samedi 8 juillet 2017

Concerto del Primo Maggio 2017 – Bombino

vendredi 7 juillet 2017

Une culture en agonie : cas des Kel-tamasheq de la région de Kidal

Rousmane Ag Assilaken
Les Kel-tamasheq de Kidal appelés aussi Kel-Adagh sont un groupe important de la confédération touarègue. Ils vivent depuis des siècles dans l’Adagh. Cette zone occupe une position centrale dans le Sahara, ce qui en fait une plaque tournante dans les échanges commerciaux entre le nord et le sud du Sahara.
Les Kel Adagh doivent leur survie à leur formidable capacité de résilience face à l’adversité : soif, soleil, vent, froid, sécheresses, invasions, colonisation…etc.
Le pastoralisme constituait leur activité économique principale. Ils se nourrissaient des produits de l’élevage qui assurait l’essentiel de leur subsistance (lait, viande, beurre, fromage, peau, laine), et de graminées qui poussaient et qui poussent toujours à l’état sauvageconnues en langue locale sous les vocables de : allon, afazo , tachit, tamassalt. Ces graminées ne sont plus récoltées ni consommées car supplantées par la semoule, la farine, le riz, les pâtes alimentaires d’importation, souvent de contrebande et qui sollicitent moins d’efforts.Avec leurs voisins les Kel Adagh avaient développé des relations d’échange de type gagnant- gagnant. Du Tawat (sud algérien) ils ramenaient des dattes, du sucre, du thé, du tabac, du blé. De Gao (Mali) et Tawa (Niger) ils importaient du mil, de l’indigo et d’autres produits échangés contre des animaux sur pieds (chameaux, vaches, ânes).
Les Kel-Adagh étaient une société fortement hiérarchisée avec des nobles, des vassaux, des forgerons et des esclaves. Cet ordre social traditionnel ancien est depuis un certain temps profondément affecté par l’avènement de la démocratie et autres antagonismes internes. La volonté des couches sociales de la base pyramidale à s’émanciper est clairement affichée, ceci explique en partie les actuelles contradictions inter-communautaires qui dégénérèrent souvent en conflits tribaux meurtriers. La question du leadership politique est, elle aussi, vivace dans l’actuelle société.
Il faut rappeler que les Kel-Adagh ont vécu des siècles dans la « stabilité culturelle » et la sauvegarde de leur identité. Ils étaient fiers de ce qu’ils étaient, de ce qu’ils faisaient et de leurs rapports avec les autres communautés. Traditionnellement, ils menaient une vie fondée sur des valeurs morales et sociétales fondamentales, solidement enracinées dans la culture, à savoir :
Achaq (pudeur, retenue, respect de soi et des convenances sociales, bonne conduite à laquelle toute personne aspire pour occuper une place idéale au sein du groupe social), Sarho, Tassaja, Erkawal, Tihiridia, Taboubacha,Temett, Tamsadhalt, l’attachement à la famille entre autres.
De toutes ces valeurs, l’Achaq reste la valeur culturelle de base. Une fois perdue ou transgressée, c’est tout l’édifice social à travers son éthique qui s’écroule. Son respect s’imposait par conséquent à tous, afin de maintenir le référentiel culturel et les normes indispensables à la cohésion sociale et au « vivre ensemble ».
Aujourd’hui, force est de constater que les Kel-Adagh sont à la croisée des chemins, ils sont affaiblis, appauvris par plusieurs années de sécheresses, d’exode, d’interminables rébellions et conflits tribaux ; sans oublier la lourde épée de Damoclès que fait planer actuellement le terrorisme-islamiste . Il y a donc « de quoi perdre le nord », diront certains.
Dans leurs mouvements, suite aux catastrophes climatiques et conflits armés, les Kel- Adagh ont côtoyé d’autres civilisations, subi d’importantes influences et de brassages culturels mal consommés – brassages avec les communautés de contact. Ces frottements interculturels ne sont pas mauvais en soi, au contraire, ils peuvent même être source d’enrichissement, à condition d’y maintenir l’essentiel de son être. Aussi, ne perdons pas de vue que l’humanité avance inexorablement sur ses ruines et que l’évolution des sociétés humaines est une dynamique bâtie sur « le donner et le recevoir », et tous les peuples qui s’y adonnent, qui gardent jalousement, mais non hermétiquement leur spécificité identitaire, vivent en général au-delà de leur espérance de vie.
Malheureusement dans leurs rencontres avec les Autres, de nombreux jeunes Kel-Adagh (Ichoumar, qui vient de chômeurs, c’est à dire les 
jeunes partis en exode dans les pays arabes pendant les années de sécheresse à la recherche d’un mieux être. Ils ont tout quitté chez eux, sans préparation, pour affronter un monde extérieur impitoyable qui les a happés et dépersonnalisés. Ils reviennent en parfait décalage et incompréhension avec leur milieu et la culture de leurs parents. Ils sont aujourd’hui méconnaissables, avec des visages multiples.
En effet, tout a tendance à devenir hybride  (vêtements, langage, musique, réflexes…). Cette atmosphère a conduit 
le célèbre groupe d’artistes Tinariwen dans son combat de défense et de valorisation de la culture à interpeller ces jeunes acculturés pour leur lancer avec ironie « war-taqqelam ikoufar wala araban », ce qui signifie en substance, vous ne devenez ni ikoufar ni arabes et vous n’êtes pas vous-mêmes, en somme vous êtes des sans identités. Quel douloureux écartèlement entre plusieurs mondes! Les jeunes d’aujourd’hui (hommes, femmes) ont perdu beaucoup de choses. En effet, ils ne veulent plus vivre la vie de leur milieu. Ils ne savent plus manier le sabre, ils ne savent plus faire du tindé , ils ne savent plus danser iswat, jouer imzad et karay, s’asseoir pour l’ahal, souffler dans une flûte, monter à chameau, écrire le tifinagh, attacher un turban, traire une chamelle… bref tout ce qui constitue le fondement vital de leur culture. Ils portent leur turban à l’afghane, leur pantalon à la mauritanienne, leur tunique à la saoudienne au détriment de leurs vêtements traditionnels toujours beaux et majestueux. Pour tous ceux qui pourraient voir en ces idées, des idées nostalgiques et conservatrices ou ceux qui inviteraient la jeunesse à « avancer vers l’avenir à reculons », nous disons qu’il n’ y a là qu’un cri de cœur adressé à une jeunesse qui s’est oubliée et noyée, afin qu’elle se ressaisisse pour faire attention à la perte de son identité, et enfin bien comprendre « qu’un peuple qui perd sa culture est un peuple qui perd son âme » pour paraphraser  l’autre.
Malgré les grands bouleversements qu’ont connus les Kel-tamasheq en général, il est réjouissant de constater que contrairement aux Kel-Adagh – pas tous évidemment- les autres touaregs Kel-Ahaggar, Kel-Ajjer, Kel-Air, Ioullimiden ont relativement conservé beaucoup d’éléments de leur identité culturelle. Un exemple parmi tant d’autres, le port correct du turban (visible chez les Kel-Arabanda, les Inhadan). Ceci pourrait paraître un fait banal pour celui qui ne connait pas suffisamment l’importance du vestimentaire chez les Kel tamasheq. Le turban est en fait un symbole fort de préservation de l’Achaq. En milieu Kel-tamasheq, arracher à un homme son turban est une véritable offense. Se débarrasser de son propre chef de son turban, c’est se débarrasser de sa dignité, de sa respectabilité, de son Achaq.
Par ailleurs, si nous ouvrons une petite fenêtre sur la situation actuelle dans la région de Kidal, au regard de ce qui s’y passe, on est meurtri, abasourdi, écœuré voire horrifié. En effet, les actes commis dans le conflit tribal Imrads/Idnanes illustrent à suffisance la dégénérescence culturelle évoquée précédemment. Toutes les limites du compréhensible, du rationnel sont largement franchies par des hommes en passe de devenir des anthropophages et qui reviennent à l’âge primitif.
Dans leur absurde bras de fer fratricide, tous les excès ont été commis et dans l’engrenage macabre, il n’y a plus de repères, de censure sociale, de considération pour l’Aménokal, les aînés, les notabilités, les marabouts, les chefs de fraction, les femmes, les enfants, le bétail. De nombreux hommes et femmes, passionnés et enivrés par leur animosité se sont livrés à des joutes poétiques vulgaires et immorales jamais entendues dans la société Kel-tamasheq. Tous les interdits sont ainsi bafoués.
Egalement, le « fétichisme des armes » l’a totalement emporté sur toutes les valeurs sociales. L’homicide, le meurtre ne font plus ni sourcier ni frissonner. D’ailleurs, cela est bien normal pour qui sait que la frange la plus nombreuse de la jeunesse Kel- tamasheqs, revenue d’exil en Libye n’a été préparée, moulée, « dressée » que pour le maniement des armes. Dans son subconscient, cette jeunesse estime que seul le détenteur d’arme de guerre peut s’attirer facilement respect et estime dans son milieu social. C’est pourquoi, cette jeunesse formatée, endoctrinée et manipulée fait souffler le chaud et le froid sur les populations dont les plus faibles sont devenues sa cible privilégiée. C’est ainsi que des hommes ont marqué des êtres humains au fer rouge comme le faisaient les criminels esclavagistes pendant la traite négrière. Des femmes et des vieillards ont fait l’objet de châtiments corporels et même de mutilations.
Quelle cruauté! Quelle barbarie ! Quelle déshumanisation ! Au juste, l’humanité n’est elle pas entrain de déserter cette région où il ne manque plus, dira t- on, qu’à rôtir son semblable et le déguster voluptueusement? A vrai dire, comme la faune jadis abondante a été systématiquement braconnée – plus un mouflon, plus une gazelle adax, plus une autruche… dans l’Adhag, il n’est pas surprenant qu’on en vienne maintenant à la chasse à l’homme pour l’exterminer. ?
Au 21è siècle, qui peut vraiment imaginer cette monstrueuse mutation? Et comment donc ne pas s’alarmer, s’interroger et interpeller face à cette mort progressive d’une culture hier riche et forte et qui attirait plus d’un visiteur ? A quand enfin le sursaut de conscience et de sagesse pour sortir les communautés frères de cette belle région de la jungle pour les remettre sur le chemin de la vie humaine – je dis bien humaine- basée sur la stabilité sociale et le « vivre ensemble » ?
Dans ce conflit tribal évoqué plus haut, les belligérants devront se rappeler que dans une guerre civile « le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître » et qu’il n’y aura jamais ni vainqueur ni vaincu dans l’entretien du cycle pernicieux de la vendetta pour la simple raison que l’ennemi d’hier ne sera obligatoirement que le voisin de demain. Conscient de cela, pourquoi donc ne pas déposer les kalachnikovs pendant qu’il reste encore des hommes et vivre dans la quiétude ?
Plusieurs personnes pensent que toute cette dérive sociale inouïe trouve son explication dans l’écroulement de l’économie à cause des sécheresses cycliques, le déracinement provoqué par l’exil, le relâchement de l’éducation dans la famille, le sentiment de révolte contre la répression des Etats, le chômage, la drogue, l’analphabétisme, le désespoir et le manque de perspectives d’avenir pour une jeunesse qui s’estime laissée pour compte …Mais en tout état de cause et quelles que soient les difficultés vécues, cela ne doit nullement justifier les crimes absolument abominables survenus cette année dans la région de Kidal et qui l’ont transformée en un repoussoir humain sans précédent.
Pour sauver cette jeunesse et sauver la culture des Kel Adagh, nous estimons que la solution se trouve dans la réorientation(professionnelle, psychologique, la prise de conscience des réalités locales…) de la jeunesse ; la récupération et la destruction des armes par tous ceux qui en ont la force et le pouvoir.
Rousmane Ag Assilaken – Ong azhar Kidal
Tél : 70 34 62 12
E-mail : ongazhar2008@gmail.com
Juin 2017

jeudi 6 juillet 2017

http://www.tamoudre.org/

La guerre comme expérience sensible: les motifs existentialistes du djihad

Slate.fr-Romain Huët — 05.07.2017 – 11 h 12
On ne saurait concevoir spectacle plus inquiétant que celui de jeunes hommes, déterminés, bien vivants et lucides, à jeter leur vie au nom, par exemple, de l’État islamique.
Ce texte est issu d’une série de séjours ethnographiques de plusieurs mois au […]

Une culture en agonie : cas des Kel-tamasheq de la région de Kidal

Rousmane Ag Assilaken
Les Kel-tamasheq de Kidal appelés aussi Kel-Adagh sont un groupe important de la confédération touarègue. Ils vivent depuis des siècles dans l’Adagh. Cette zone occupe une position centrale dans le Sahara, ce qui en fait une plaque tournante dans les échanges commerciaux entre le nord […]

Ilad Ag Mohamed : « Les forces présentes dans l’Azawad se protègent elles-mêmes alors que ce n’est pas l’objectif »

Journal du Mali -Publié le 06.07.2017 à 10h46 par Olivier Dubois
À partir du 20 juillet prochain le MOC sera installé à Kidal et 10 jours plus tard les autorités intérimaires et le gouverneur lui emboîteront le pas. À Bamako, les différentes parties se concertent pour parvenir à concrétiser […]

Licenciement dans les sociétés minières : « Wallahi s’ils ne font pas attention, on rejoindra les djihadistes »

Sahelien.com/5 juillet, 2017
Au Mali, pas moins de 1 158 personnes sont concernées par les licenciements abusifs dans les sociétés minières, selon la Fédération nationale des mines et de l’énergie. Parmi elles, les 57 licenciés de LTA-Mali. « Tous » les recours épuisés pour certains, ces travailleurs vivent […]

De nouveaux projets de réduction de la violence communautaire pour Gao et Ménaka

Minusma
Le 30 juin 2017, une forte délégation du Bureau régional de la MINUSMA à Gao s’est rendue à Ilouk, commune rurale du Tilemsi dans le Cercle de Gao, en vue de constater l’impact de ses projets de réduction de violence communautaire (RVC)et de présenter à la population de nouveaux […]

Révision constitutionnelle au Mali: le président IBK va devoir revoir sa copie

RFI Publié le 05-07-2017 à 23:19
Face à la mobilisation de l’opposition et de la société civile malienne, le projet de référendum constitutionnel, prévu le 9 juillet, avait été reporté. L’opposition a demandé à la Cour constitutionnelle de rendre un avis sur, selon elle, l’inconstitutionnalité de ce projet, arguant […]

Un Système d’information satellite pour lutter contre la faim au Sahel

Action contre la Faim -05.07.2017
Au Sahel, le changement climatique affecte la vie de près de 60 millions de bergers, qui représentent 20% de la population de la région.
Action contre la Faim innove et met en place un système d’information croisant des données satellites avec des […]

Niger: « protestation » de journalistes contre l’incarcération d’un confrère

lexpansion.lexpress.fr-AFP , publié le 05/07/2017 à 16:41
Niamey – Une vingtaine d’associations de journalistes du Niger ont protesté mercredi dans un communiqué contre l’incarcération « en violation de la loi sur la presse » du journaliste nigérien Ali Soumana.
M. Soumana, fondateur de l’hebdomadaire privé Le Courrier […]

Niger: plusieurs soldats tués dans une attaque près de la frontière malienne

RFI Publié le 05-07-2017 à 17:30
Au Niger, au moins cinq soldats ont été tués et trois autres blessés après l’attaque qui a visé Midal ce mercredi 5 juillet au matin dans le Tamesna, non loin de la frontière avec le Mali.
C’est un détachement mobile, dont la […]

Des actes criminels persistent dans la Région de Gao

Le Combat
Du moment où le régime d’Ibrahim Boubacar Kéïta fait la sourde oreille face aux manifestations contre son projet de révision constitutionnelle, le Septentrion du Mali continue de subir des violences barbares à cause de la non maitrise de la situation par l’Etat. La Région de Gao est un […]

Insécurité grandissante dans la région de Mopti : 56 terroristes armés font irruption au village de Toguéré-Coumbe

maliweb–4 Juil 2017
Le chef de village et ses deux conseillers enlevés avant d’être relâchés 24 heures plus tard
La commune rurale de Toguéré-Coumbe, située à quelque 75 Km de Ténenkou est désormais la cible des terroristes qui y font des incursions en toute impunité. Au total, ils […]

Le bon, le mauvais et le franchement craignos de ce monde

Slate.fr/Stephen M. Walt, Professeur à Harvard traduit par Antoine Bourguilleau — 03.07.2017 – 7 h 00
​​​​​​​Partout le chaos règne. Et le président américain est un guignol.
D’habitude, je me tiens à l’écart de cette tendance consistant à accentuer les menaces, qui domine souvent les discussions sur la politique […]

Plus de 5.000 ressortissants africains activant dans des groupes terroristes sur le continent et dans les autres zones de conflits armés

aps.dz/-04 juillet 2017 14:33

ADDIS-ABEBA – Plus de 5.000 ressortissants africains de diverses nationalités activent au sein des groupes terroristes sur le continent même et dans les autres zones de conflits armés, indique un Mémorandum du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, coordonnateur de l’Union africaine (UA) dans la […]

Fin du sommet de l’Union africaine: satisfaction pour les uns, doutes pour les autres

RFI Publié le 05-07-2017 à 07:30 
Que retenir du 29ème sommet de l’UA qui s’est achevé mardi 4 juillet à Addis-Abeba ? Que certains chefs d’Etats en sont repartis inquiets et d’autres au contraire plutôt satisfaits…
Parmi les chefs d’Etat inquiets il y a le Djiboutien Ismaïl Omar Guelleh. […]

La diplomatie algérienne face au jeu trouble de Paris dans le Sahel

Depuis son élection, le 14 mai 2017, le président français Emmanuel Macron porte un intérêt particulier à la région du Sahel et au Mali plus précisément. Pour son premier déplacement hors-Europe, Macron, en chef de guerre, s’est rendu à Gao, […]

Les otages du Mali : payer ou ne pas payer 

Michel Lhomme, philosophe, politologue

Au Mali, ce 20 juin, des réunions politiques ont eu lieu à l’occasion des deux ans de la signature de l’Accord de Paix et de Réconciliation (APR). Elles ont permis d’aboutir à l’élaboration d’une nouvelle feuille de route pour le […]

Boko Haram enlève 37 femmes et tue 9 personnes au Niger

LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 04/07/2017 à 14:07-afp.com/STEPHANE YAS
Le gouvernement local espère pouvoir retrouver les femmes enlevées dans les prochains jours.
Le village dans lequel a eu lieu le drame se serait « toujours opposé à Boko Haram. »
Le gouverneur de Diffa, […]

Trafic de migrants: des élus d’Agadez demandent des mesures économiques

RFI Publié le 04-07-2017
Le désert du Ténéré nigérien est en train de devenir un véritable «cimetière à ciel ouvert pour les bras valides d’Afrique de l’Ouest et du centre, attirés par le mirage européen», ont expliqué dans un communiqué 37 élus du conseil régional d’Agadez. Porte du […]

Le désert nigérien, « un cimetière à ciel ouvert » pour les migrants africains

AFP – 03/07/2017
Le désert du Ténéré nigérien est « un véritable cimetière à ciel ouvert » pour les migrants africains sur la route de l’Europe via la Libye, ont alerté lundi une trentaine d’élus de la région d’Agadez (nord).
« Le Ténéré nigérien est en train de devenir un […]

Migrants. Rome, Paris et Berlin veulent un « code de conduite pour les ONG »

Ouest France- 03/07/2017 à 11:51
Les ministres de l’Intérieur italien, français et allemand veulent « travailler à un code de conduite pour les ONG » venant au secours des migrants en Méditerranée et « renforcer le soutien aux gardes-côtes libyens », afin d’« endiguer le flux » […]

Barkhane : la base de Niamey s’engage en faveur de l’éducation et de la santé

État-major des armées -03/07/2017
Le 02 juin 2017, les militaires de la base aérienne projetée (BAP) de Niamey ont distribué des fournitures scolaires aux élèves d’une école maternelle de la capitale nigérienne.
Une levée de fonds organisée conjointement par le service des sports et l’escadron de sécurité incendie et sauvetage […]

Barkhane : au Mali, tous les pneus de la force partent de Gao

État-major des armées -03/07/2017 – Auteur : EMA
La mission du sous-groupement maintenance adaptée au théâtre du Matériel (SGMAT) est de remettre en condition opérationnelle les matériels terrestres du fuseau Ouest de l’opération Barkhane incluant la plateforme opérationnelle désert (PfOD) de Gao et l’ensemble des sites isolés. Le SGMAT garantit […]

Emmanuel Macron maintient le cap au Sahel

Deusche Welle
Emmanuel Macron est le seul à avoir pris la parole devant la presse aux côtés d’Ibrahim Boubacar Keïta, hôte du sommet du G5 Sahel à Bamako. Le nouveau président français mise sur du changement… dans la continuité.
‘Il faut d’abord combattre la mauvaise gouvernance’ (Tiébilé Dramé, […]

Macron et le G5 Sahel préfèrent l’armée au développement

Politis
Malgré une famine qui favorise le terrorisme aux frontières de la région, la France et les cinq pays du G5S ont choisi de financer une force militaire antidjihadiste.
Le G5 du Sahel, qui réunit le Mali, le Burkina Faso, la Mauritanie, le Tchad et le Niger, sous l’égide de […]

Pourquoi la Libye est-elle toujours en crise depuis la mort de Kadhafi ?

ORIENT XXI – PATRICK HAIMZADEH > 3 JUILLET 2017
Avec la mort du colonel Mouammar Kadhafi au terme de huit mois de guerre, l’embryon d’État libyen s’écroule et la société libyenne est profondément divisée. Les lignes de fracture sont diverses et multiples : régionales, locales, […]

Qatar. Les vicissitudes d’un micro-État du Golfe : perspectives théoriques de la crise

Diploweb – Victor VALENTINI, le 2 juillet 2017
Victor Valentini est doctorant et chargé d’enseignement à l’Université d’Auvergne, rattaché au centre Michel De l’Hospital (EA 4232) et à l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN).
Le Qatar est confronté à la reconstitution d’un partenariat américano-saoudien nocif pour […]

La réponse sans surprise du Qatar aux monarchies du Golfe

La Croix – Salomé Parent, le 03/07/2017 à 19h07
Le 22 juin, l’Arabie saoudite et ses alliés avaient soumis au Qatar une liste de treize demandes à satisfaire pour mettre fin à l’embargo qui touche l’Émirat, accusé de soutenir le terrorisme et jugé trop proche de l’Iran.
Dix jours […]

«La Transhumance en Afrique, c’est énormément d’argent »

« Tout ce qui les préoccupe, c’est la santé du bétail. Il y a un rapport à l’animal qui est extraordinaire. » Le photographe Gilles Coulon s’est mis dans les pas des bergers qui mènent leur bétail du Burkina Faso au […]
Page 1 12345