à Dieu, il faut faire preuve d’humilité, et savoir que dans un pays, quelque soit le nombre de sa population, aucun individu ne peut prétendre qu’en dehors de lui, il n’existe aucun autre concitoyen capable de faire ce qu’il est entrain de faire ou de faire mieux que lui. Nous avons entendu des propos de ce genre où Tandja prétend qu’il est au-delà des nigériens, le plus grand président du monde plaçant ainsi derrière lui, les Obama et tous ceux qui gouvernent les plus grandes puissances de cette planète. C’est vous dire que la situation doit inquiéter les nigériens. Ce qui veut dire que les nigériens doivent s’attendre, dans les jours à venir, à des perspectives extrêmement difficiles pour leur quotidien.


Q. : Quand on parle de médiation, on parle forcement de négociations et de concessions. Au niveau de la CFDR quelles peuvent être les concessions que vous pouvez faire pour qu’on sorte de la crise ?

H. A : Entendons-nous bien. Est-ce que en tant que citoyen nigérien, vous êtes d’accord qu’on concède l’assassinat de la démocratie, qu’on fasse l’économie de la démocratie au Niger et qu’on passe ? La démocratie ne peut être concédée. Vous êtes d’accord que nous concédions la violation de la constitution afin que après Tandja un autre citoyen nigérien ne se dise que puisque ça a marché avec Tandja, nous allons faire la même chose ? Sur les principes démocratiques, sur les acquis démocratiques, même si nous le voulons nous ne pouvons pas faire de concession et nous ne demandons rien d’autre, en ce qui nous concerne, que la restauration de la démocratie et le respect des règles démocratiques qui passent par l’état de droit. C’est-à-dire le respect du droit, et que les gouvernants gouvernent sous l’empire de la loi, et non sous l’empire de leurs seules lubies.



Q. : Pendant que cette médiation a été initiée par la CEDEAO, la justice du Niger a lancé contre vous et le chef de file de l’opposition, deux mandats d’arrêt internationaux. Pour votre cas c’est la deuxième fois que vous faites l’objet d’un tel traitement. Comment avezvous réagi en apprenant la nouvelle ?
H.A : Ces mandats d’arrêt internationaux, au Niger on dit c’est du « Wassan- Kara ». Quand un pays ne peut même pas exécuter ses propres mandats internationaux, comment voulez vous que les autres pays qui vous regardent les exécutent. C’est à dire que ce sont des mandats qui font rire le monde entier. Quand on prétend que l’ancien Premier ministre du Niger en 2008 et 2009 a blanchi cent cinquante milliards (150.milliards) de francs CFA pendant qu’il était en prison, on fait rire même les vaches ! Au Niger, cent cinquante milliards, quelle est l’activité illégale qui peut vous procurer une telle somme ? Pendant que j’étais en prison, est-ce que j’ai volé les armes des gardes pour les vendre ? J’ai vendu de la drogue ? J’ai mené quelle activité illégale qui peut me procurer une telle somme ? Parce que nous sommes bien d’accord, que je ne pouvais pas détourner 150 milliards pendant que j’étais en prison. Ce sont des dossiers qui ne peuvent convaincre aucun homme sensé en dehors du territoire du Niger. Il suffit simplement d’écouter les éléments à partir desquels des dossiers de mandat d’arrêt international a été lancé, pour en rigoler. J ‘ai honte pour mon pays, et tout le monde comprend que ces mandats d’arrêt internationaux, n’ont d’autres objectifs que de se débarrasser des dirigeants politiques nigériens, capables de remplacer Tandja Mamadou, demain s’il y a des élections libres et démocratiques. Donc ces 150 milliards, je dis bien milliards, représentent à peu prés 75 tonnes de papier. Est-ce qu’on peut les cacher sous un lit ? Est-ce qu’on peut les mettre sous son matelas ? Il faut au moins 2 camions TLM pour les transporter. Si j’ai blanchi 150 milliards en un an, je suis donc un génie et les nigériens doivent rapidement faire partir Tandja pour me prendre, parce que je sais fabriquer de l’argent. 150 milliards en un an et en prison, mais si je suis libre hors de la prison je peux faire des milliards encore plus nombreux. Cela vous donne une idée de ce qui se passe. Le premier mandat n’est pas terminé, on lance un second mandat d’arrêt international pour blanchiment ou on prétend que des Etats souverains ont participé avec nous, en complicité, au blanchiment de l’argent qu’ils nous ont donné. Peut-on accuser ses propres voisins, de blanchiment d’argent ? Les banques qu’on prétend avoir été les moyens du blanchiment, doivent être citées. On dit une banque au Luxembourg, une autre en Suisse, mais c’est vague. Chaque banque a un nom dans le monde et je suis soucieux d’entendre les noms de ces banques, puisque je suis encore libre, afin de les voir pour prendre mon argent ! Ou en tout cas qu’elles sachent que le gouvernement nigérien les accusent de blanchiment. Je pense que ce sont encore d’autres problèmes plus graves pour le Niger, puisque la guerre avec les institutions bancaires internationales ne peu pas être gagnée. Donc accuser des banques internationales de blanchiment d’argent, dans le monde d’aujourd’hui c’est extrêmement grave.


Pour se débarrasser des opposants, voyez bien qu’ils n’ont pas hésité à monter des dossiers aussi honteux qui dégradent l’image du Niger, et transforment le Niger en République - pas bananière puisque nous n’avons pas de banane - mais en République « acacière » puisqu’on a des acacias, c’est très grave ce qui est entrain de se faire. J’ai honte pour mon pays, j’ai honte pour ceux qui prétendent agir pour l’intérêt du Niger, mais on est entrain de compromettre l’intérêt du Niger de manière très grave, de manière extrêmement pitoyable et ceux qui sont entrain de poser des actes de ce genre doivent savoir que le temps arrive au bout de tous les errements, arrive au bout de toutes les perversions et le temps un jour, leur permettra de se rendre compte qu’ils ont fait du mal au Niger.



Q. : Contrairement à la deuxième personnalité contre laquelle un mandat d’arrêt international a été lancé, vous avez décidé de ne pas rentrer au pays. Peut-t-on savoir pourquoi ?


H.A. : La raison est simple : Tandja veut me tuer. Tandja ne veut pas arrêter, Tandja cherche un moyen pour me mettre la main dessus, pour me tuer, comme ils ont déjà tué un certain nombre de gens que je ne veux pas citer. Je sais que c’est tout ça là, c’est du faux, mais on va dire que c’est du faux, et ils vont venir pour montrer qu’ils sont courageux. Je suis audacieux mais pas téméraire. Je sais à qui j’ai à faire, je ne vais pas aller me lancer dans un piège aussi élémentaire. Quand il a fallu aller au Niger, j’ai été. Personne ne peut m’accuser d’être un peureux, lui-même Tandja ne peut pas m’accuserd’être un peureux, parce qu’il sait qu’aux moments les plus difficiles que nous avons vécu ensemble, il ne m’a jamais vu trembler, il le sait.



Q. : La CEDEAO a pris des sanctions contre le Niger. A l’annonce de ces sanctions, vous, les trois personnalités notamment Mahamadou Issoufou, Mahamane Ousmane et vous, avez été accusés à la base de ses sanctions et même à la base de toute la pression que la communauté internationale est en train de mettre aujourd’hui sur notre pays, pour un retour à l’ordre constitutionnel, quelle est votre réaction après tout cela ?

H.A : A la suite de ces propos, les nigériens devraient s’inquiéter : comment de simples individus qui ne représentent rien d’après les propres propos de M. Tandja, peuvent-ils pendant que l’Etat entier du Niger avec ses gouvernants, ses institutions, son drapeau sont là, que des simples individus qui ne représentent rien, puissent amener la communauté internationale – parce que vous parlez de la CEDEAO, de l’Union européenne… de grandes institutions qui nous dépassent dix millions de fois -, que nous nous puissions les amener à prendre des mesures et que eux Etat du Niger et avec toutes les institutions et avec le plus grand président du monde, ne soient pas capables d’empêcher cela, vous devrez vous inquiéter. Ça veut dire que vous avez des incompétents à la tête de l’Etat du Niger, et que ceux qui sont capables de faire bouger la communauté internationale ont été chassés. Je suis très content que Tandja reconnaisse que je suis capable de faire bouger la communauté internationale. Mais soyons rairaisonnables, la communauté internationale, ce n’est pas des instruments avec lesquels des simples individus peuvent s’amuser. Ce sont partout des grands responsables du monde à qui on ne peut pas raconter des histoires, à qui la « fiction du peuple m’a dit de rester », ne peut pas marcher, parce que les peuples, ils en ont. Ils savent comment agissent les peuples, ils savent quelles sont les procédures par lesquelles les peuples se prononcent. Avant qu’il ne fasse son faux référendum, Tandja a rencontré le peuple où, dans quelle salle, ou bien sur quel territoire ? Il ne l’a vu nulle part et il veut faire croire à ces gens là que le peuple lui a dit de rester et que c’est pour cela qu’il reste. C’est ridicule. Il suffit de lire simplement les différents traités internationaux auxquels le Niger a souscrit, sur la démocratie, la gouvernance, aucun pays aujourd’hui ne peut s’isoler et croire qu’il peut faire ce qu’il veut chez lui surtout quand il n’a rien dans les caisses. Nous avons entendu des blasphèmes des gens qui viennent à la télévision nationale insulter des institutions internationales pour dire que, ce que l’Union européenne donne n’est rien du tout. Moi j’ai été premier ministre du Niger, je sais le poids que représente l’aide de l’Union européenne dans le budget du Niger, et s’ils ne le reconnaissent pas,ils le reconnaîtrons bientôt. Ils prétendent qu’ils vont remplacer l’Union européenne par la Chine ou bien je ne sais pas par un autre pays mais le monde est une unité, aucun pays ne peut se permettre de défier tout le reste du monde. Le croire, est une ineptie politique c’est une sorte d’aveuglement, de quelqu’un qui a trop bu, et qu’il ne sait pas ce qu’il est entrain de raconter. Le Niger est trop petit pour défier le monde entier ; même les Etats Unis ne peuvent pas le faire, parce que tout pays qui le fait doit assumer les conséquences. Mais là ce qui est entrain de se passer, le pays le plus pauvre du monde, avec les institutions les plus fragiles du monde, avec les moyens des plus dérisoires, prétend damer le pion au reste du monde entier. S’il n’y a pas de la folie quelque part dans ce raisonnement, il faut quand même reconnaître qu’il y a une absence totale de bon sens dans se qui s’envisage. Le Niger doit s’inquiéter et les nigériens doivent s’inquiéter plus que n’importe qui.


Q. : Excellence, quand envisagez-vous le retour au Niger ?

H.A : Je pense que je pourrais revenir bientôt, parce qu’un tel régime, quelque soit sa capacité à corrompre, la corruption a une limite, parce qu’on veut bien être corrompu pour pouvoir continuer de vivre, mais quand la corruption est une pilule amère qu’on vous donne pour mourir, je crois que beaucoup de gens n’avaleront plus cette pilule, donc je suis conscient et je sais que Dieu veille sur le Niger et qu’il fera en sorte de nous débarrasser du système monstrueux, politiquement innommable qui est aujourd’hui entrain de faire du tort au Niger et qui se prétend le pouvoir en place à Niamey.



Q. : Est-ce que vous avez un message particulier pour les militants de votre parti le Modem FA Lumana et l’ensemble des nigériens ?
H.A : J’ai plutôt un message à l’endroit du peuple du Niger. Avant d’aller à Koutoukalé, je disais, que le lit de la dictature est rembourré avec la soie de la lâcheté des hommes. Les nigériens ne doivent pas accepter que Tandja continue de faire honte au Niger dans le monde entier. Cette honte elle touchera leurs enfants, elle touchera les générations à venir et elle les affectera très bientôt. Les nigériens doivent savoir que leur liberté est beaucoup plus importante que tout ce qu’ils peuvent gagner, leur souveraineté ne peut pas être spoliée par un homme. La liberté et la souveraineté du peuple font la grandeur et la fierté du peuple. Un peuple qui accepte de subir une dictature aussi honteuse sans réagir est un peuple qui a le droit de mourir sous le pied du dictateur. Je sais que le peuple nigérien est trop fier, trop orgueilleux pour accepter qu’un individu qu’il a créé – parce que c’est le peuple nigérien qui a créé Tandja – le fasse mourir sous ses bottes. Je demande aux nigériens de réagir.


Transcrit par L’ACTUALITE. Propos recueillis par Radio Anfani
18 novembre 2009
Publié le 17 novembre 2009
Source : Alternative Commentaires (0)